Yoga et philosophie de vie – « Respectons la bonté d’autrui » par François Yoga Lyon

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

* La salutation au soleil – mouvement n° 6 – (9/12)

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant à la  Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bonjour mes amis !

On continue, vous voyez qu’on part à nouveau du temps 5, on va aller sur le temps 6, où d’ici, sans bouger les pieds, vous allez poser les genoux au sol, puis la poitrine au niveau des mains et le front tout en gardant le bassin légèrement au dessus du sol.

Donc genoux, poitrine, front au sol. Les mains sous les épaules et le bassin, lui, reste légèrement au dessus du sol.

Je vais laisser Emilie vous expliquer pourquoi il faut garder le bassin un peu au dessus du sol, en quoi c’est important.

Emilie : Ici, on garde le bassin au dessus du sol pour pouvoir gainer la sangle abdominale. Parce que quand ensuite on va prendre le demi-cobra, il s’agit d’être bien en extension et de ne pas prendre la posture en cassant les reins, le bas du dos.
On gaine la sangle et puis ensuite dans le temps suivant, eh bien, tout en gardant ce gainage, on va pouvoir allonger le corps et prendre le temps suivant.

François : Mais ça c’est ce qu’on verra dans la prochaine vidéo, le temps 7, le demi-cobra.

Comme d’habitude, on fait un monologue, vous n’avez pas la possibilité de poser vos questions en direct, n’hésitez pas à poser ces questions dans les commentaires pour qu’on puisse y répondre pour continuer à vous aider, peut être plus en avant, au-delà de cette vidéo, qui j’espère vous a plu. Si c’est le cas, cliquez sur J’aime, abonnez vous si ce n’est pas encore fait.

A noter que lorsque vous êtes bien habitués à la pratique du haha yoga et en particulier celle de la salutation au soleil, le mouvement devient très fluide, un peu comme si vous exécutiez une « coulée du corps » vers l’avant et vers le haut pour vous mener du chien tête en bas /Adho Mukha Svanasana (le temps 5) vers le demi-cobra / Ardha bhujangasana (le temps 7)

A bientôt pour le temps 7, le demi-cobra !…

Et en attendant profitez de toutes les vidéos disponibles sur la chaîne youtube, que ce soit sur le hatha yoga, la philosophie du yoga, plus simplement la philosophie de vie, la méditation, la pleine conscience, l’Inde, les voyages, séjours et stages de yoga en Inde avec François Yogesh, yoga acharya reconnu sur le plan international et plus particulièrement en Inde au sein de la communauté des maîtres de yoga, des gurus, swamis et acharyas de toutes traditions de yoga.

* Pourquoi méditer? » – par François professeur de yoga à Lyon

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bonjour chers amis, François, expert de méditation et de yoga à Lyon.

Je vous retrouve aujourd’hui pour répondre à une question qui m’a été posée qui est la suivante : « Qu’est ce que la méditation ? »

Alors oui, j’ai été très surpris parce que je pensais avoir traité cette question. Parce que bon, j’ai quand même fait pas mal de vidéos maintenant donc je pensais que c’était fait depuis longtemps, j’ai été assez surpris car en réalité ce n’était pas le cas.

Alors peut être simplement parce que ce n’est pas si évident que ça de répondre à cette question et j’ai plus coutume de partir sur un constat qui est que dans notre vie on aimerait expérimenter un peu plus de bonheur et un peu moins de frustration, on n’est pas toujours pleinement satisfait. On se sent envahi par des pensées, des émotions indésirables, et voilà, on a parfois aussi du mal à être simplement bien, seul, avec soi même, sans rien faire de particulier, sans avoir à être occupé par quoi que ce soit.
Simplement, comme ça, rester tranquille, à l’état naturel, c’est pas quelque chose d’acquis pour nous.

On ne se suffit pas pour être heureux, on a toujours besoin d’un tas de choses, soit passer un coup de fil, être sur les réseaux sociaux, regarder la télévision, sortir avec des amis, « faire » du yoga, bref être occupé par quelque chose.
Et si on n’est pas occupé par quelque chose c’est difficile d’être bien à l’état naturel, comme ça… Il est plus facile de « faire » du yoga que de « s’établir » simplement dans l’état de yoga, dans sa nature propre… vous voyez ce que je veux dire?
Ça peut l’être un tout petit moment mais ça peut ne pas trop durer.

