La salutation au soleil – mouvement n°3 # vidéo 6 sur 12

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bienvenue mes amis pour la suite de la salutation au soleil ou surya namaskar.

On va s’attarder au temps 3 où il y a beaucoup de choses à dire, c’est vraiment peut être un mouvement sur lequel il faut poser une attention plus particulière que sur tous les autres mouvements parce qu’ici ça peut être source de pas mal de dangers.

En tout cas, avant d’en arriver là et de voir quels peuvent être tous les dangers de ce temps 3, de la flexion du tronc sur les cuisses si on le fait d’une certaine manière.

On va voir comment ça se fait traditionnellement quand on a un corps parfaitement flexible et pour que ce soit exécuté comme ça, par exemple dans les familles de brahmins en Inde, lorsque les gens, depuis leur plus tendre enfance, sont habitués aux pratiques corporelles du hatha yoga, ils le font parfaitement, il n’y a rien à dire, c’est vraiment top

C’est ce que va vous montrer Emilie ici, puisqu’au niveau de son corps elle est très flexible aussi, donc tu peux placer simplement temps 1, puis temps 2, extension et maintenant flexion du tronc sur les cuisses.

Vous voyez qu’ici…va doucement s’il te plait Emilie, reste ici. D’habitude ça se fait dans la continuité, mais là vous voyez que la tout le corps est dans le même axe : le tronc, les bras, les avant-bras et même idéalement les mains sont tous sur le même axe, et en même temps ici on tire loin vers l’arrière dans le sacrum, on va chercher loin et on continue à fléchir le tronc, là, là, là et là.

Les cuisses sont tendues et on pose les mains sur la même ligne que les deux pieds. La nuque est relâchée et les jambes sont tendues. Et là, quand on se trouve en flexion complète du tronc sur les cuisses, on peut même tirer le sacrum vers le haut, et c’est parfait.

Tout cela, si notre corps nous permet de le faire.

Maintenant on va changer de place avec Emilie. Puis on va commenter ensemble ce qu’il se passe pour nous occidentaux qui n’avons pas cette flexibilité, quel est le danger qui peut exister si on veut absolument garder les jambes tendues. Parfois, certains enseignants de yoga imposent à leurs élèves de garder les jambes tendues, c’est pas forcément adapté, ça peut même être très dangereux et à rien qu’à Lyon j’ai déjà eu pas mal de témoignages de personnes pour qui leurs problèmes de dos se sont accentués dès lors qu’ils ont commencé le yoga, ce qui est quand même un comble! Tout cela pourquoi? par manque de réelle formation de trop d’enseignants de yoga qui ne connaissent quasiment rien de la mécanique humaine, je veux dire de l’anatomie du mouvement, de la biomécanique humaine.

Déjà, nous, depuis notre enfance, on est habitués à être assis sur des sièges, que ce soit pour manger, étudier, regarder la télévision, on a un mode de vie c’est comme ça, on est assis sur des sièges. C’est-à-dire qu’on a les jambes qui sont très souvent fléchies. Et à force, ce groupe musculaire, la partie postérieure des cuisses, qu’on appelle les essieux jambiers, deviennent vraiment raccourcis, ils ont une longueur physiologique qui n’est pas normale, ils sont trop courts.

Donc si on nous impose de garder les jambes tendues alors qu’on n’est pas souple au niveau postérieur ici, ce qu’il va se passer c’est ça… Je te donne le micro.

Emilie : On va reprendre ce temps 3… Voilà. Pour une personne qui a, en effet, les ischions jambiers raccourcis, elle va d’abord plier…

François : Non, ce que je veux dire c’est ce qu’il se passe si on lui impose de garder les jambes tendues…

Ce qu’il va se passer surtout c’est que la colonne vertébrale sera arrondie de manière anormale, elle ne sera pas droite comme vous l’avez vu quand Emilie l’a fait tout à l’heure et ça va favoriser ce bâillement des vertèbres.

