Articles

yoga hatha lyon – règle n°10: Dédiez les bienfaits du Yoga!

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

Prendre conscience

Alors bonjour mes amis, François, expert de yoga et méditation.

Aujourd’hui je voulais terminer cette série de vidéos pour les 10 règles que je vous recommande d’observer ou en tout cas d’apporter de l’attention.

La 10e règle, bien sûr, il n’y a jamais quoi que ce soit d’obligatoire, mais je vous le recommande, à la fin de votre séance de yoga, c’est de prendre un petit moment d’intériorisation et de ressentir comment l’énergie circule, de ressentir le bien être, prendre conscience de tous ces bienfaits accumulés avec cette séance, prendre conscience que vous vous sentez mieux dans votre corps, que vous avez un mental qui se trouve apaisé, que vous vous sentez plus équilibré aussi, prendre conscience, vraiment, de tous ces bienfaits, et à partir de là… peut être faire un souhait, le plus sincère possible, de partager tous ces bienfaits avec l’ensemble de tous les êtres vivants.

Dédier

Simplement pour prendre l’habitude de ne pas garder les choses pour soi, parce que dans l’éducation qu’on reçoit au sens le plus large dans cette vie moderne, souvent on ramène les choses à soi, eh bien là, prendre une habitude à contre courant, où on développe ce sentiment de vouloir partager les choses en comprenant que finalement, tous autant que l’on est, on aspire à la même chose, c’est-à-dire être heureux, expérimenter moins de souffrance, et ma foi, pourquoi toujours tout ramener à soi ?

On peut prendre une habitude, encore une fois un peu à contre courant, mais tout le monde sera d’accord là-dessus que de développer ce sentiment de partage, de fraternité, ça peut être quelque chose de bon, on peut faire ça, mais c’est pas une obligation.

Moi je vous recommande quand même de le faire, de faire une dédicace, ça imprime une bonne tendance, et c’est une habitude qui va se développer, s’ancrer avec le temps et ça va finalement permettre que vos propres qualités puissent se remettre à jour, vos qualités fondamentale de bonté, d’ouverture aux autres, d’ouverture à son environnement, de non-séparation parce qu’on vit tous chacun dans notre petit monde, séparé des uns des autres.

Le sentiment d’union

Ce sentiment d’union, en quelque sorte.

Je vous ai déjà expliqué que le yoga, si on devait le traduire en un mot, littéralement, en français, ce serait l’union. Ça favorise l’union.

Conclure sa séance de yoga comme ça, c’est très bien, je vous le recommande.

Si vous avez des questions à ce sujet, posez-les moi en commentaire et on pourra approfondir un peu ça si vous le souhaitez.

Si vous avez aimé cette vidéo cliquez sur J’aime, abonnez-vous à la chaîne si c’est pas encore fait et je vous dis à bientôt pour de nouvelles vidéos, au revoir mes amis !

Hatha yoga – règle n°8: la relaxation – yoga Lyon

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

 PARTAGEZ SVP! 
LIBEREZ-VOUS DU STRESS grâce à la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ?
Accès GRATUIT et IMMEDIAT ici ►►► http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus

La porte d’entrée: La relaxation

Bonjour mes amis, François, expert de yoga et méditation.

Je voulais vous exposer aujourd’hui la règle 8 pour faire suite à ce qu’on a déjà vu et vous parler de l’un de ces 5 grands principes du yoga, c’est la relaxation, sans laquelle il n’est pas du tout possible de rentrer dans cette expérience que vous propose de vivre le yoga.

La relaxation on dit que c’est la porte d’entrée du yoga.

La relaxation initiale

Elle doit être là tout le temps mais particulièrement en début de cours pour faire la transition entre la vie extérieure et la séance proprement dite.

La relaxation entre les postures

Entre les postures parce qu’on sollicite certaines parties du corps puis d’autres donc il faut que la circulation sanguine se renormalise pour qu’il n’y ait pas d’appels de sang dans tous les sens et qu’on puisse profiter pleinement de chaque posture, l’une après l’autre, pour tirer tous les bienfaits de chaque posture, c’es nécessaire d’observer un temps de relaxation entre chaque posture.

La relaxation finale

Et, il y a un temps de relaxation spécifiquement à la fin de la séance, c’est souhaitable de consacrer au moins 10 minutes à la fin de la séance, voire un quart d’heure, pour vraiment laisser l’énergie circuler librement, c’est-à-dire on tout un tas de barrages énergétiques qui existent habituellement, là l’énergie peut circuler de manière réellement libre et fluide, mais encore faut-il lui laisser cette possibilité.

Donc ce temps de relaxation il est fait pour ça, on se détend encore plus profondément et on intègre tous les bienfaits de la séance.

Explications

La relaxation c’est aussi quelque chose de très important. Ce que je veux dire c’est que quand on arrive au début la séance il faut arriver à l’heure pour pouvoir faire correctement cette relaxation initiale.
Entre les postures il faut vraiment entrer dans la relaxation, se détendre complètement, détendre le corps et le mental, pour vraiment laisser la circulation sanguine se faire normalement.

Il ne s’agit pas d’être distrait et de se dire qu’en attendant l’autre posture on va pouvoir penser à autre chose ou discuter avec quelqu’un. Pas du tout.

Et la relaxation finale c’est très important aussi, alors là pour certaines personnes, je connais certaines personnes qui font leur séance, qui zappent la relaxation finale, qui vont vite se changer et qui partent à leurs occupations quotidiennes, c’est vraiment dommage, on perd beaucoup des bénéfices que la séance est censée nous apporter, il faut vraiment respecter ce temps aussi.

En conclusion

Bien entendu, quand on parle de relaxation, cette relaxation est facilement induite aussi avec toutes ces notions qu’on a vues dans ces autres règles, c’est-à-dire le silence, l’acceptation, l’aisance, l’union, l’intériorisation, tout ça, ça marche ensemble en fin de compte.

Retenez le, c’est aussi un maître mot la relaxation, c’est très important, respectez tous les temps qui sont réservés spécifiquement pour ça.

Tenez compte de ça, c’est important.

Je vous retrouve très vite pour la prochaine vidéo, la 9e règle.
A très vite mes amis, au revoir !

* Une méditation à expérimenter: « Uni au souffle »

Pour retrouver l’ensemble des vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant !

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Uni au souffle

Bonjour mes amis, ici François, professeur de méditation et de yoga à Lyon.

Je vais aborder aujourd’hui avec vous quelque chose qui peut beaucoup vous aider…
C’est toujours pareil, à chaque vidéo que je fais, à une condition, c’est que vous fassiez l’expérience, que vous jouiez le jeu et ne restez pas au stade de vous nourrir intellectuellement de ce que je dis, de mettre en pratique, parce que ça peut vous apporter quelque chose… et avec tout ce que je vous propose en bonus avec ces vidéos , je vous offre vraiment parfois de vraies pépites pour votre bien être et c’est vraiment du bonus en plus des cours de yoga que vous prenez avec moi à Lyon ou ailleurs si vous habitez dans une autre région.

Trouver le calme intérieur

Alors, de quoi je veux parler ? Je veux parler de comment trouver le calme intérieur, comment s’installer dans l’état naturel simplement… relisez bien cette dernière phrase… Cela met simplement le doigt sur quelque chose que l’on met parfois de longues années à comprendre véritablement à savoir que la méditation ne se pratique pas au sens qu’il n’y a rien à faire, simplement s’établir dans sa nature propre… Alors on ne sait pas bien ce que c’est que l’état naturel parce que quand on est dans l’état naturel on n’a besoin de rien, tout est bien, on est simplement à l’aise, détendu, présent dans l’expérience du moment, dans ce qu’il se présente, que l’on puisse expérimenter ça sur n’importe quel plan, que ce soit le plan sensoriel : visuel, gustatif, etc.

Rien à faire

Quand on fait une petite session de méditation, le problème qu’on a souvent, c’est qu’on est toujours dans l’idée qu’il faut faire quelque chose et justement, vous voyez, on parle de faire de la méditation, et dès qu’on pense qu’il y a quelque chose à faire, déjà on crée comme un obstacle. C’est-à-dire, tout de suite on met en route, ce genre de choses : je fais bien ou mal, etc.

On est toujours en train de vouloir élaborer quelque chose de supplémentaire à ce qui est déjà là, simplement…. Pourquoi est-ce comme cela?… tout simplement parce que nous entendons beaucoup trop parler de méditation en terme de; faire sa méditation, faire sa pratique, utiliser telle technique de méditation, la méditation transcendantale, la méditation de pleine conscience, le mindfulness, la méditation vipassana, la méditation ceci, la méditation cela… Laissez tomber tout cela mes amis, vous ne faites que vous encombrer un peu plus le mental… Il n’y a rien à faire, surtout pas quoique ce soit à rajouter!… mais plutôt beaucoup de choses à enlever…

Se détendre

Je dis tout le temps, pour s’installer dans la détente, dans l’état de méditation, il faut simplement se détendre, être parfaitement à l’aise, l’esprit ouvert. Et puis on a un support merveilleux qui est la respiration, on peut s’unir à la respiration comme pour devenir pleinement la respiration et être dans un état indifférencié du souffle, bref ne pas pratiquer quoique ce soit, revoir dans l’état de non séparation, d’union, état de yoga quoi…

Une petite histoire…

Je vais vous raconter une histoire à ce sujet, c’est un ami qui lui-même avait dans ses amis, il comptait un moine vietnamien. Il y a beaucoup de moines qui s’intéressent à la philosophie mais qui, en réalité, ne vivent qu’assez peu, concrètement, l’état méditatif. Il se trouve que ce moine, lui, a intégré ça dans sa vie, il se lève très tôt, à 4h du matin, il mange très peu vers 6h du matin, mange un peu à midi et après il se nourrit à nouveau le lendemain matin, il ne remange pas. Il est toujours très tranquille, il se lève très tôt. Simplement, mon ami, quand il recevait ce moine vietnamien chez lui, il n’était pas vraiment au courant que ce moine se levait aussi tôt.  Bien sûr, il imaginait facilement qu’il pouvait se lever vers 5h30, 6h, 6h30 mais peut être pas aussi tôt que ça. Quand il a hébergé ce moine chez lui, à un moment il entend un peu de bruit, il regarde l’heure, il se dit « tiens c’est 4h, qu’est ce qu’il se passe ? », il se lève, va voir et voit le moine assis dans un coin de la grande pièce, vraiment tranquille. Un peu inquiet, mon ami lui demande « mais..ça va ? que fais-tu ? »
Le moine lui répond en anglais, parce qu’il ne parle pas français : « I enjoy my breathing », c’est-à-dire « je me nourris, j’apprécie pleinement ma respiration » et il reste tranquille, en souriant.  Donc, vous unir à la respiration, vous détendre à un point tel qu’un sourire peut naitre spontanément sur votre visage, et ainsi vous pouvez rayonner simplement, développez cette expérience de ne rien faire, de vous établir dans l’état naturel, dans votre essence, dans l’état de méditation authentique, au delà de telle ou telle pratique, telle ou telle technique… Point, c’est tout, il n’y a rien à faire. Juste relax et être bien présent. Et pour être bien présent, encore une fois, toujours revenir à son souffle. Ça aide énormément. Et on dit que la respiration c’est le lien entre le corps et l’âme. Il n’y a pas de meilleur support de méditation.

La respiration essentielle

D’ailleurs, il y a le titre d’un livre qui s’appelle La respiration essentielle de Thich Nhat Hanh, si vous voulez approfondir tout ça, je vous encourage à lire ce livre, ça vous intéressera certainement beaucoup si vous avez aimé cette vidéo… et ainsi vous pouvez vraiment approfondir le yoga.

Si c’est le cas, je vous invite à cliquer sur J’aime, à vous abonner si ce n’est pas encore fait et je vous dis à bientôt pour une autre vidéo mes amis, au revoir !

Différence entre les exercices physiques ordinaires et ceux du Yoga.

Pour retrouver l’ensemble des vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant !

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Postures et exercices physiques

Lyonnais(e)?… vous tombez bien!… rejoignez-nous et commencez par une séance d’essai gratuite de yoga à Lyon!

Bonjour mes chers amis, François expert de méditation et de yoga à lyon. Je vous ai parlé récemment de ce qu’est le yoga afin d’éviter toutes les confusions et représentations que l’on s’en fait et en avoir une définition authentique en réalité, c’est ça que je veux vous donner ici, des choses authentiques. Alors, en particulier ce qu’on connait du yoga nous, ce sont les exercices physiques, ce qu’on appelle les postures de yoga, les techniques de relaxation…Moi j’aime bien appeler ça une posture pour le yoga.

La différence entre les postures de yoga et les exercices physiques

Quelle est la différence entre les exercices physiques que l’on pratique sur le chemin qui nous mène au yoga, c’est-à-dire les postures, les asanas,  et les exercices physiques ordinaires. On peut voir ça sur plusieurs plans, déjà sur le but qui est poursuivi par les activités physiques ordinaires où l’on recherche souvent une performance physique ou alors on a peut être simplement un but esthétique, ou encore on souhaite entretenir sa forme physique. Mais quoi qu’il en soit on poursuit un but qui est physique.

Le but poursuivi

Dans les techniques posturales qui sont propres à ce chemin qui nous mène vers le yoga, les asanas,  le corps physique c’est absolument pas un but en soi. Simplement un moyen, considérant que le corps physique est un support de libération, c’est-à-dire un support qui va nous permettre d’aller vers cette réalisation spirituelle, d’aller au-delà de nos peurs, de la souffrance, c’est ce que l’on dit dans la philosophie, aller au-delà de la souffrance, dépasser cette notion. Parce que ça procède d’une émotion qui se fait, on est capable de discerner ce qui est réel de ce qui ne l’est pas et comprendre que finalement nous ne sommes pas ce corps. On considère ce corps physiquement seulement comme un moyen, un véhicule. Vous voyez que le but est totalement différent dans cette perception que l’on a vis-à-vis du corps physique.

L’identification au corps

Au niveau des exercices et de la manière dont ils sont exécutés, quand on fait des exercices physiques, une activité ordinaire, souvent on a le corps qui est en mouvement, parfois de manière assez violente et on ne met pas l’accent sur l’intériorisation, donc on est vraiment dans le mouvement, on dit que c’est un exercice de type rajasique. C’est-à-dire qu’on le met vraiment en mouvement et encore une fois cette identification au corps.

A l’état naturel

Dans la pratique posturale, les exercices physiques propres au yoga, on est plus volontiers dans une situation d’immobilité totale, non seulement totale mais prolongée. En plaçant son esprit dans une sensation d’aisance pour vraiment vivre cette aisance et faire cette expérience que si on souhaite placer son esprit, c’est possible de transformer les choses et de passer d’une situation d’inconfort à une situation d’aisance. Bref, on est dans cette situation d’immobilité avec aisance tout en étant concentré sur certains points particuliers et parfois sur un point précis dans la posture. Donc en absorption méditative, dans cette idée de détachement. On n’attend pas de résultat particulier, on s’installe simplement dans le bien être, dans l’état naturel.

Le plan physiologique

Au niveau cardio-circulatoire

Au niveau physiologique, quand on fait des exercices physiques traditionnels, quand on fait du sport, on sollicite le corps de manière intense et parfois on met vraiment à l’épreuve le cœur, l’appareil circulatoire, toutes nos fonctions, c’est encore une fois parfois assez violent. Quand on fait les pratiques posturales, on pratique, vous le savez, des étirements musculaires doux et prolongés et en étirant les muscles on favorise le retour veineux, ça permet d’éliminer toutes les stases sanguines, c’est très bon. Et aussi, quand on pratique les postures inversées, la posture sur les épaules ou ce qu’on appelait à l’école la chandelle, eh bien le retour veineux au niveau de ces grosses masses musculaires que sont les jambes, les membres inférieurs, le retour veineux est vraiment facilité puisque grâce à la gravité, le sang redescend vers le cœur tout seul, sans le moindre effort. Là encore, vous voyez que le corps, on n’est pas vraiment dans une action intense, violente, c’est très relax en même temps. Ce qui fait qu’au niveau de l’énergie, dans le sport, on en dépense beaucoup. Des fois on a l’impression d’être détendu mais on est juste tellement fatigué qu’on est relâché, en même temps on a qu’une aspiration après le sport c’est de se reposer.

L’énergie

Quand on a pratiqué une séance de hatha yoga avec des postures, au contraire on a dépensé un minimum d’énergie et on a fait en sorte de prendre un maximum d’énergie. En général on s’est beaucoup rechargé en énergie. Déjà en pratiquant de la manière dont en pratique les postures de yoga quand elles sont correctement guidées, ça va lever beaucoup de blocages énergétiques et ça va favoriser la circulation de l’énergie et on va se remplir au contraire en ayant dépensé un minimum d’énergie.

Voilà pour l’essentiel les différences qu’on peut faire entre les exercices physiques ordinaires et les exercices physiques propres au yoga, en particulier la pratique posturale, la pratique des asanas.