Je vois bien pendant les cours de hatha yoga que je donne dans mon centre à lyon que lorsque nous faisons des petites sessions méditatives comme ça, ne serait-ce qu’une minute déjà, je vois bien à quel point, très rapidement, on a tendance à s’agiter, à vouloir se dire « oh mais quand est-ce que ça termine ? » parce qu’il faut toujours faire quelque chose!

De manière naturelle, on n’arrive pas à se sentir dans cet état de plénitude, et c’est bien de ça dont il est question, quand on parle de pratique méditative, il s’agit d’apprendre à réunir toutes les composantes de notre être en réalité.
Parce que si notre corps il est là, là physiquement, si on pouvait observer ce qu’il se passe, on se rendrait compte que bien souvent, notre esprit lui est occupé par des pensées. Soit de l’ordre du passé, quelque chose qui n’existe déjà plus, soit des pensées de l’ordre du futur, un futur illusoire, des choses qui n’existent pas encore.

Mais, beaucoup plus rarement, l’esprit est là, pleinement présent, dans l’expérience du moment.

Alors ça nous arrive, on a eu des expériences comme ça dans notre vie, mais c’est assez ponctuel et pas très souvent que ça se répète. Et surtout, ça ne se produit pas vraiment de manière stable et durable.

Parce que notre mental c’est un peu un cheval fou qui a une liberté totale de nous emmener d’un endroit à un autre, comme ça, et qu’on n’a pas encore apprivoisé.

Parce que dans la vie, on a appris à comprendre comment fonctionne tout un tas de choses, savoir comment faire fonctionner toutes ces choses là, bref, parfois même on a acquis des automatismes à tel point qu’on a complètement intégré ces apprentissages.

Cela ne fait pas partie de notre éducation d’apprendre comment fonctionne notre mental, comment le maitriser. Le propos de la méditation, c’est ça, en quelque sorte, de faire en sorte que le mental, au lieu d’être quelque chose qui va agir contre nous, soit quelque chose qui agisse avec nous et qu’on puisse remettre toutes les composantes de notre être ensemble, parce que quand ça sera le cas, on sera à nouveau plein, et on va ressentir, ce qu’on appelle par voie de conséquence, la plénitude.

C’est tout un apprentissage, c’est le propos aussi de ce cycle de formation qui s’appelle « 2 mois pour une vie nouvelle », cette formation que je fais en présentiel pour apprendre à méditer à Lyon et que je fais aussi via une plateforme de formation pour les gens qui n’habitent pas Lyon et qui veulent être sur cette formation.

Le Dalaï-lama disait à ce propos que si la méditation faisait partie intégrante de l’éducation à part entière de nos enfants, à partir de l’âge de 8 ans, une génération suffirait pour que la paix et l’harmonie règne sur terre. Vous vous rendez compte ? C’est une évidence absolue.

Vous pourrez l’expérimenter si vous vous engagez dans ce type de formation, vous développerez une conviction à ce sujet.

Bref, écoutez, de toutes façons je ne vais pas vous expliquer plus que ça.

Si, au passage, j’ai eu, il y a peu, un épisode avec une élève de hatha yoga qui revenait vers moi et qui disait « François j’ai un souci, c’est que mon mental m’emmène toujours partout, j’ai toujours des pensées, etc. »

Là aussi le propos de la méditation c’est quoi ? Ce n’est pas de se couper de son mental ou de ses émotions. Absolument pas du tout. La personne pensait ça, elle pensait qu’il fallait arriver à stopper les pensées.
Le problème ce ne sont pas les pensées ou les émotions en elles-mêmes; le problème c’est le rapport qu’on établit avec. Et cela, vous l’apprendrez pendant le cycle de formation à la méditation. Simplement, acceptez toutes les expériences qui font partie de la vie. Acceptez la vie, tout simplement.