Souvent on aura déjà pas un maintien très solide de notre centre, notre abdomen, et donc ce bâillement des vertèbres va favoriser parfois à l’extrême la sortie d’un disque intervertébral, d’un noyau intervertébral. Et c’est là qu’on va parfois irriter le nerf sciatique, c’est même, à l’extrême, des situations où des gens vont se retrouver avec une pathologie qui va les amener peut être même à devoir passer sur la table d’opération. Vive le yoga quand vous le faites en milieu amateur…

Certains se mettent au yoga pour la santé de leur dos et ils finissent par se faire du mal eau niveau du nerf sciatique. Parfois, si le dos est déjà fragile, si la colonne vertébrale n’est pas en très bonne santé et que l’on commence le yoga sans être correctement guidé, cela peut suffire pour que l’on se retrouve avec de sérieux problèmes de dos, genre irritation du nerf sciatique, voir une saillie d’un disque intervertébral plus ou moins importante… voilà, juste parce que nous avons tenté un mouvement non adapté …

En l’occurrence c’est dangereux, c’est d’autant plus dangereux quand vous arrondissez le dos comme ça: la sortie du disque intervertébral est d’autant plus favorisé qu’il y a l’effet de l’apesanteur qui se fait aussi.

Donc, tout ça pour vous dire que lorsqu’on n’est pas flexible, comment il faut faire ?

Il ne faut pas être prétentieux, il faut accepter ses imperfections. C’est pour ça que moi, pendant les cours, je vous demande de la jouer relax, de fléchir les jambes, de protéger votre dos, de le descendre à peu près droit, comme ça, et d’aller poser gentiment les doigts des mains au sol. Et là je suis carrément fléchi; et vous relâchez la tête…

Mais au moins votre dos est maintenu, il est droit.

Vous allez me dire que vous allez rester ainsi avec l’arrière des cuisses contracté, pas suffisamment flexible si vous ne faites pas ce travail d’étirement. C’est pour ça qu’en ce moment où je vous parle, on est dans un cycle où on fait une séance qui vise à restaurer un peu plus de longueur physiologique normale à ce groupe musculaire aux ischio-jambiers. C’est un travail à faire de manière complémentaire, pas pendant la salutation au soleil.

Si vous n’êtes pas très flexible, si c’est pas facile d’aller poser les mains à plat au niveau du sol en gardant les jambes tendues, surtout ne le faites pas, fléchissez bien les jambes, gardez surtout le dos bien plat et descendez prudemment. Fléchissez autant que possible sur les cuisses pour que ça vous permette au final d’aller poser les doigts des mains au sol, tranquillement. 

C’est une adaptation qu’il faut faire pour que vous puissiez faire la salutation au soleil en toute sécurité.

J’espère que j’ai été assez précis, c’était un peu long mais il y a beaucoup de choses à dire, c’est pas évident parce que j’ai l’impression que quand vous n’êtes pas là face à moi vous pouvez avoir un tas de questions, bien sûr je ne peux pas y répondre en direct. Plus que jamais, c’est important que vous posiez vos questions pour qu’on puisse y répondre au cas par cas, pour que ça puisse vous enrichir les uns les autres, toutes les questions vont profiter à tout le monde pour aller plus loin dans ce que je vous explique.
Là j’ai pas la prétention de répondre clairement à toutes les interrogations que vous pouvez avoir, c’est sûr que vous avez plein de questions, posez-les !

J’espère que vous aurez aimé cette vidéo, cliquez sur J’aime si c’est le cas, abonnez vous si ce n’est pas encore fait.

On va se retrouver pour le temps 4 où il y a aussi des choses à dire. Mais aujourd’hui, c’était peut être le point le plus délicat de la salutation au soleil.

A bientôt mes amis, au revoir !

Retrouvez ici une posture de yoga spécial sciatique à pratiquer

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *