Articles

Le besoin d’être guidé

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube « yoga lyon »

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Le besoin d’être guidé

Ne pas se méprendre

Et si on n’est pas guidé, on ne nous explique pas ces choses là, on peut se décourager et se dire que ça ne marche pas alors que ça marche très bien ce qu’on fait, c’est très bien !

On est en train de développer au contraire notre attention, il y a de la clarté, c’est très bien.

Parce que parfois, à l’inverse, on peut avoir l’impression que pendant 10 minutes, comme je le disais tout à l’heure, oui, je suis centré. Mais peut être que tout simplement on a plein de brouillard comme ça et on ne voit rien du tout et on est distrait en permanence, mais on ne s’en rend même pas compte et on croit être centré.

L’un va croire que sa méditation ne marche pas du tout, l’autre va croire que sa méditation est top et les deux sont en train de se méprendre totalement. C’est pour ça qu’on a besoin d’être guidés parce qu’il y a déjà ces choses très basiques, ça, nécessairement j’ai besoin de vous en parler et vous avez besoin de bien le comprendre mais ça reste les choses les plus basiques.

Au fur et à mesure qu’on avance il y a d’autres subtilités sur lesquelles il convient de ne pas se méprendre parce que sinon de la même façon on va pouvoir se décourager à tort ou croire qu’on est arrivés déjà et à tort aussi.

Donc on a vraiment besoin, c’est le terme qu’on emploie, d’être guidé, ça veut bien dire ce que ça veut dire. Par quelqu’un qui a déjà développé l’expérience, un petit peu.

Donc guidé, ça veut dire quoi ? Cela veut dire être accompagné par un ami de bien qui est capable de dire « viens on va faire une promenade ensemble, je connais le chemin ».

Si tu es lyonnais tu peux participer aux cours de yoga à Lyon

Pourquoi donner?

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Pourquoi donner?

Non, ce n’est pas normal…

Ne considérez plus que les choses qui sont là, ces 100 choses par exemple, c’est normal.

Juste parce que c’est là, c’est normal. Non c’est pas normal.

Par exemple là, on prend des films avec un smartphone, on téléphone, on est assis sur un tapis, on a des vêtements… Mais ce vêtement, comment il a été fait ? Qui est ce qui se trouve impliqué dans la réalisation de ce vêtement ? Combien de personnes se trouve impliquées directement ou indirectement ? Quelles sont toutes les énergies, les personnes qu’il a fallu mobiliser pour que finalement je puisse porter ça sur moi et me sentir bien dans ce vêtement ?

On n’y pense jamais à ça. C’est normal. Alors qu’il y a peut être des enfants qui travaillent pour ça. Peut être dans des conditions d’esclavage. De toutes façons si c’est pas ça c’est autre chose. Il y a forcément des choses où indirectement je bénéficie de conditions où il y a des gens qui souffrent pour que je puisse bénéficier de ces conditions.

Et moi je suis là. C’est normal ? Non, c’est pas normal.

Et la moindre des choses qu’on puisse faire pour ces gens qui souffrent pour me donner ces conditions dont je bénéficie, c’est d’y penser. C’est la moindre des choses que je puisse faire, non ? Si je ne peux pas faire beaucoup plus, qu’au moins j’y pense et que je ne fasse pas n’importe quoi avec les choses. Que je donne un sens qui soit utile et que là, à mon tour, je puisse donner de ma personne. Et ne pas être dans cette arrogance à croire que tout m’est dû.

Et que de chaque chose, justement, moi je puisse faire une utilisation qui va servir à autrui parce que ça doit être comme ça. Sinon je prend et ne redistribue pas.

Amener votre contribution aussi

Je peux me poser la question, comment je peux contribuer moi ?

Parce que finalement sur 7 ou 8 milliards d’être humains, pour ne prendre que la planète Terre alors que c’est dérisoire par rapport à l’univers. Finalement, si on découpe ça en tranches de 400 millions, soit 20×400, des tranches de 5%. Moi je suis où là dedans ? Dans quelle tranche ? Dans les 50% les plus favorisés sur la planète ? Oui ou non ?

Oui ? Est-ce que je suis dans les 25% les plus favorisés ? Dans les 10% les plus favorisés ? Peut être bien.

Alors qu’est ce que je fous ? J’suis pas content ?

Et là dedans, justement, c’est quoi ma part de contribution ? On regarde tout ce que je reçois des autres 90% qui sont peut être moins favorisés que moi. Directement ou indirectement. Est-ce que j’ai pas une responsabilité pour le moins par rapport à ça ? De donner le meilleur de moi-même ? Et puis d’être content !

Le meilleur que je puisse donner aux autres c’est de développer un état de paix et de tranquillité parce que c’est dans ces conditions que je vais pouvoir redistribuer et remercier pour tout ce qui m’est donné.

Si vous êtes lyonnais, vous pouvez venir aux cours de yoga à lyon

La valeur des vœux de nouvelle année

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

La valeur des vœux de nouvelle année

Bonjour chers amis, François, expert de yoga et méditation.

Un petit message pour la nouvelle année aujourd’hui, même si vous allez le comprendre à travers ce que je vais partager avec vous aujourd’hui, les vœux de nouvelle année c’est absolument pas du tout mon truc, donc c’est plutôt une difficulté pour moi de savoir ce que je vais dire et savoir comment je vais rendre ça intéressant, ou utile.

Chaque année je planche un peu, je couche des mots sur un papier, j’essaie de formuler quelque chose qui puisse capter votre attention et qui puisse nous aider à avancer tous ensemble ma foi, dans une direction qui soit juste et qui nous permette de donner un vrai sens à notre existence humaine.

Je vais suivre un peu ce que j’ai écrit sur papier et que je vous enverrai par email, mais là je vais plus le commenter.

La tradition

Parce que c’est une tradition ces vœux de nouvelle année.

Elle veut qu’on adresse nos vœux de bonheur, de paix, de joie, d’abondance, etc, aux membres de notre famille,  nos amis, et parfois même à des gens envers qui on estime avoir un intérêt à le faire, donc c’est pas désintéressé parfois. Et puis bon, globalement on pense à certaines personnes d’une manière ou d’une autre, et on ne pense pas à d’autres personnes.

D’un autre côté on est rempli de bonnes intentions, on émet des souhaits au début de l’année et très rapidement ça s’enfuit et on perd un peu nos bonnes dispositions comme ça, on retourne à nos habitudes comportementales qui ne sont pas toujours très bonnes, qui pourraient être meilleures parfois.

Reste que puisque ça frappe l’imagination, ce concept de nouvelle année, on peut déjà en profiter pour s’arrêter un peu, réfléchir et prendre conscience que déjà la nouvelle année c’est que quelque chose de conceptuel, ça n’existe pas vraiment en réalité, parce qu’il y a vraiment rien qui ait cessé ou commencé, tout simplement, on s’inscrit dans une continuité, on pourrait bien dire du jour au lendemain que la nouvelle année serait le premier mars, ça changerait quoi ?

On peut prendre conscience aussi pendant ce temps là que si on adresse des souhaits à certaines personnes, si soi même on est attaché à recevoir des souhaits de bonheur pour cette nouvelle année, on peut en profiter pour réaliser que finalement, tout être sensible, quel qu’il soit, aspire au bonheur et qu’en cela, on est tous semblables, on est tous un, que les animaux au passage, eux aussi ce sont des êtres dotés de sensibilité et ça aussi, ça nous arrange pas forcément, c’est pas toujours facile à accepter mais on doit le prendre en considération.

On doit prendre un moment pour réfléchir et réaliser que c’est sous l’emprise de la peur qu’on a des bonnes intentions d’une part pour certaines personnes et d’autres pensées moins bonnes pour d’autres personnes. C’est toujours sous l’emprise de la peur qu’on vit sans arrêt ballotés entre des sentiments d’attraction ou de répulsion et que c’est finalement ainsi qu’on crée de la division, de l’adversité, de la haine, et au final parfois de la violence qui s’exprime de manière plus ou moins évidente ou intense.

Victime ou responsable?

A ce sujet on ne mesure pas toujours la responsabilité que l’on porte vis-à-vis de situations où on estime simplement qu’on est victime et rien d’autre.

Non, on porte une responsabilité par rapport à ces situations là. On peut réfléchir un instant et se dire que finalement la violence qui a un moment a pu être subie par une centaine de français, est-ce qu’elle mérite tellement plus de considération que celle qui a été exercée ces dernières années sur des millions de congolais ? Est-ce que cette violence qui a été subie par une centaine de français mérite plus de considération que celle qui est imposée dans des conditions cruelles à plus de 700 milliards d’animaux par an qui sont élevés de manière industrielle pour les prétendus besoins en alimentation humaine ?

Une vision juste

Est-ce que finalement on a vraiment une vision juste des choses ?

Pourquoi est-ce qu’à partir d’aujourd’hui, même si c’est qu’un concept la nouvelle année, ça peut devenir quelque chose d’utile si à partir d’aujourd’hui, on fait de ce concept quelque chose de concret, on en profite pour prendre de vraies décisions, de décider une fois pour toute de devenir responsable, sentir responsable face à tout ce qui peut arriver et d’entamer vraiment une vraie révolution intérieure.

Je crois que c’était Gandhi qui disait ça, cette citation qui était citée mainte fois par quelqu’un qui s’appelle David Laroche, ce serait Gandhi qui aurait dit que si on veut changer le monde il faut commencer par se changer soi même.

L’honnêteté

On peut prendre des décisions pour entamer cette révolution intérieure. On peut le faire en se nourrissant des enseignements issus des grandes sagesses puisqu’on habite dans un pays où ça nous est accessible, on peut prendre le temps avec ça de développer une vraie réflexion sur la vie, sur nous même aussi. Une vraie réflexion personnelle pour s’observer attentivement avec une totale honnêteté, sans faire d’obstruction, parce que parfois il y a des choses qu’on peut voir qui ne sont pas vraiment agréables ou qu’on n’a pas envie de voir, d’accepter, donc on se crée une réalité qui nous arrange.

Donc s’observer avec une totale honnêteté.

Pour reconnaitre effectivement nos imperfections mais aussi les qualités fondamentales qui sont en nous, profondément, et qui ne demandent qu’à être actualisées. Et pour ce qui concerne les imperfections, eh bien prendre le temps d’être dos avec soi même, être en conscience de ses imperfections, les bercer, en prendre soin, et les soigner pour pouvoir les transformer en quelque chose qui va devenir de l’ordre de la perfection.

La non séparation

Avec tout ça, prendre aussi le temps d’observer un peu de temps en temps de manière complètement nue les choses, au-delà des concepts de séparation.

Justement pour expérimenter un peu ce sentiment d’union. C’est ça le yoga, c’est l’union. De l’union avec tout ce qui peut s’exprimer, tout ce qui compose la vie, toute forme d’existence, la nature.

Aussi, on peut faire tout ça en acceptant avec humilité l’aide qui nous est donnée par nos ainés, par ceux qui ont plus d’expérience que nous parce qu’on en a besoin, on ne peut pas faire sans. Sinon il y a beaucoup d’erreurs possibles, qu’on peut faire involontairement, certes, mais qu’on peut faire et qui peuvent nous emmener dans des directions qui sont erronées, tout simplement. Ça va pas produire des fruits positifs pour qui que ce soit, ni soi même, ni pour les autres.

Pourquoi faire tout ça ? Pour qu’on puisse vraiment considérer à part égale le droit au bonheur pout tout être sensible, quel qu’il soit, peu importe sa condition, que ce soit un humain, un animal, qu’on ait telle ou telle nationalité, sans distinction, de quel que sorte que ce soit.
Et aussi pour comprendre que celles et ceux qui ont commis les erreurs les plus sérieuses, celles qui peuvent nous sembler les plus impardonnables, ces erreurs, ils les commettent sous l’emprise de l’ignorance fondamentale et quand on est dans cet état, on est dans une souffrance intérieure très intense.

Même si c’est difficile à comprendre de prime abord, c’est comme ça !

Et si on veut se réformer soi même pour réformer le monde, on a aussi besoin de développer cet aspect, la compassion, et souhaiter que tous les êtres, quels qu’ils soient, puissent être libérés de la souffrance.

Etre comme le soleil

Pour qu’ainsi, un jour, on puisse soi même vraiment devenir un meilleur être humain, jour après jour, et qu’on puisse être…vous savez, j’ai fait une vidéo, c’était la 100e vidéo, ça doit faire un mois et demi à peu près : être comme le soleil, on voyait ces yogis au bord du Gange à Varanasi. Il y avait un yogi qui expliquait ça. C’est-à-dire voir toutes et tous de la même façon, sans aucune condition. Être un ami pour le monde entier. Sans exception. Pour tous les êtres qui emplissent l’espace.