Dans cette séparation on fait une différence entre les choses qui sont de prime abord agréables et les choses qui sont de prime abord moins agréables; à travers la pratique méditative, nous apprenons à être moins balloté entre ce genre de choses, à être dans un état qui est beaucoup plus équanime face à toute situation extérieure et trouver ainsi la paix à l’intérieur de soi même. Voilà ce que je vous propose.
Bien sûr je vous propose de vous engager, que soit avec moi, ou avec d’autres personnes expérimentées, peu importe, essayez de trouver quelqu’un de compétent: cela vous permettra de donner une autre couleur à la vie et d’expérimenter beaucoup plus de bonheur et moins de tourments.

Je vous engage à avoir une pratique méditative pour mieux comprendre comment fonctionne votre esprit, comment le maitriser; et ça commence par le calme mental.

Au passage je tiens à préciser que je ne conseille pas d’emblée les dites retraites de vipassana (*)sur 10 jours qui, à mon sens, ne sont pas adaptées pour quelqu’un de débutant, sachant qu’au sens traditionnel Vipassana c’est la pratique de la vision pénétrante… pour vous dire je n’enseigne cela qu’à des personnes très expérimentées qui pratiquent avec moi depuis plusieurs années, ont développé une grande pureté et un niveau d’altruisme et de compassion très élevé et sont capables d’un haut niveau de concentration… Bref, quand bien même nous voudrions pratiquer Vipassana (Lhaktong en Tibétain), si nous ne sommes pas encre véritablement prêts, que nous le voulions ou pas, nous n’arriverons pas à accéder à une véritable vision profonde.

Quant aux pratiques de MBSR elles sont maintenant assez répandues il y a des cycles MBSR à Lyon et dans toutes les grandes villes. MBSR signifie « Mindfulness based stress réduction » autrement dit « programme de réduction du stress basé sur la pratique de la pleine conscience ». Effectivement le fait de suivre un tel cycle permet de réduire le stress; simplement ces résultats ne sont pas extrêmement solides si l’on ne développe pas parallèlement un philosophie de vie vraiment solide, une compréhension de la vie vraiment différente et dès que la vie nous rattrapera, nous mettra en face d’un véritable épreuve, nous pourrons nous rendre compte qu’il manque quelque chose…

La pratique de MBSR met en avant le fait qu’elle propose une pratique laïque de la méditation, sous-entendu sans avoir à appartenir à telle ou telle tradition, à telle ou telle religion. Les personnes qui enseignent MBSR mettent même parfois cela en avant comme un argument car beaucoup de personnes souhaitent cela: pratiquer des techniques de méditation pour se sentir mieux dans leur vie mais elles ne souhaitent pas changer les façon de vivre, leur façon de penser, leur façon d’agir, de se comporter… Dans ces conditions je peux vous garantir que rien ne changera fondamentalement et vous vous en rendrez de toutes  façons compte car à un moment où un autre la vie vous vous rattrapera et vous mettra en face de vous-même…

Si vous faites ce genre de programme, je vous conseille de faire un gros travail de réflexion en parallèle et d’étudier sérieusement les grandes sagesses, d’aller suivre des enseignements philosophiques en parallèle et de tâcher de les intégrer dans votre quotidien: cela ne vous oblige en rien à devenir ceci ou cela, bouddhiste, hindouiste, catholique ou que sais-je encore… simplement nourrissez-vous de ce que peuvent vous apporter les grandes sagesses.

Je vous dis à bientôt pour une prochaine vidéo mes amis, au revoir !

* La salutation au soleil – mouvement n°5 – # vidéo 8 sur 12

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant à la  Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bonjour à nouveau mes amis, on continue avec la salutation au soleil à voir les mouvements en détail, toujours avec Emillie également professeur de yoga à Lyon.

Aujourd’hui le temps 5, on l’appelle le V renversé ou aussi le chien tête en bas pour certains, adho-mukha-svanâsana pour ceux qui sont attachés aux termes sanscrits.

Enfin, on va reprendre l’enchaînement à partir du début, ici temps 1, mains jointes au niveau du cœur, temps 2 extension du tronc, temps 3 flexion du tronc sur les cuisses, le temps 4 je jette la jambe gauche vers l’arrière, le genou au sol, la tête relevée et le tibia est bien droit.

Temps 5, le pied droit a rejoint le pied gauche. Les deux mains sont bien à plat, on pousse bien fort sur les mains, sur les bras pour pousser le bassin vers le haut et vers l’arrière.

Quand on pousse sur les bras, l’intention c’est d’également reculer les épaules. Donc les bras sont tendus, le menton est vers la poitrine, les jambes sont tendues et les talons tirés vers le sol également.

Idéalement, l’intention ce serait que les talons aillent toucher le sol et les pieds sont même joints. Voilà.

Alors est-ce que tu as quelque chose à rajouter Emilie ?

Emilie : Voilà, on essaie de bien tirer le bassin vers le haut et vers l’arrière, de repousser le sol avec les mains et puis de bien relâcher la tête, la nuque est libre.

Voilà, on a un bon étirement de tout l’arrière du corps, on peut même chercher à creuser davantage le dos, peut être approcher la tête du sol, voilà.

François : Ok, voilà !
J’espère que ces explications complémentaires sur le temps 5 vous auront été utiles !
On va continuer avec la prochaine vidéo sur le temps 6, à bientôt mes amis, au revoir !

La salutation au soleil – mouvement n°4 # vidéo 7 sur 12

Pré-inscriptions immédiates  et sur demande aux conférences de présentation du cycle de formation ici (quel que soit votre lieu de résidence): « 2 mois pour 1 vie nouvelle »

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant à la  Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bonjour à tous, on se retrouve aujourd’hui pour voir ensemble le temps 4 de la salutation au soleil ou surya namaskar avec Marc et Emillie de yoga satyam à Lyon Bellecour..

Alors Marc va se mettre en position au bord du tapis, pieds joints, il va reprendre depuis le début les temps 1, 2 et 3 qui ont déjà été expliqués dans les vidéos précédentes.

Voilà, ici il est bien en extension, temps 3 il fléchit les genoux pour descendre dos droit, les mains sur la même ligne que les 2 pieds.

Ici le temps 4, pied gauche en arrière, le genou touche le sol et vous voyez qu’il est sur le bout des doigts, on peut être aussi les mains à plat au sol pour pouvoir redresser le dos, avoir le dos bien en extension et la tête dans le prolongement du corps.

Voilà, on va observer en particulier le genou avant qui est fléchi mais qui ne dépasse pas l’avant du pied parce qu’ici on ne va pas trop solliciter les tendons du genou donc ne pas trop fléchir pour ne pas créer d’inflammation du tendon rotulien, c’est ça François dont tu parlais.

Ici, le tibia est bien droit. Donc placer bien la jambe gauche suffisamment en arrière, ce qui donne une bonne extension du devant de la cuisse et voici ici on est très bien.

Voilà.

François : Ce que tu peux montrer Marc, souvent ça se présente quand c’est pas très bien fait, et puis que le tibia n’est pas droit et que ça étire le tendon rotulien.

Alors c’est le cas ici quand le genou gauche, arrière, n’est pas assez reculé. Voici, recule le genou gauche. Vous voyez qu’ici tout de suite le tibia se place bien droit.

Il y a un autre cas, c’est quand, parfois, les doigts des mains et les orteils du pied droit ne sont pas alignés. Par exemple les doigts des mains franchement en avant, là, à nouveau, donc, le tibia a tendance à se pencher vers l’avant, le genou à pointer vers l’avant et donc ça étire le tendon rotulien. Il faut vraiment deux choses : à la fois que les doigts des mains et des pieds soient bien alignés, que le genou gauche, arrière, soit bien éloigné, et qu’au final le tibia soit bien droit, c’est important.

Pour le temps 4, on a bien fait le tour de la question. Pour autant, si vous avez des questions, bien sûr, posez les, si vous avez besoin de précision car dans la pratique du Hatha Yoga la précision c’est quelque chose d’important d’autant plus par vidéo interposée puisque à l’occasion d’un cours de yoga à Lyon j’ai la possibilité de vous corriger directement mais ici ce n’est pas le cas alors étudiez bien ces vidéos de yoga.

Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur J’aime, abonnez vous à la chaîne si vous ne l’avez pas encore fait.

On se retrouve pour le temps 5 dans la prochaine vidéo, au revoir mes amis !

* Yoga Lyon – « Une âme qui brille » par François Yogesh.

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Chers amis bonjour, François, expert de méditation et de yoga à Lyon.

Je voulais vous parler aujourd’hui d’une métaphore que l’on utilise souvent dans la tradition du yoga ou même dans la tradition bouddhiste, il s’agit du filet d’Indra.

Il s’agit d’un filet qui serait tendu dans tout l’univers, sans limite, avec de multiples mailles, autant de mailles qu’il y aurait d’êtres sensibles, que ce soit des êtres humains, des animaux ou toute forme d’existence qu’on appréhende pas forcément nous avec nos sens.
Et à chaque croisement, à chaque maille, il y aurait un filet invisible au bout duquel il pendrait une petite pierre qui brillerait plus ou moins et qui, selon la manière dont elle brille, pourrait avoir une influence sur les autres pierres et exercer un reflet plus ou moins important sur les autres pierres.

Tout ça pour symboliser que tout ce que l’on fait, ce n’est pas sans conséquences, tout ce qui se produit eh bien génère une conséquence et en particulier, si je vous explique tout ça, c’est parce que c’est à relier à notre pratique spirituelle, à la motivation qui est la notre lorsqu’on s’engage sur le chemin du yoga et cela je l’explique souvent à Lyon à mes élèves de yoga..

Plus on va développer de la sincérité, plus on va développer de l’altruisme, de l’amour, de la bienveillance, de la compassion envers tous les êtres, eh bien cette petite pierre, notre âme, va briller, et plus elle va briller, plus elle va exercer une influence sur les êtres.
Si elle brille un peu, elle va exercer une influence sur un certain nombre d’êtres, mais si elle brille de tout son éclat, elle va pouvoir exercer une influence sur l’ensemble des êtres vivants où qu’ils se trouvent.

C’est simplement ici pour expliquer qu’il ne faut pas mésestimer la puissance d’une pratique spirituelle, dès lors qu’on chemine correctement sur la voie qui mène au yoga  (je ne parle pas évidement du yoga fitness comme on voit maintenant de partout que ce soit à Lyon ou n’importe où ailleurs). Dès lors que l’on se purifie de plus en plus et que notre motivation est de plus en plus altruiste, et bien on exerce une influence qui peut être incommensurable, qui peut être parfois plus importante que quelqu’un qui, tous les jours, nourrirait des milliers de personnes qui souffrent de la faim.

Ça peut sembler fou, comme ça, mais c’est réellement comme ça que ça se passe.

Parfois on entend des réflexions à ce sujet à propos de certains yogis qui se retrouvent isolés à certains endroits et puis qui passent une vie de méditant et qui parfois sont des grands yogis accomplis, qui ont un très haut niveau de réalisation spirituelle. On dit oui, c’est bien, mais pendant ce temps il y a des gens qui meurent de faim, c’est beaucoup mieux d’aller faire de l’humanitaire, de s’occuper des gens, parce qu’il y en a qui souffrent, parce que là, la personne qui est dans son coin, toute seule, qui médite, ça ne sert pas à grand-chose.

Et bien méprenez vous, vous faites erreur. Quand il s’agit d’un méditant très expérimenté qui a de grandes qualités d’amour et de compassion et qui oriente donc toute sa pratique vers le développement  de l’altruisme, de l’amour, de la bienveillance, envers tous, sans exception et de manière inconditionnelle, et bien il brille de tout son éclat et exerce une influence, qui ne se voit pas, certes, mais qui est bien réelle, et qui peut être tellement plus importante que le fait de nourrir des milliers de personnes chaque jour.

Alors, tout ça pour vous expliquer qu’il ne faut pas mésestimer la portée de votre pratique du yoga et que vous pouvez vraiment contribuer à l’équilibre, l’harmonie au sein de l’univers et de manière extrêmement limitée à la paix dans le monde. Si vraiment vous cherchez à développer votre motivation de manière à ce qu’elle soit toujours plus juste de plus orientée vers le bien d’autrui.

