Quelques réflexions philosohiques pour répondre à vos questions; des enseignements beaucoup plus développés sont proposés pendant le cycle « 2 mois pour 1 vie nouvelle ».

Je suis là pour toi

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Je suis là pour toi

Je ne sais pas

Qu’est ce que j’en sais ? J’en sais rien.

Je crois que les choses quand elles sont là seront toujours là.

Je crois que quand elles sont là le matin elles seront encore là le soir, qu’est ce que j’en sais ? J’en sais rien en fait. Comment je peux savoir ça ? C’est comme ça qu’on se fait surprendre par la vie.

De toute façon la vie va toujours nous surprendre et a plus forte raison si on vit comme ça, c’est sûr.

Quand on a son premier enfant et qu’il nait, c’est notre premier enfant, on le voit pour la première fois, c’est la première fois de la première fois, comment on est à ce moment là ?

C’est…ouah, c’est un truc de fou, comme si le temps s’arrêtait, on est dans une plénitude totale ! Là on est plein, on vit, on est vivant.

Et puis une fois que l’enfant est là, on s’habitue petit à petit, cet émerveillement du départ il disparait, disons les choses comme elles sont. Et ça devient habituel, l’enfant fait comme partie des meubles. Et on ne fait plus attention. Et c’est acquis, il est là, il sera toujours là.

Tout peut arriver

Maintenant si le soir il n’est plus là pour X raison. Ce sera une douleur incroyable. Pourquoi est-ce qu’on aura tenu ça pour permanent ?

Parce qu’on n’est pas prêt à ce que l’enfant soit plus là le soir. Ou que son conjoint ne soit plus là le soir. On n’est pas prêt à ça.

Alors non seulement on n’est pas prêt à ça, mais aussi au moment où il est là, on ne se rend pas compte à quel point c’est important d’en profiter.

Plutôt que de partir à l’arrache parce qu’on est en retard, « bon allez chéri à ce soir j’m’en vais ! » et claquer la porte… Pourquoi on ne prend pas au moins le temps…de s’unir à ses enfants, à sa chérie, et de leur dire qu’on les aime et qu’on est là pour eux.

Et dans le même temps, de savoir que dans la vie, tout peut arriver, à tout moment.

Et justement c’est parce qu’on sait ça qu’on vit pleinement les choses au moment où ça nous est donné de le vivre.

Alors ça ne veut pas dire qu’on souhaite être séparé ou avoir des malheurs ou quoi que ce soit. Mais on sait que c’est possible. On est prêt, on n’est pas en train de fuir la réalité. Parce que la réalité c’est ça. C’est pas que les choses soient permanentes, c’est que les choses soient impermanentes. Et en même temps, au moment où les choses cessent, on ne sait pas quand c’est que ça va être, on ne sait pas à l’avance quand.

Donc le moment où ça va cesser est incertain.

Si tu es lyonnais tu peux participer aux cours de yoga à Lyon

Tranquille et bien là

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Tranquille et bien là

Jamais content

Tout ça pour dire qu’on n’est jamais content…

…parce qu’avant de parler de non attachement ou de renoncement qui est à relier à cette discrimination qui nous permet de distinguer le réel de l’irréel, ça c’est pas du jour au lendemain qu’on atteint ça, parce que quand c’est là, de fait, on n’est pas attaché de fait quand on a vraiment la discrimination.

Il y a une première étape qu’on peut viser, c’est de développer de manière systématique du contentement. Prendre conscience de ce que l’on a. Que si on n’a pas tout ce qu’on souhaiterait tout le temps, qu’on soit au moins conscient de ce que l’on a et qu’on l’apprécie pleinement.

Et qu’on soit uni à ça.

Le contentement c’est ça.

Parce que si on court toujours, on n’est pas tranquille, vous êtes d’accord, on a toujours l’esprit en mouvement. Si on est content, qu’on est sans crainte, sans espoir, on est content. On ne se refuse pas ce qui se présente, c’est bien. On n’est pas non plus sans avoir des ambitions, on peut avoir une vision, viser quelque chose, en sachant que tout peut se passer et en même temps être tendu vers un objectif, et on sait que tout peut se passer. On est déterminé et en même temps on est tranquille sur le chemin, c’est comme ça qu’on réalise les choses de toutes façons.

Si tu es lyonnais tu peux participer aux cours de yoga à Lyon

Content ou pas?.. faites le test!

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Content ou pas?.. faites le test!

De toujours courir et de ne jamais être pleinement satisfait de sa situation, de toujours vouloir autre chose, le fait de s’établir dans le contentement, en réalité, ça tient à quoi ?

C’est juste une habitude comportementale. C’est tout, c’est rien d’autre.

Donc il faut se raisonner.

Tout change, tout est incertain et il faut être conscient de ce qui est là maintenant et être heureux avec ça, maintenant.

On peut faire un exercice qui peut être révélateur si vous voulez le faire.

Je ne parle pas aux donateurs, je parle à ceux qui font vraiment le cycle.

Si vous voulez le faire, vous pouvez vous amuser un jour à dire je me prend une demi-heure, et sans être très ambitieux, parce que si je l’étais je vous demanderais plus, mais bon, juste ça déjà, sur une demi-heure, prendre un crayon, plusieurs feuilles de papier et noter non-stop 100 choses qui sont…ouah, c’est fou que vous ayez ça dans votre vie.
100 choses, sur une demi-heure. Regardez en une demi-heure combien vous en mettez. Si vous arrivez à en mettre 100, c’est bien !
Si vous n’arrivez pas à en mettre 100 en une demi-heure et que vous êtes déjà en train de réfléchir au bout de 2-3 minutes, rien que pour trouver les 5 premiers c’est pas facile, c’est que là, il y a du travail, il faut s’arrêter, approfondir cette réflexion et réfléchir vraiment !

On a besoin de ça.

Si vous êtes lyonnais, vous pouvez venir aux cours de yoga à lyon

===============
A TOUT MOMENT:
===============
1. Réserver une séance d’essai de hatha yoga à lyon :

================
LES FORMATIONS :
================
1. Formation de professeurs de Yoga – remplir au préalable une demande d’informations en remplissant le formulaire ici :http://yoga-meditation.tv/formation-de-professeur-de-yoga
2. « 2 mois pour 1 vie nouvelle » (formation à la pratique méditative)
Inscrivez-vous ici à la web-conférence GRATUITE (qui inclut une présentation du cycle de formation) : http://yoga-meditation.tv/groupe-meditation-lyon-formation-en-ligne/
3. A venir : Coaching PREMIUM sur UN AN pour s’épanouir sur tous les plans de son être (physique, énergétique, mental, émotionnel et spirituel)… Le programme s’articule autour de techniques avancées du Yoga, des techniques de thérapies brèves et des protocoles les plus innovants sur l’épanouissement personnel… Groupe de 15 personnes maximum.

Pour plus de renseignements écrire à : contact@yoga-meditation.tv 
================
LES STAGES

================
1. Séjours spirituels en INDE programmés chaque année soit à Pondichéry soit à Varanasi avec à la fois beaucoup de Yoga et de la liberté aussi !

http://yoga-meditation.tv/stage-yoga-inde/

2. Stage de yoga/détox ou yoga/randonnée programmés 2 ou 3 fois par an
=======================
☛ ★ COMMENT ME SUIVRE :

=======================
1.Abonnement immédiat à Chaîne YouTube ici goo.gl/qIhlFq
2. Likez ma page Facebook ici : https://www.facebook.com/yogalyon/ ainsi que

https://www.facebook.com/fyogesh
==========
Autres sites
==========
http://yoga-lyon.fr
http://thefrenchyogi.in

Pourquoi donner?

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Pourquoi donner?

Non, ce n’est pas normal…

Ne considérez plus que les choses qui sont là, ces 100 choses par exemple, c’est normal.

Juste parce que c’est là, c’est normal. Non c’est pas normal.

Par exemple là, on prend des films avec un smartphone, on téléphone, on est assis sur un tapis, on a des vêtements… Mais ce vêtement, comment il a été fait ? Qui est ce qui se trouve impliqué dans la réalisation de ce vêtement ? Combien de personnes se trouve impliquées directement ou indirectement ? Quelles sont toutes les énergies, les personnes qu’il a fallu mobiliser pour que finalement je puisse porter ça sur moi et me sentir bien dans ce vêtement ?

On n’y pense jamais à ça. C’est normal. Alors qu’il y a peut être des enfants qui travaillent pour ça. Peut être dans des conditions d’esclavage. De toutes façons si c’est pas ça c’est autre chose. Il y a forcément des choses où indirectement je bénéficie de conditions où il y a des gens qui souffrent pour que je puisse bénéficier de ces conditions.

Et moi je suis là. C’est normal ? Non, c’est pas normal.

Et la moindre des choses qu’on puisse faire pour ces gens qui souffrent pour me donner ces conditions dont je bénéficie, c’est d’y penser. C’est la moindre des choses que je puisse faire, non ? Si je ne peux pas faire beaucoup plus, qu’au moins j’y pense et que je ne fasse pas n’importe quoi avec les choses. Que je donne un sens qui soit utile et que là, à mon tour, je puisse donner de ma personne. Et ne pas être dans cette arrogance à croire que tout m’est dû.

Et que de chaque chose, justement, moi je puisse faire une utilisation qui va servir à autrui parce que ça doit être comme ça. Sinon je prend et ne redistribue pas.

Amener votre contribution aussi

Je peux me poser la question, comment je peux contribuer moi ?

Parce que finalement sur 7 ou 8 milliards d’être humains, pour ne prendre que la planète Terre alors que c’est dérisoire par rapport à l’univers. Finalement, si on découpe ça en tranches de 400 millions, soit 20×400, des tranches de 5%. Moi je suis où là dedans ? Dans quelle tranche ? Dans les 50% les plus favorisés sur la planète ? Oui ou non ?

Oui ? Est-ce que je suis dans les 25% les plus favorisés ? Dans les 10% les plus favorisés ? Peut être bien.

Alors qu’est ce que je fous ? J’suis pas content ?

Et là dedans, justement, c’est quoi ma part de contribution ? On regarde tout ce que je reçois des autres 90% qui sont peut être moins favorisés que moi. Directement ou indirectement. Est-ce que j’ai pas une responsabilité pour le moins par rapport à ça ? De donner le meilleur de moi-même ? Et puis d’être content !

Le meilleur que je puisse donner aux autres c’est de développer un état de paix et de tranquillité parce que c’est dans ces conditions que je vais pouvoir redistribuer et remercier pour tout ce qui m’est donné.

Si vous êtes lyonnais, vous pouvez venir aux cours de yoga à lyon

La valeur des vœux de nouvelle année

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

La valeur des vœux de nouvelle année

Bonjour chers amis, François, expert de yoga et méditation.

Un petit message pour la nouvelle année aujourd’hui, même si vous allez le comprendre à travers ce que je vais partager avec vous aujourd’hui, les vœux de nouvelle année c’est absolument pas du tout mon truc, donc c’est plutôt une difficulté pour moi de savoir ce que je vais dire et savoir comment je vais rendre ça intéressant, ou utile.

Chaque année je planche un peu, je couche des mots sur un papier, j’essaie de formuler quelque chose qui puisse capter votre attention et qui puisse nous aider à avancer tous ensemble ma foi, dans une direction qui soit juste et qui nous permette de donner un vrai sens à notre existence humaine.

Je vais suivre un peu ce que j’ai écrit sur papier et que je vous enverrai par email, mais là je vais plus le commenter.

La tradition

Parce que c’est une tradition ces vœux de nouvelle année.

Elle veut qu’on adresse nos vœux de bonheur, de paix, de joie, d’abondance, etc, aux membres de notre famille,  nos amis, et parfois même à des gens envers qui on estime avoir un intérêt à le faire, donc c’est pas désintéressé parfois. Et puis bon, globalement on pense à certaines personnes d’une manière ou d’une autre, et on ne pense pas à d’autres personnes.

D’un autre côté on est rempli de bonnes intentions, on émet des souhaits au début de l’année et très rapidement ça s’enfuit et on perd un peu nos bonnes dispositions comme ça, on retourne à nos habitudes comportementales qui ne sont pas toujours très bonnes, qui pourraient être meilleures parfois.

Reste que puisque ça frappe l’imagination, ce concept de nouvelle année, on peut déjà en profiter pour s’arrêter un peu, réfléchir et prendre conscience que déjà la nouvelle année c’est que quelque chose de conceptuel, ça n’existe pas vraiment en réalité, parce qu’il y a vraiment rien qui ait cessé ou commencé, tout simplement, on s’inscrit dans une continuité, on pourrait bien dire du jour au lendemain que la nouvelle année serait le premier mars, ça changerait quoi ?

On peut prendre conscience aussi pendant ce temps là que si on adresse des souhaits à certaines personnes, si soi même on est attaché à recevoir des souhaits de bonheur pour cette nouvelle année, on peut en profiter pour réaliser que finalement, tout être sensible, quel qu’il soit, aspire au bonheur et qu’en cela, on est tous semblables, on est tous un, que les animaux au passage, eux aussi ce sont des êtres dotés de sensibilité et ça aussi, ça nous arrange pas forcément, c’est pas toujours facile à accepter mais on doit le prendre en considération.

On doit prendre un moment pour réfléchir et réaliser que c’est sous l’emprise de la peur qu’on a des bonnes intentions d’une part pour certaines personnes et d’autres pensées moins bonnes pour d’autres personnes. C’est toujours sous l’emprise de la peur qu’on vit sans arrêt ballotés entre des sentiments d’attraction ou de répulsion et que c’est finalement ainsi qu’on crée de la division, de l’adversité, de la haine, et au final parfois de la violence qui s’exprime de manière plus ou moins évidente ou intense.

Victime ou responsable?

A ce sujet on ne mesure pas toujours la responsabilité que l’on porte vis-à-vis de situations où on estime simplement qu’on est victime et rien d’autre.

Non, on porte une responsabilité par rapport à ces situations là. On peut réfléchir un instant et se dire que finalement la violence qui a un moment a pu être subie par une centaine de français, est-ce qu’elle mérite tellement plus de considération que celle qui a été exercée ces dernières années sur des millions de congolais ? Est-ce que cette violence qui a été subie par une centaine de français mérite plus de considération que celle qui est imposée dans des conditions cruelles à plus de 700 milliards d’animaux par an qui sont élevés de manière industrielle pour les prétendus besoins en alimentation humaine ?

Une vision juste

Est-ce que finalement on a vraiment une vision juste des choses ?

Pourquoi est-ce qu’à partir d’aujourd’hui, même si c’est qu’un concept la nouvelle année, ça peut devenir quelque chose d’utile si à partir d’aujourd’hui, on fait de ce concept quelque chose de concret, on en profite pour prendre de vraies décisions, de décider une fois pour toute de devenir responsable, sentir responsable face à tout ce qui peut arriver et d’entamer vraiment une vraie révolution intérieure.

Je crois que c’était Gandhi qui disait ça, cette citation qui était citée mainte fois par quelqu’un qui s’appelle David Laroche, ce serait Gandhi qui aurait dit que si on veut changer le monde il faut commencer par se changer soi même.

L’honnêteté

On peut prendre des décisions pour entamer cette révolution intérieure. On peut le faire en se nourrissant des enseignements issus des grandes sagesses puisqu’on habite dans un pays où ça nous est accessible, on peut prendre le temps avec ça de développer une vraie réflexion sur la vie, sur nous même aussi. Une vraie réflexion personnelle pour s’observer attentivement avec une totale honnêteté, sans faire d’obstruction, parce que parfois il y a des choses qu’on peut voir qui ne sont pas vraiment agréables ou qu’on n’a pas envie de voir, d’accepter, donc on se crée une réalité qui nous arrange.

Donc s’observer avec une totale honnêteté.

Pour reconnaitre effectivement nos imperfections mais aussi les qualités fondamentales qui sont en nous, profondément, et qui ne demandent qu’à être actualisées. Et pour ce qui concerne les imperfections, eh bien prendre le temps d’être dos avec soi même, être en conscience de ses imperfections, les bercer, en prendre soin, et les soigner pour pouvoir les transformer en quelque chose qui va devenir de l’ordre de la perfection.

La non séparation

Avec tout ça, prendre aussi le temps d’observer un peu de temps en temps de manière complètement nue les choses, au-delà des concepts de séparation.

Justement pour expérimenter un peu ce sentiment d’union. C’est ça le yoga, c’est l’union. De l’union avec tout ce qui peut s’exprimer, tout ce qui compose la vie, toute forme d’existence, la nature.

Aussi, on peut faire tout ça en acceptant avec humilité l’aide qui nous est donnée par nos ainés, par ceux qui ont plus d’expérience que nous parce qu’on en a besoin, on ne peut pas faire sans. Sinon il y a beaucoup d’erreurs possibles, qu’on peut faire involontairement, certes, mais qu’on peut faire et qui peuvent nous emmener dans des directions qui sont erronées, tout simplement. Ça va pas produire des fruits positifs pour qui que ce soit, ni soi même, ni pour les autres.

Pourquoi faire tout ça ? Pour qu’on puisse vraiment considérer à part égale le droit au bonheur pout tout être sensible, quel qu’il soit, peu importe sa condition, que ce soit un humain, un animal, qu’on ait telle ou telle nationalité, sans distinction, de quel que sorte que ce soit.
Et aussi pour comprendre que celles et ceux qui ont commis les erreurs les plus sérieuses, celles qui peuvent nous sembler les plus impardonnables, ces erreurs, ils les commettent sous l’emprise de l’ignorance fondamentale et quand on est dans cet état, on est dans une souffrance intérieure très intense.

Même si c’est difficile à comprendre de prime abord, c’est comme ça !

Et si on veut se réformer soi même pour réformer le monde, on a aussi besoin de développer cet aspect, la compassion, et souhaiter que tous les êtres, quels qu’ils soient, puissent être libérés de la souffrance.

Etre comme le soleil

Pour qu’ainsi, un jour, on puisse soi même vraiment devenir un meilleur être humain, jour après jour, et qu’on puisse être…vous savez, j’ai fait une vidéo, c’était la 100e vidéo, ça doit faire un mois et demi à peu près : être comme le soleil, on voyait ces yogis au bord du Gange à Varanasi. Il y avait un yogi qui expliquait ça. C’est-à-dire voir toutes et tous de la même façon, sans aucune condition. Être un ami pour le monde entier. Sans exception. Pour tous les êtres qui emplissent l’espace.

Et puis rayonner comme le soleil. De chaleur, de lumière, pour devenir aussi une source d’inspiration et contribuer ainsi à plus d’amour déversé de manière inconditionnelle pour contribuer à plus de paix, à construire cette paix universelle et rétablir cette paix originelle en quelques sortes.

Et avec tout ça, si on fait tout ça, on donne un vrai sens à son existence humaine.

Servez, donnez, aimez, méditez, réalisez…

Il y avait un grand saint indien, un grand maître de yoga, une lignée à laquelle j’appartiens de manière extrêmement courte, entre ce grand saint et moi-même il y a juste deux personnes donc c’est une lignée où on s’est transmis les enseignements de manière directe, de génération en génération. C’est Swami Sivananda qui disait « Serve, give, love, meditate, realize ». C’est-à-dire « servez, donnez, aimez, méditez et réalisez ».

Ce chemin, je vous propose qu’on le fasse ensemble à travers tout ce que je propose.
Là, en cours, il y a un cycle « 2 mois pour une vie nouvelle », un autre va démarrer certainement en mars-avril dans d’autres conditions que ce que j’ai pu faire jusqu’à maintenant.

Je vais bientôt vous parler aussi du séjour en Inde que l’on va faire en août, et là pour ceux qui veulent vraiment profiter des vacances et rendre ces vacances vraiment utiles et enclencher un processus de transformation intérieure, je vous réserve un programme que j’ai encore jamais délivré, mais…voilà, si vous avez fait « 2 mois pour une vie nouvelle », en complément ça va être le top du top, et si vous ne l’avez pas fait, vous pourrez le faire ensuite, il n’y a pas d’ordre défini. Mais je vais vraiment délivrer un enseignement que je n’ai jamais délivré jusqu’à maintenant et ça se passera première quinzaine d’août à l’occasion d’un stage de yoga à Pondichéry en Inde.

En tout cas, qu’il en soit ainsi, que ce message puisse vous inspirer et que ça vous permette de vraiment décider d’entamer quelque chose qui puisse contribuer à plus de paix dans le monde. Qu’il en soit ainsi et à bientôt mes amis, au revoir !

Bien agir pour mieux aimer

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Bien agir pour mieux aimer

Chers amis bonjour, François, expert de yoga et méditation.

Aujourd’hui je voulais partager avec vous une réflexion sur comment on peut s’y prendre afin de réagir afin de mieux aimer, et en particulier de mieux aimer nos proches, surtout si on a des gens avec qui on vit à la maison, ce peut être nos enfants, notre conjoint, et si ce n’est pas le cas, avec notre environnement social le plus proche, nos amis.

Comment faire?

Encore une fois, comment faire pour bien agir afin de mieux aimer?

Il n’y a pas longtemps, j’avais fait une vidéo sur comment mieux se connaître, et ensuite mieux agir.

Donc, au final, ça veut dire que pour mieux agir s’il faut mieux se connaître, on a peut être intérêt à bien se connaître et à bien s’aimer soi même pour ensuite pouvoir mieux aimer ses proches. C’est très important.

Ce qui veut dire qu’on a besoin de garder une place dans notre vie pour la pratique spirituelle, pour l’observation intérieure, apprendre à mieux se connaître, se comprendre, mieux savoir comment on fonctionne, qui on est, s’aimer, avoir plus de tendresse envers nous même.

Une connaissance indispensable

C’est très important, parce que comment donner quelque chose que l’on n’a pas déjà ?

Cette pratique spirituelle est très importante sinon on va avoir l’illusion qu’on va donner des choses à nos proches mais en réalité ça ne sera pas vraiment le cas, on va peut être être présent avec les gens sans forcément être là pour eux parce qu’on comprendra peut être pas comment on fonctionne, comment fonctionnent les autres, comment fonctionne l’être humain, et on va faire beaucoup d’erreurs dans nos actions. On ne va pas toujours agir de manière juste même si notre intention sera la meilleure qui soit, on fera le mieux possible à notre niveau mais en attendant on va toujours faire beaucoup d’erreurs dans nos actions.

C’est très important de se pencher sur l’étude du fonctionnement humain et on a un outil merveilleux qui est à notre disposition, c’est déjà…nous même !

Derrière, quand on engage ce chemin spirituel, on a souvent beaucoup d’obstacles majeurs qu’on retrouve tout le temps chez tout le monde dès lors qu’on commence une pratique spirituelle, en particulier, curieusement, tout d’un coup, on se trouve un sens du devoir assez exacerbé qui n’existait pas avant qu’on ait besoin d’entamer la pratique.

Par exemple, imaginons que ça fait longtemps que vous décidez de faire du tri dans vos papiers et jour après jour, semaine après semaine et mois après mois, ça fait des mois que vous devez faire ça, vous le faites jamais et au fond vous allez jamais le faire manifestement. Et tout d’un coup, comme vous vous mettez à une pratique spirituelle, tout d’un coup vous vous dites que c’est important de faire la pratique spirituelle mais les papiers à trier depuis tant de temps faut vraiment que je le fasse et ensuite j’aurai du temps pour la pratique spirituelle.

C’est ce genre de choses, vous voyez ?

Ou alors je dois rendre visite à mes parents alors que d’habitude je vais les voir très peu et on fait pas vraiment attention à ça et on n’y va pas de manière réglée. D’un coup on se dit qu’il faut pratiquer mais qu’il faut aussi être près des siens sinon ça ne sert à rien.

Et quand c’est comme ça, finalement on fait rien du tout. C’est ni plus ni moiins qu’une tromperie du mental qui cherche à nous divertir, pour nous empêcher de reprendre le contrôle.

La survie du mental

Le mental, jusqu’à maintenant, il vous a emmené où il voulait et il veut surtout pas perdre le contrôle.

Il faut donc faire très attention à ça, et si vous êtes face à des choses comme ça, il faut savoir le reconnaître pour ne pas se faire piéger et avoir cette discipline, ce courage, de laisser un peu sa famille de côté, alors c’est pas forcément très longtemps, une fois par jour, une demi heure, s’isoler dans une pièce et ne pas être avec son conjoint, ses enfants pendant ce temps là, être à ce qu’on fait, dans sa pratique spirituelle et ça peut être une fois par semaine. Si je fais « 2 mois pour une vie nouvelle », une fois par semaine je vais passer un instant pour suivre le module avec mon enseignant, moi par exemple, et les autres pratiquants. Pendant ce temps ma famille va être seule.£

Il faut avoir le courage parfois de s’éloigner un peu de ses proches pour aller chercher toutes les plus belles choses au fond de soi même pour pouvoir développer cette capacité à avoir énormément d’amour et de tendresse pour soi même et ensuite être en mesure, être capable de redistribuer toutes ces richesses du cœur autour de nous et en particulier à nos proches.

Si on ne le fait pas, on aura peut être l’illusion de pouvoir donner des choses, mais on se rendra peut être pas forcément compte que ce qu’il se passe est pleinement là, présent, pour eux.

Quelle priorité?

Il faut mieux être un peu moins longtemps avec ses proches et que quand on est là, on l’est vraiment entièrement pour eux. Là, ça nous permet, effectivement, de mieux aimer ses proches.

Donc faites une priorité à la pratique, ce sera un grand cadeau que vous allez vous faire à vous-même et à vos proches. Vraiment ils le sentiront que vous avez une qualité d’amour qui est encore plus grande que celle que vous pouviez avoir avant, ce sera notable et vous allez avoir des retours même là-dessus.

N’ayez pas peur de ça, c’est comme ça qu’il faut vous y prendre.

En tout cas ce sont des réflexions qu’on peut développer ensemble, si toutefois vous ne faites toujours pas partie du programme, intéressez vous à ce programme, positionnez vous pour une prochaine session qui aura lieu à partir du mois d’avril, je sais pas encore si ça se fera en présentiel ou si on utilisera un peu les outils modernes comme internet pour diffuser une partie de la formation, mais cette formation va perdurer donc intéressez vous à ça.

Si vous avez aimé la vidéo, cliquez sur J’aime et n’hésitez pas à laisser un commentaire, par exemple une question, j’y répondrai. N’oubliez pas de vous abonner également !

A bientôt pour une prochaine vidéo mes amis, au revoir !

Soyez là, bien là…

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Soyez là, bien là…

Tout est impermanent.

Et à ce sujet, par rapport aux choses auxquelles on est attaché, les choses que l’on souhaite, désire et que l’on n’a pas toujours spontanément, d’emblée. On a parfois besoin de fournir beaucoup d’efforts voire de souffrir, d’accepter un certain nombre de privations, de faire des efforts pour obtenir certaines choses que l’on souhaite.

C’est vraiment une souffrance. Une forme de souffrance qui est liée au fait de produire tous ces efforts pour obtenir ce que l’on souhaite.

Une fois qu’on a les choses, eh bien on peut expérimenter une autre forme de souffrance qui est de craindre de perdre ce qu’on a mis du temps à acquérir.

Mais à un moment ou un autre, on sera confronté à cette souffrance de quitter ça aussi : nos possessions, les êtres que l’on aime, de toutes façons. Et dans le meilleur des cas ce sera au moment de la mort, mais ce sera peut être avant. De toute façon, à un moment ou un autre, ça arrivera. C’est comme ça. On doit comprendre aussi cette chose là et profiter des choses quand elles sont là. En être heureux. Et très souvent on cours après un bonheur illusoire.

Un futur illusoire

C’est comme si on mettait entre les mains d’un futur illusoire notre bonheur.

Comme si on ne pouvait jamais l’attraper, qu’il nous échappait. On court après. Et même si on a ce qu’on voulait, on veut autre chose, on n’est jamais pleinement satisfait.

C’est-à-dire que là, vivement Noël. On n’est pas là, on est déjà à Noël alors que Noël n’existe pas encore. Et puis quand on sera à Noël, vivement le jour de l’an, parce qu’on va se réunir en famille, machin, ceci, cela. Et quand on sera au jour de l’an, vivement telle date parce que tel ami viendra nous voir, ça fait longtemps qu’on l’a pas vu, etc.
Ensuite vivement les grandes vacances, au bout d’un moment on veut retourner au travail, et ainsi de suite. Ça n’arrête jamais.

En gros, c’est vivement le cimetière ! Bah oui !

On est pressé d’aller au cimetière !

Mais en fait, il n’y a pas à s’inquiéter pour ça puisqu’on est déjà au cimetière. Parce qu’on est jamais vivant ! On ne vit jamais !

On est déjà des cadavres ambulants, des morts vivants, parce qu’on ne vit jamais l’expérience du moment. Donc on y est déjà au cimetière, pas besoin d’être pressé d’y aller, on y est déjà.


Pour rappel, si vous avez une quelconque question SVP,

prenez le temps au préalable de vérifier si la réponse ne se trouve pas sur la page contact

Libre des sources de distraction

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Libre des sources de distraction

Eh bien bonjour chers amis, François, expert de yoga et méditation.

Je vous retrouve aujourd’hui pour répondre à une question qui m’a été posée récemment, qui est de comment pouvoir échapper aux distractions, comment pouvoir se libérer des distractions, comment faire pour retrouver un peu de liberté et pas être emmené à droite à gauche et balloté sans arrêt, sans aucun contrôle.

La vraie question

La vraie question ne serait pas ça, ce serait plutôt comment ne pas être dépendant des distractions.

Extérieur ou intérieur?

Parce que les distractions, ou en tout cas les sources de distractions, elles sont de partout extérieurement parlant. Comment on peut rester stable intérieurement ? Parce que finalement, la distraction est où ? A l’extérieur ou l’intérieur ? C’est déjà une première question à se poser, il faut faire la différence entre la distraction elle-même et les sources de distraction. C’est déjà deux choses différentes.

Extérieurement, on a beaucoup de choses qui sont susceptibles de nous distraire, après, la distraction elle-même, c’est l’état dans lequel on se trouve, ça se trouve à l’intérieur plutôt qu’autre chose.

La distraction concerne tout le monde de toutes façons, qui que l’on soit. Que l’on habite en occident ou même en orient, parce que parfois on dit qu’en orient les gens sont plus zen, stables, ils ont une sérénité… Bon, mais c’est un peu le fantasme qu’on se construit et ça correspond pas forcément à la réalité, on voit qu’une partie des choses, celles qu’on a envie de voir, et en réalité ça fait partie de la nature humaine de se laisser entraîner par toutes les sources de distraction.

Et ça, ça a toujours existé de tout temps, parce que bien sûr aujourd’hui on a beaucoup de choses qui sont là pour stimuler nos sens, on n’a jamais eu autant de choses offertes comme source de distraction. Mais dans notre nature on est toujours très facilement distrait, ce qui veut dire qu’il y a 1000 ans, 2000 ans, eh bien si on n’était pas distrait par les mêmes choses qu’aujourd’hui, c’était d’autres choses, et le mental est suffisamment…j’allais dire habile, c’est pas ça, le mental se laisse facilement entraîner, c’est inhérent au mental de se laisser entraîner comme ça.

Est-on conscient?

La question n’est pas la distraction elle-même, être ou ne pas être distrait n’est pas la question, la question c’est une question, toujours pareil, de conscience. Est-ce qu’on est conscient d’être distrait ? Ou est-ce que finalement ça se fait envers et contre nous même sans même qu’on s’en rende compte.

Comment « faire »?

Quelle serait la chose à faire s’il y en avait une pour être vraiment là, vraiment présent, vivant, conscient de tout ce que la vie a à nous offrir sans être complètement éparpillé.

Commencez par cette chose là…

C’est simple, il y a juste une chose à se rappeler, c’est en lien avec une réflexion fondamentale qui est qualifiée comme telle, comme fondamentale, dans les philosophies orientales. C’est quoi la vie ? Pour savoir ce que c’est la vie, il faut être conscient de la vie. On peut, peut être, déjà commencer par prendre une habitude. Chaque matin au lieu de se lever, fumer sa cigarette, boire son café ou aller allumer son ordinateur, penser à ce qui va nous préoccuper dans la journée, on peut s’arrêter un moment et être conscient qu’on vient de se réveiller et que ma foi on peut toucher ce corps, il est là, on peut le toucher, et en quelque sorte on est vivant, on est toujours vivant et quand on sait qu’on est vivant, on est conscient qu’on est vivant.

C’est important de l’apprécier.

Oui: appréciez !

Je me suis amusé à regarder des statistiques, avant de faire cette vidéo j’ai réfléchi à ce sujet, je me suis amusé à aller voir combien de personnes en moyenne meurent chaque jour sur Terre. Il y a pratiquement 200 000 personnes par jour qui quittent leur corps, qui meurent comme on le dit communément, chaque jour.

A chaque fois qu’on se réveille, le lendemain matin, entre chaque matin, il y a 200 000 personnes qui sont mortes, nous on est toujours vivant ! On peut déjà apprécier ça, avoir conscience qu’on est encore vivant et qu’on jouit de cette condition d’avoir un corps humain et d’expérimenter tout ce qu’on est en train d’expérimenter.

On peut également aussi penser aux quelques personnes qui sont vraiment très importantes pour nous dans notre vie. On a toujours 2-3, 4 ou 5 personnes qui sont vraiment importantes pour nous. Est-ce que ces personnes sont toujours vivantes ? Si c’est le cas c’est super, parce que vous avez presque 200 000 personnes qui meurent chaque jour, vous avez pas loin d’un million de personnes par jour qui perdent quelqu’un qui leur est cher, quelqu’un qui compte parmi ces 4-5 personnes qui sont vraiment importantes pour nous.

Et nous aujourd’hui, à la fois on est encore vivant, à la fois les gens qui comptent pour nous sont encore vivants. Il faut savoir l’apprécier, et savoir apprécier que chaque jour qui est comme celui-ci est un jour privilégié finalement.

Tout ça pour dire qu’il ne faut pas prendre ça à la légère, c’est vraiment sérieux, parce que ça correspond à une réalité. La plupart d’entre nous pensent comme ça. Quelque part on le sait bien mais on est pas vraiment conscient, on se dit qu’il n’y a que les autres qui meurent et que ça ne nous concerne pas.

Alors qu’on est tous mortels, les autres sont mortels, vous êtes mortels, moi je suis mortel, tout le monde est mortel. C’est-à-dire que qui que nous soyons, qu’on ait envie ou pas, quelle que soit notre race, nationalité, condition, milieu socioculturel, sexe, habitudes, gloire, notoriété, nos possessions, qui que l’on soit, de toutes façons, nous sommes tous mortels, c’est sûr.

Se rappeler

Il faut qu’on se rappelle seulement que nous sommes clairement mortels. Il faut s’en rappeler très souvent.

Se rappeler qu’on est dans ce corps, dans lequel on expérimente cette vie humaine, c’est une vie qu’on ne fait que traverser avec une somme d’expérience que l’on fait, tout ça, un jour, à un moment ou un autre, un moment qui est d’ailleurs complètement incertain, ce peut être même aujourd’hui, mais à un moment, tout ça va disparaitre.

Pourquoi s’inquiéter?

De toutes façons, y a pas à s’en faire, si y a une chose dont on peut être sûr, c’est ça, le temps va faire son œuvre, et il y a finalement juste une chose à faire, attendre, tranquillement, ça va arriver.

Je prends ça un peu sur le ton de la plaisanterie, parfois on se tracasse beaucoup avec certaines situations, avec des personnes avec qui on peut se trouver en conflit, on ne supporte plus, ne sait plus comment faire. Là aussi, simplement, il faut être patient, attendre, c’est tout !

A un moment ou à un autre, ça va s’arrêter, un jour vous serez débarrassé, soit parce que vous allez mourir, soit parce que votre ennemi va mourir, soit parce que la situation va mourir d’elle-même.

Il ne faut pas s’inquiéter, à un moment ou un autre, les choses s’arrêtent tout le temps.

Donc si vous ne voulez plus être distrait, si vous voulez vous libérer de la distraction, eh bien il y a juste une chose à faire, c’est à chaque heure par exemple, c’est-à-dire que là il est 14h, je vérifie, je suis vivant.
Et je l’apprécie pleinement.
Parce qu’il y a une heure c’était 13h, maintenant 14h. En une heure, combien de personnes sont mortes ? S’il y en a 200 000 sur 24h, ça fait plus 8000 personnes sur Terre qui, pendant cette heure écoulée, sont mortes. Ou presque 30 000, 40 000 personnes ont perdu quelqu’un de proche pendant l’heure qui vient de s’écouler. Pour nous, ce n’est pas le cas. A chaque moment.

La force des habitudes

Et à toute heure, on peut vérifier ça. On peut prendre une habitude, à toute heure, de revenir à l’essentiel, de vérifier qu’on est toujours vivant, et d’apprécier ça, d’avoir ce qu’on appelle de la gratitude pour ça.

Si vous êtes continuellement conscient, si par exemple vous arrivez à un moment où non seulement vous êtes conscient de ça chaque heure, plusieurs fois par heure, vous êtes plus ou moins continuellement conscient, eh bien vous devenez vivant et vous appréciez les choses qui vous sont offertes de vivre. Vous devenez vivant parce que vous le savez que vous êtes vivant, quand vous savez que vous êtes vivant, vous êtes conscient que vous êtes vivant.

Appréciez cette existence humaine

Quand vous savez que vous êtes mortel, vous êtes conscient que vous êtes mortel, tout ça va ensemble. Et ça vous amène aussi à prendre conscience de votre dimension spirituelle, de comprendre que l’existence humaine est brève, on peut l’allonger un peu avec la pratique du yoga, mais de toutes façons à un moment ou un autre on va mourir, et si on est conscient de ça, à toute heure, à chaque minute, à chaque moment, eh bien dès qu’il se passe quelque chose dans notre vie, dès qu’on a un petit tourment, on se rappelle de ça, je suis mortel, je peux redevenir conscient et à tout moment aujourd’hui, être dans l’expérience du moment.
Et apprécier pleinement le fait d’expérimenter ce qui m’est donné d’expérimenter en ce moment.

Simplement il faut être à l’aise avec ça. La mort fait partie de la vie. Et ça peut nous amener aussi à nous questionner sur qui on est, au-delà de cette dimension physique, qui suis-je ?

Poussière d’étoile

Et j’avais un maître spirituel qui avait énoncé cette phrase et qui m’avait dit « vous êtes un agrégat de poussière d’étoile, vous êtes une poussière formée d’étoiles, qu’est-ce que vous craignez ? » Tout ça pour dire qu’évidemment nous, avec notre mode de perception, on perçoit ça comme solide, on le voit comme solide, définitif, ayant une existence propre, un caractère unique, mais en fait tout ça est en mouvement, il y a quelque chose qui va bien au-delà de cette apparence physique et temporaire, il y a quelque chose qui anime ça, qui fait qu’à un moment donné ça prend forme, il y a une certaine densité qui se forme, ça se réorganise d’une manière différente, à un moment donné ça s’arrête, on devient autre chose.

On n’est qu’un agrégat de poussière d’étoile, c’est tout.

Prendre conscience que ça nous amène à prendre conscience au-delà de cette dimension physique qu’il y a un mystère de la vie qu’il est intéressant d’explorer, avoir encore une fois une démarche spirituelle.

Aller plus loin…

Si vous voulez aller plus loin, bien sûr, je vous encourage à participer au programme « 2 mois pour une vie nouvelle » en particulier et toutes les choses que vous pouvez découvrir et qui vous semblent intéressantes, soyez curieux, soyez chercheur de vérité, pour découvrir tout ce qu’il y a autour de tout ça.

Pour conclure, encore une fois, pour se libérer de la distraction, soyez conscient que vous êtes vivant. A tout moment. Et apprécier ce qui vous est donné, de vivre là, maintenant, sans vous laisser vous emporter de partout. Revenez à votre souffle.

J’espère que vous avez aimé cette vidéo. Si c’est le cas, cliquez sur J’aime.
A bientôt pour une prochaine vidéo. Au revoir mes amis !

Milarepa disait ainsi : Immobile, tranquille…

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Immobile, tranquille…

Etre

Quand on dit qu’on ne fait pas, on n’est pas dans le faire, ni l’avoir, on est dans l’être.

Il y a être et être ! Haha… Parce que, je ne sais pas que dire au sujet de l’être, il y a être con par exemple ! Être désagréable, être intéressé, il y a tout ça !

En méditation, quand on parle d’être, on parle d’être à l’état naturel, c’est-à-dire revenir à son essence, à son être profond, véritable. Quand on parle d’être, on parle de ça. Parce que sinon le verbe être sur le plan mondain, on l’utilise beaucoup.

C’est s’établir dans sa nature propre, fondamentale. Et pour ça, on a besoin d’être complètement détendu. C’est pour ça que je vous dit à l’aise, détendu, relâché. C’est une condition préalable.

Comme un cadavre…

C’est Milarépa qui disait ça. Milarépa c’était un grand saint tibétain du XIe siècle, c’est pas si vieux que ça, juste mille ans !

Quand on voit comment une vie passe…

Milarépa s’est considéré peut être comme le plus grand saint de tous les temps dans la lignée tibétaine. Il a accompli des prodiges, il a vraiment marqué l’histoire. C’est vraiment parmi les plus grands. Il a donné des enseignements sous forme d’aphorismes, des trucs très courts et en même temps qui montent complètement à la tête.

Par exemple, au niveau de l’attitude à avoir, quand on dit à l’aise, détendu, il expliquait ça comme ça : « immobile, tranquille, comme un cadavre allongé dans un cimetière ».

===============
A TOUT MOMENT:
===============
1. Réserver une séance d’essai de hatha yoga à lyon :

================
LES FORMATIONS :
================
1. Formation de professeurs de Yoga – remplir au préalable une demande d’informations en remplissant le formulaire ici :http://yoga-meditation.tv/formation-de-professeur-de-yoga
2. « 2 mois pour 1 vie nouvelle » (formation à la pratique méditative)
Inscrivez-vous ici à la web-conférence GRATUITE (qui inclut une présentation du cycle de formation) : http://yoga-meditation.tv/groupe-meditation-lyon-formation-en-ligne/
3. A venir : Coaching PREMIUM sur UN AN pour s’épanouir sur tous les plans de son être (physique, énergétique, mental, émotionnel et spirituel)… Le programme s’articule autour de techniques avancées du Yoga, des techniques de thérapies brèves et des protocoles les plus innovants sur l’épanouissement personnel… Groupe de 15 personnes maximum.

Pour plus de renseignements écrire à : contact@yoga-meditation.tv 
================
LES STAGES
================
1. Séjours spirituels en INDE programmés chaque année soit à Pondichéry soit à Varanasi avec à la fois beaucoup de Yoga et de la liberté aussi !

http://yoga-meditation.tv/stage-yoga-inde/

2. Stage de yoga/détox ou yoga/randonnée programmés 2 ou 3 fois par an
=======================
☛ ★ COMMENT ME SUIVRE :

=======================
1.Abonnement immédiat à Chaîne YouTube ici goo.gl/qIhlFq
2. Likez ma page Facebook ici : https://www.facebook.com/yogalyon/ ainsi que

https://www.facebook.com/fyogesh
==========
Autres sites
==========
http://yoga-lyon.fr
http://thefrenchyogi.in