Et puis rayonner comme le soleil. De chaleur, de lumière, pour devenir aussi une source d’inspiration et contribuer ainsi à plus d’amour déversé de manière inconditionnelle pour contribuer à plus de paix, à construire cette paix universelle et rétablir cette paix originelle en quelques sortes.

Et avec tout ça, si on fait tout ça, on donne un vrai sens à son existence humaine.

Servez, donnez, aimez, méditez, réalisez…

Il y avait un grand saint indien, un grand maître de yoga, une lignée à laquelle j’appartiens de manière extrêmement courte, entre ce grand saint et moi-même il y a juste deux personnes donc c’est une lignée où on s’est transmis les enseignements de manière directe, de génération en génération. C’est Swami Sivananda qui disait « Serve, give, love, meditate, realize ». C’est-à-dire « servez, donnez, aimez, méditez et réalisez ».

Ce chemin, je vous propose qu’on le fasse ensemble à travers tout ce que je propose.
Là, en cours, il y a un cycle « 2 mois pour une vie nouvelle », un autre va démarrer certainement en mars-avril dans d’autres conditions que ce que j’ai pu faire jusqu’à maintenant.

Je vais bientôt vous parler aussi du séjour en Inde que l’on va faire en août, et là pour ceux qui veulent vraiment profiter des vacances et rendre ces vacances vraiment utiles et enclencher un processus de transformation intérieure, je vous réserve un programme que j’ai encore jamais délivré, mais…voilà, si vous avez fait « 2 mois pour une vie nouvelle », en complément ça va être le top du top, et si vous ne l’avez pas fait, vous pourrez le faire ensuite, il n’y a pas d’ordre défini. Mais je vais vraiment délivrer un enseignement que je n’ai jamais délivré jusqu’à maintenant et ça se passera première quinzaine d’août à l’occasion d’un stage de yoga à Pondichéry en Inde.

En tout cas, qu’il en soit ainsi, que ce message puisse vous inspirer et que ça vous permette de vraiment décider d’entamer quelque chose qui puisse contribuer à plus de paix dans le monde. Qu’il en soit ainsi et à bientôt mes amis, au revoir !

Bien se connaître pour mieux agir

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Bien se connaître pour mieux agir

Bonjour chers amis, François, expert de yoga et méditation.

La connaissance de soi-même

Je voulais faire un point aujourd’hui avec vous sur un sujet qui est la connaissance de soi-même.

Alors sans aller sur les plans forcément…tout ce qui touche à la sphère spirituelle, etc., en étant basique, excessivement simple, bien souvent, vous pouvez constater certainement comme moi, que beaucoup d’entre nous prétendons bien nous connaître.
« Ah non mais je me connais, je sais ce dont j’ai besoin, ce dont je suis capable, ce pourquoi je fais telle ou telle chose ».

Souvent on a envie de se dire des choses comme ça parce que c’est rassurant, on n’a pas envie de se dire le contraire et c’est légitime, on peut le comprendre.
Et ça révèle d’ailleurs une bonté fondamentale qu’on a vis-à-vis de soi même, ne pas vouloir se dénigrer.

Il ne s’agit pas de ça, c’est simplement de s’efforcer, de devenir un meilleur soi même jour après jour et de temps en temps d’approfondir un peu plus et de voir si effectivement on se connait si bien que ça, parce que c’est pas évident.

Comment on peut faire pour voir si on se connaît bien ? Parce que c’est important d’avoir une claire conscience, de bien se connaître pour pouvoir agir de manière juste et puis ne pas s’embarquer dans des choses pour lesquelles on est incapable d’assumer les choses, d’être en cohérence avec ce qu’on dit et ce qu’on fait parce que derrière on n’aura peut être pas la capacité de faire les choses que l’on prétend pouvoir faire ou que l’on prétend être capable de faire.

Qui suis-je?

Pour déjà vérifier si, simplement, on a déjà une bonne connaissance de soi-même, on peut se poser ce genre de question : qui je suis ?

Des fois, rien qu’une question toute simple comme ça, on a beaucoup de mal à répondre, et c’est une question par ailleurs qui peut être largement approfondie, ou à un moment ou un autre, on aura du mal à répondre de toutes façons.

Mais répondre de manière très simplement, qui je suis ? c’est pas si facile que ça, indépendamment du fait de nommer son identité, en tout cas celle qu’on nous a attribué, notre nom et prénom. Parfois ce n’est pas si simple que ça, de dire en une phrase courte qui l’on est.

Qu’est-ce que je veux?

Qui l’on est et qu’est ce que l’on veut.

D’une manière générale, dans la vie, quelle est notre objectif principal, où est-ce qu’on veut aller ? C’est pas forcément facile non plus. On peut essayer de répondre à cette question.

Quelles sont mes trois plus grandes qualités ? Quels sont les trois points sur lesquels je pourrais vraiment m’améliorer ?

A quoi je tiens le plus dans la vie ?

La gratitude

Quels sont les trois points envers lesquels j’éprouve vraiment le plus de gratitude ?

Vous voyez, c’est une série de questions assez courtes, mais je fais le pari avec vous que si vous prêtez à ce jeu, essayez de répondre à ces questions, vous allez voir c’est pas si facile que ça, et pourtant c’est vraiment important de pouvoir répondre à ces questions, de connaître déjà, basiquement, quels sont les qualités qui sont les nôtres, et pour ça on a peut être des retours de notre environnement, de nos amis,  des membres de notre famille qui nous prêtent certaines qualités, il faut écouter attentivement ce que disent les gens.
De la même façon que parfois, quand on nous critique, il faut écouter attentivement.

Alors évidemment il y a des personnes qui voient toujours tout en noir et vont être prompt à vous critiquer et pas forcément de manière constructive. Mais quand il s’agit de personnes qui ont à la fois de la bienveillance, de manière générale, y compris pour vous et qui en même temps mettent le doigt sur quelque chose qui fait un peu mal, ben ça peut être intéressant de voir en quoi ça pourrait justifier finalement le reproche ou le point sur lequel on pointe le doigt. Ce peut être intéressant de voir en quoi ce pourrait être justifié finalement le reproche ou le point sur lequel on pointe le doigt.

Et puis peut être de se remettre en cause, aussi.

En tout cas, on a besoin de savoir quelles sont nos qualités, quels sont les points sur lesquels on doit s’améliorer, tout ça pour qu’on puisse mettre en cohérence ce que l’on dit, l’on fait, et souvent on dit qu’on va faire telle ou telle chose et vous avez remarqué que très souvent au final, ça change en cours de route, et finalement on ne fait pas ce qu’on a dit, ou alors on s’embarque sur des choses qu’on pense être capable de faire et finalement non, et ça, ça nuit à notre confiance en nous même et à nos relations parce que qu’on a dit qu’on allait faire quelque chose et que finalement on ne le fait pas, on perd de la crédibilité et puis on perd des amis, et c’est vraiment dommage.

C’est donc très important de mieux se connaître. Et si pour nous c’est vague, eh bien encore une fois comme je l’ai dit, il faut absolument vous faire accompagner, coacher et faire un point total sur vous-même, sur là où vous voulez aller, vos qualités, celles sur lesquelles vous pouvez vous appuyer pour avancer dans la vie et c’est d’ailleurs important de savoir vraiment vers quoi on veut avancer.

Et être conscient aussi des talents qu’on peut avoir, les points forts qui peuvent être les nôtres, les choses que l’on peut faire de manière répétitive et l’on a invariablement du succès et on prend du plaisir à faire les choses et ça fonctionne tout seul en quelque sorte. Il faut être attentif à ces choses là, qu’on répète tout le temps et toujours avec succès, il faut vraiment prendre appui là-dessus et vraiment c’est quelque chose à considérer.

Si vous voulez faire un point sur tout ça et aller plus en avant, moi-même je suis à votre disposition, je peux vous coacher même si ce n’est pas l’essentiel de mon activité, donc j’ai jamais plus de 2 ou 3 personnes dont je m’occupe à la fois, mais dès qu’une place se libère, si vous êtes vraiment intéressé je peux le faire, mais sinon il y a beaucoup de gens dont c’est le métier à part entière et il ne faut vraiment pas s’en priver aujourd’hui.

J’espère que vous avez aimé cette vidéo, si c’est le cas cliquez sur J’aime et n’oubliez pas de vous abonner si ce n’est pas fait.

A bientôt pour une prochaine vidéo, au revoir mes amis !

Hatha yoga – règle n°9- Décidez!

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Prendre une résolution

Bonjour mes amis, François, expert de yoga et de méditation.

Je vous retrouve aujourd’hui pour la 9e règle, bien qu’en réalité avec les 8 règles que vous avez déjà vues, vous avez de quoi profiter pleinement de vos séances de yoga.

Je voulais préciser aussi que quand on arrive en fin de séance, on peut après aller se changer, retourner dans sa vie habituelle et très vite se retrouver dans un état de stress, de tension, repartir dans ses préoccupations et se laisser entrainer par ces espèces de vagues qui font qu’une demi-heure après la séance on est de nouveau stressé.

Alors vous pouvez prendre ce qui s’appelle une résolution. La 9e règle, c’est ça, c’est prendre une résolution.

C’est quoi ? C’est ce qu’on appelle en sanskrit indien un sankalpa. Il s’agit simplement d’entraîner, d’exercer sa pensée à nous obéir, c’est-à-dire cette capacité à prendre une décision, une décision solide, suivie d’actions concrètes, vraiment les choses se réalisent comme on l’a décidé, c’est ni plus ni moins qu’en entraînement de décider, de manière suffisamment forte, simplement parce qu’on est exercé.

Ce qui fait que quand on l’a décidé, on est capable de le mettre en œuvre, c’est ça un sankalpa.

Prenez une ferme résolution de garder peut être encore ce bien-être. Si vous prenez un cours entre midi et deux, si vous repartez à vos occupations habituelles, essayez de prendre une résolution, ne serait-ce que de garder tous ces bienfaits au moins pendant encore une demi-heure, quoi qu’il se passe. D’être tranquille, serein, que le flot de la vie s’écoule librement et que vous puissiez traverser tout ce que vous ayez à vivre quoi qu’il se passe.

Que vous soyez, en quelque sorte, imperturbable. Ce qui n’empêche pas que vous soyez clairement conscient de ce qu’il se passe mais que les circonstances extérieures n’impactent que peu sur votre calme intérieur.

Gardez cela préciseusement

Donc gardez cela précieusement. Si vous prenez un cours en soirée c’est beaucoup plus facile puisque bien souvent vous avez terminé votre journée et vous rentrez chez vous, alors vous pouvez décider de garder tous les bienfaits de la séance jusqu’à la fin de la journée, jusqu’au moment où vous allez rentrer dans le sommeil et c’est encore la meilleure situation.
Ne pas tomber dans des distractions, aller regarder la télé, les informations, passer des coups de fil, faire des sorties.

Calme, tranquille

Après la séance de yoga, rentrer chez soi, calme, tranquille, rester dans un état de recueillement, on a décidé de garder les bienfaits précieusement jusqu’à la fin de la journée, jusqu’au sommeil, et si c’est le cas, si on fait comme ça, la nuit qu’on va passer va être radicalement différente. On va passer une nuit paisible.

Et finalement, on dira que cette séance, au lieu de durer 1h15, 1h30, elle peut durer comme ça des heures ! Et les bienfaits, évidemment, sont proportionnels ! C’est comme si vous faisiez une séance de 10-12-15h.

Prenez une résolution à la fin de votre séance de garder ce bien-être encore quelques temps. Ne serait-ce qu’une durée limitée si c’est dans le cours de la journée.

Mesurez la différence

Et vous verrez quelle différence ça peut faire. Et puis partagez avec nous tous votre expérience, faites un commentaire sous cette vidéo après avoir essayé ça et dites nous ce que ça a fait pour vous !

Je vous donne rendez-vous pour la prochaine vidéo, la 10e règle à observer pour profiter de votre séance de yoga.

A bientôt mes amis, au revoir !

Hatha yoga – règle n°5- l’acceptation

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

L’acceptation

Bonjour les amis, François, expert de yoga et de méditation.

Je vais vous parler aujourd’hui de la 5e règle pour optimiser vos séances de hatha yoga, celles que vous pouvez faire au centre de yoga à Lyon ou éventuellement chez vous.

Alors cette 5e règle c’est tout simplement l’acceptation.

L’acceptation ça veut dire l’acceptation des choses, des expériences telles qu’elles se présentent, à travers votre pratique, que ce soit la salutation au soleil, les postures, les différentes choses qui composent une séance.

Mais aussi l’acceptation de vous-même ! C’est-à-dire parfois on porte une évaluation sur ce qu’on peut ou ne peut pas faire et parfois même aussi on peut avoir tendance à se gonfler d’orgueil quand on arrive à faire la moindre chose.

Une simplicité libre de toute évaluation

Acceptez les choses telles qu’elles se présentent avec beaucoup de simplicité sans porter une évaluation, qu’elle soit positive ou négative surtout.

Je vais prendre un exemple que je rencontre de temps en temps, c’est au sujet des salutations au soleil. On arrive pas toujours à faire les mouvements très bien et quand on a vraiment de la difficulté au début à faire les mouvements correctement, il est vrai qu’on peut avoir tendance à se dire, si ça allait plus doucement ça irait mieux. C’est vrai, bien entendu, mais en même temps si je ne vous pousse pas un peu vous allez progresser beaucoup moins vite. Par expérience, je le sais, donc c’est un peu volontairement que je vous pousse un peu.

En tout état de cause, de toutes façons, ne portez pas une évaluation de vous-même par rapport à comment ça devrait être, c’est-à-dire à l’image de comment ça devrait être, peut être que vous avez vu des gens exécuter ça de manière parfaite, vous vous dites que vous devriez faire pareil, et non, c’est un travail que vous faites par rapport à vous-même.

Vous n’êtes ni en compétition avec les autres, ni avec l’image que vous avez des choses, vous êtes ni en compétition avec vous-même. Vous acceptez les choses telles qu’elles sont, avec beaucoup de tendresse. C’est comme ça, peu importe.

Pour développer cette humeur égale, cette équanimité face à toute chose.

La pratique correcte du Hatha Yoga

Là vous êtes dans le yoga. Peu importe si les mouvements sont imparfaits, si tout ce que l’on peut voir de l’extérieur semble imparfait, si vous êtes dans cette attitude, alors vous êtes vraiment dans une pratique correcte de hatha yoga, le yoga traditionnel indien.

Si au contraire vous faisiez les postures d’une manière parfaite et qu’en même temps vous pensez, je ne sais pas, aux soldes ou à ce que vous allez faire après ou ce que vous avez fait avant, et que pour autant, extérieurement vous réalisez parfaitement les mouvements, eh bien vous n’êtes pas du tout dans une pratique du yoga.

Ne vous méprenez pas, la pratique du yoga c’est quelque chose d’intérieur et ça passe par l’acceptation des situations telles qu’elles se présentent avec beaucoup de tranquillité d’esprit, on est tranquille mentalement, relax ; et l’acceptation de soi-même.

C’est valable pour la salutation au soleil mais aussi pour tout ce qui compose la séance. Vous allez peut être réussir plus facilement certaines postures, ou en tout cas extérieurement, votre corps va vous permettre de les faire assez facilement et d’autres où votre corps ne vous permettra pas autant de facilités… Je reviens je suis tout de suite à vous…

Prenez exemple sur les animaux…

Et voilà celui que vous entendez de temps en temps… Je vous présente mon chat… Lui il n’a pas de problème de flexibilité, il ne se pose pas la question de ce qui s’est passé avant et de ce qu’il va se passer après, croyez-moi, il vit dans l’instant ! C’est ça que j’aime beaucoup chez les animaux, c’est leur spontanéité, leur simplicité, leur authenticité autrement dit.
Il parait que quand ils mordent, c’est vraiment ils vous aiment bien, ils se sentent bien avec vous ! Alors là je crois qu’il m’aime bien ! Je vais le relâcher un peu.

Donc, bon, petite parenthèse un peu inhabituelle. En tout cas, acceptez les situations, quelles qu’elles soient, à part égale, qu’elles soient agréables ou désagréables, avec beaucoup d’équanimité.

Acceptez-vous vous-même aussi, il n’y a pas à entrer en compétition avec quoi que ce soit, y compris avec soi-même, et je dis bien d’ailleurs, parlons un peu des postures ; il faut à la fois ne pas se bloquer mentalement, se dire qu’on ne va pas y arriver, donc il faut se détendre mentalement, se laisser la possibilité d’expérimenter de faire ce qu’on va pouvoir faire et expérimenter certaines choses, simplement parce qu’on est détendu.

Et sans dépasser, bien sûr, le seuil de la douleur agréable, si on dépasse ce seuil, on rentre en compétition.

La douleur agréable c’est un terme que vous pouvez retenir comme ça, ça peut être un moyen de savoir, ayant placé son esprit, au-delà de quoi il ne faut pas aller.

Sans dépasser le seuil de la douleur agréable

Donc retenez : acceptation, s’accepter soi même aussi, et ne pas dépasser le seuil de la douleur agréable en ayant au préalable placé son esprit.

J’espère que ça va vous aider un peu cette règle 5, je vous retrouve dans la prochaine vidéo pour la 6e règle.

A bientôt mes amis, au revoir !

Hatha yoga – règle n°4- le silence!

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Le silence

Alors chers amis bonjour, François, expert de yoga et méditation.

Je voulais vous parler aujourd’hui de la 4e règle que je vous propose, c’est une recommandation.

C’est que quand vous venez à votre cours de hatha yoga, c’est d’observer le silence.

Rentrer en intériorisation

Alors avant de rentrer dans la salle elle-même, vous pouvez vous préparer mentalement en vous disant que vous allez passer du monde extérieur vers le monde intérieur, puisque le yoga c’est l’union, idéalement si vraiment on prétend pratiquer le yoga, on pourrait aller plus loin je pourrais dire que le yoga ne se pratique pas.

Mais si vraiment on prétend être un pratiquant du yoga, alors notre but c’est censé être l’union de l’âme individuelle, l’âme universelle, donc vous comprenez que ça induit cette idée d’intériorisation. Et pour s’intérioriser on doit se recueillir, observer le silence. Se préparer à observer le silence.

Donc si vous êtes quelqu’un de très social et que vous adorez parler, communiquer avec autrui, ça peut être une qualité, à ce moment là arrangez vous avant de venir à la salle de yoga, vous pouvez très bien aller prendre un petit café dans un bar avec quelqu’un que vous appréciez et échanger et ensuite vous rendre au cours de yoga ou venir bien en avance au cours de yoga.

Dès l’entrée dans la salle de yoga

Je dirais que 10mn avant le début du cours de yoga, par exemple pour un cours qui est à 19h, à 18h50 ou pour un cours à 12h15, à 12h05, à partir de là on observe le silence, au moins 10 minutes avant le cours.

Il y a aussi des personnes qui se placent tout de suite en observation, en intériorisation, et quand ces gens là sont là, bien tranquilles, déjà en silence, tournés vers l’intérieur, et à côté qu’il y a des gens qui discutent, ils ne les respectent pas trop, ils cherchent à intérioriser et, bon, il y a beaucoup de bruit autour, et peuvent être sensible au fait que des gens parlent trop fort autour d’eux.

Soyez intériorisé. C’est valable avant le cours et bien sûr pendant le cours parce que si on commence à discuter dans le cours, ça ne favorise pas l’intériorisation, il y a des personnes qui sont aussi intériorisées pendant leur pratique, par exemple leur pratique posturale, et il suffit qu’il y ait quelqu’un d’un peu agité à côté, qui raconte une blague ou qui rigole et ça fait sortir les personnes de leur intériorisation.

Le respect de chacun

Il faut dire les choses aussi, vous êtes beaucoup débutants, vous n’avez pas forcément cette capacité à rester dans l’intériorisation quoi qu’il se passe à l’extérieur et ça on ne peut pas le reprocher à qui que ce soit, mais simplement, charge à chacun de respecter ls silence pour ne pas perturber l’intériorisation de chacun.

Pour votre pratique c’est bien mieux comme ça aussi, donc faites attention à ce point, de respecter le silence.

Une vidéo de yoga à revoir!

D’ailleurs, je ne sais pas si vous vous rappelez, il y a quelques mois j’ai fait une vidéo qui s’intitulait «à quoi sert le silence ?». Alors c’est pas mal si vous allez la voir à nouveau parce que ça va venir compléter cette vidéo que je fais aujourd’hui.

Retenez : règle 4 : observer le silence pour favoriser l’intériorisation.

Merci encore pour votre écoute et le soutien les amis, si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur J’aime, si bien sûr vous voyez ces vidéos de manière assez récente et que vous n’êtes pas encore abonnés, faites-le, et je vous dis à bientôt pour la 5e règle.

Au revoir mes amis !