J’espère que vous avez aimé cette vidéo.
Tout ça on peut l’approfondir dans le cycle « 2 mois pour une vie nouvelle » si vous êtes élève de yoga à Lyon, mais aussi depuis quelque temps vous pouvez suivre ce programme partout dans le monde dès lors que vous êtes francophone… Je fais une conférence deux fois par an et ensuite, le cycle de formation pour apprendre la méditation démarre ensuite.
SI vous vous intéressez à ça, il faut simplement cliquer sur le petit bandeau en dessous de la vidéo, vous recevrez toutes les informations, vous serez mis au courant, comment vous inscrire, etc.

On parlera de toutes ces choses mais encore plus en détail. Vous verrez, c’est passionnant.

En tout cas si vous avez aimé cette vidéo cliquez sur J’aime et n’oubliez pas de vous abonner si ce n’est pas encore fait.

Je vous dis à très bientôt pour une autre vidéo, au revoir mes amis !

La salutation au soleil – mouvement n°3 # vidéo 6 sur 12

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bienvenue mes amis pour la suite de la salutation au soleil ou surya namaskar.

On va s’attarder au temps 3 où il y a beaucoup de choses à dire, c’est vraiment peut être un mouvement sur lequel il faut poser une attention plus particulière que sur tous les autres mouvements parce qu’ici ça peut être source de pas mal de dangers.

En tout cas, avant d’en arriver là et de voir quels peuvent être tous les dangers de ce temps 3, de la flexion du tronc sur les cuisses si on le fait d’une certaine manière.

On va voir comment ça se fait traditionnellement quand on a un corps parfaitement flexible et pour que ce soit exécuté comme ça, par exemple dans les familles de brahmins en Inde, lorsque les gens, depuis leur plus tendre enfance, sont habitués aux pratiques corporelles du hatha yoga, ils le font parfaitement, il n’y a rien à dire, c’est vraiment top

C’est ce que va vous montrer Emilie ici, puisqu’au niveau de son corps elle est très flexible aussi, donc tu peux placer simplement temps 1, puis temps 2, extension et maintenant flexion du tronc sur les cuisses.

Vous voyez qu’ici…va doucement s’il te plait Emilie, reste ici. D’habitude ça se fait dans la continuité, mais là vous voyez que la tout le corps est dans le même axe : le tronc, les bras, les avant-bras et même idéalement les mains sont tous sur le même axe, et en même temps ici on tire loin vers l’arrière dans le sacrum, on va chercher loin et on continue à fléchir le tronc, là, là, là et là.

Les cuisses sont tendues et on pose les mains sur la même ligne que les deux pieds. La nuque est relâchée et les jambes sont tendues. Et là, quand on se trouve en flexion complète du tronc sur les cuisses, on peut même tirer le sacrum vers le haut, et c’est parfait.

Tout cela, si notre corps nous permet de le faire.

Maintenant on va changer de place avec Emilie. Puis on va commenter ensemble ce qu’il se passe pour nous occidentaux qui n’avons pas cette flexibilité, quel est le danger qui peut exister si on veut absolument garder les jambes tendues. Parfois, certains enseignants de yoga imposent à leurs élèves de garder les jambes tendues, c’est pas forcément adapté, ça peut même être très dangereux et à rien qu’à Lyon j’ai déjà eu pas mal de témoignages de personnes pour qui leurs problèmes de dos se sont accentués dès lors qu’ils ont commencé le yoga, ce qui est quand même un comble! Tout cela pourquoi? par manque de réelle formation de trop d’enseignants de yoga qui ne connaissent quasiment rien de la mécanique humaine, je veux dire de l’anatomie du mouvement, de la biomécanique humaine.

Déjà, nous, depuis notre enfance, on est habitués à être assis sur des sièges, que ce soit pour manger, étudier, regarder la télévision, on a un mode de vie c’est comme ça, on est assis sur des sièges. C’est-à-dire qu’on a les jambes qui sont très souvent fléchies. Et à force, ce groupe musculaire, la partie postérieure des cuisses, qu’on appelle les essieux jambiers, deviennent vraiment raccourcis, ils ont une longueur physiologique qui n’est pas normale, ils sont trop courts.

Donc si on nous impose de garder les jambes tendues alors qu’on n’est pas souple au niveau postérieur ici, ce qu’il va se passer c’est ça… Je te donne le micro.

Emilie : On va reprendre ce temps 3… Voilà. Pour une personne qui a, en effet, les ischions jambiers raccourcis, elle va d’abord plier…

François : Non, ce que je veux dire c’est ce qu’il se passe si on lui impose de garder les jambes tendues…

Ce qu’il va se passer surtout c’est que la colonne vertébrale sera arrondie de manière anormale, elle ne sera pas droite comme vous l’avez vu quand Emilie l’a fait tout à l’heure et ça va favoriser ce bâillement des vertèbres.

Souvent on aura déjà pas un maintien très solide de notre centre, notre abdomen, et donc ce bâillement des vertèbres va favoriser parfois à l’extrême la sortie d’un disque intervertébral, d’un noyau intervertébral. Et c’est là qu’on va parfois irriter le nerf sciatique, c’est même, à l’extrême, des situations où des gens vont se retrouver avec une pathologie qui va les amener peut être même à devoir passer sur la table d’opération. Vive le yoga quand vous le faites en milieu amateur…

Certains se mettent au yoga pour la santé de leur dos et ils finissent par se faire du mal eau niveau du nerf sciatique. Parfois, si le dos est déjà fragile, si la colonne vertébrale n’est pas en très bonne santé et que l’on commence le yoga sans être correctement guidé, cela peut suffire pour que l’on se retrouve avec de sérieux problèmes de dos, genre irritation du nerf sciatique, voir une saillie d’un disque intervertébral plus ou moins importante… voilà, juste parce que nous avons tenté un mouvement non adapté …

En l’occurrence c’est dangereux, c’est d’autant plus dangereux quand vous arrondissez le dos comme ça: la sortie du disque intervertébral est d’autant plus favorisé qu’il y a l’effet de l’apesanteur qui se fait aussi.

Donc, tout ça pour vous dire que lorsqu’on n’est pas flexible, comment il faut faire ?

Il ne faut pas être prétentieux, il faut accepter ses imperfections. C’est pour ça que moi, pendant les cours, je vous demande de la jouer relax, de fléchir les jambes, de protéger votre dos, de le descendre à peu près droit, comme ça, et d’aller poser gentiment les doigts des mains au sol. Et là je suis carrément fléchi; et vous relâchez la tête…

Mais au moins votre dos est maintenu, il est droit.

Vous allez me dire que vous allez rester ainsi avec l’arrière des cuisses contracté, pas suffisamment flexible si vous ne faites pas ce travail d’étirement. C’est pour ça qu’en ce moment où je vous parle, on est dans un cycle où on fait une séance qui vise à restaurer un peu plus de longueur physiologique normale à ce groupe musculaire aux ischio-jambiers. C’est un travail à faire de manière complémentaire, pas pendant la salutation au soleil.

Si vous n’êtes pas très flexible, si c’est pas facile d’aller poser les mains à plat au niveau du sol en gardant les jambes tendues, surtout ne le faites pas, fléchissez bien les jambes, gardez surtout le dos bien plat et descendez prudemment. Fléchissez autant que possible sur les cuisses pour que ça vous permette au final d’aller poser les doigts des mains au sol, tranquillement. 

C’est une adaptation qu’il faut faire pour que vous puissiez faire la salutation au soleil en toute sécurité.

J’espère que j’ai été assez précis, c’était un peu long mais il y a beaucoup de choses à dire, c’est pas évident parce que j’ai l’impression que quand vous n’êtes pas là face à moi vous pouvez avoir un tas de questions, bien sûr je ne peux pas y répondre en direct. Plus que jamais, c’est important que vous posiez vos questions pour qu’on puisse y répondre au cas par cas, pour que ça puisse vous enrichir les uns les autres, toutes les questions vont profiter à tout le monde pour aller plus loin dans ce que je vous explique.
Là j’ai pas la prétention de répondre clairement à toutes les interrogations que vous pouvez avoir, c’est sûr que vous avez plein de questions, posez-les !

J’espère que vous aurez aimé cette vidéo, cliquez sur J’aime si c’est le cas, abonnez vous si ce n’est pas encore fait.

On va se retrouver pour le temps 4 où il y a aussi des choses à dire. Mais aujourd’hui, c’était peut être le point le plus délicat de la salutation au soleil.

A bientôt mes amis, au revoir !

Retrouvez ici une posture de yoga spécial sciatique à pratiquer