La respiration complète: l’arme anti-stress à la portée de tous!

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bonjour à nouveau mes amis, François, professeur de yoga à Lyon dans le quartier de la Part DIeu. Aujourd’hui, je voudrais répondre à des questions que j’ai souvent, on me demande « y-a-t-il des techniques de yoga ou de relaxation pour faire face au stress? », tout simplement. Quand on parle de stress, ça induit tout ce qui est du domaine des émotions, des contrariétés, des frustrations, ça peut être lié à la fatigue. On peut avoir des baisses de concentration, etc. Effectivement je vais vous donner un moyen simple que le yoga peut vous offrir pour faire face au stress. Donc comment faire ? C’est très simple, vous savez, dans le yoga, on dit que la respiration c’est ce qui permet de faire le lien entre le corps physique et l’âme: Ça veut dire quoi ? Eh bien, déjà, très simplement, vous avez tous remarqué que quand vous êtes sous l’emprise des émotions, la respiration peut devenir anarchique et pas très régulière. Par contre quand vous êtes zen, super tranquille, si vous observez la respiration, vous allez voir qu’elle est vraiment harmonieuse, qu’elle s’écoule de manière fluide. Donc il y a vraiment un lien, de toute évidence, que l’on peut constater, qui est indéniable. Ce qui est intéressant, c’est que cette relation est symétrique. C’est-à- dire que si volontairement, on décide d’agir sur notre respiration et de contrôler notre respiration, la rendre plus harmonieuse, plus douce, eh bien, ça va influer sur l’ambiance interne. Du coup, on va se sentir moins stressé. Soit moins fatigué, soit moins angoissé, moins contrarié, etc. Ce n’es pas pour rien que la respiration correcte ou l’art de bien respirer compte parmi les principes essentiels de la pratique du Hatha Yoga et dans mon centre lyonnais je ne me prive pas d’enseigner ces techniques de yoga que l’on appelle pranayama ou contrôle de l’énergie vitale par le biais de l’appareil respiratoire.

Quel exercice de yoga je vais vous proposer de faire ? Simplement, la prochaine fois que vous avez une contrariété, un stress, mettez vos deux mains ici, ni sur le ventre, ni sur la poitrine, entre les deux, comme ça. Les épaules en état de relaxation, comme ça. Et prenez le temps de bien inspirer, de bien remplir les poumons, de remplir la cage thoracique, poussez sur les mains et ouvrez la cage thoracique. Ça donne ça. Là vous retenez le souffle quelques secondes le temps que l’oxygène passe dans les cellules, et ensuite vous expirez tout en contrôle sur 4-5 secondes. Encore une fois. Exactement de cette manière, à peu près à ce rythme, vous enchaînez les respirations sur 2 à 5 minutes. Le tout, c’est que vous restiez toujours confortable.. l’aisance est également un principe fondamental dans toute pratique de yoga. Il ne faut surtout pas que vous vous disiez par exemple: « ça va me faire du bien, ça va me permettre d’aller au-delà de mon stress, faut vraiment que je me force ». Surtout pas ! Il faut toujours que vous soyez dans une parfaite aisance, sinon les effets peuvent être contraire, ça peut être pervers. Faites très attention, c’est un principe fondamental, parce que si vous ne respectez pas, vous aurez des problèmes. C’est une arme à double tranchant, toutes les techniques que l’on a dans le yoga. C’est vraiment à utiliser avec ce principe, qu’il faut qu’on soit toujours dans une aisance absolue, dans tout ce que l’on fait. Soyez dans l’aisance. Vous allez faire ça entre 2 et 5 minutes, tant que vous êtes dans l’aisance. Si vous êtes dans l’aisance pour 5 minutes, tant mieux, vous ferez 5 minutes. Ici, chaque respiration vous prendra environ 12 secondes, c’est-à- dire que sur une minute vous en ferez 5. Dans une respiration normale, on est plus à 15 par minutes, ici à 5, ça veut dire qu’on va ralentir sa respiration de manière très notable. On va plus s’oxygéner et on vraiment être dans le contrôle du souffle, et grâce à ça, on va pouvoir contrôler le stress, les émotions, les contrariétés, les frustrations, la fatigue, etc. C’est génial, expérimentez ça, c’est un cadeau du Yoga. Si vous démarrez cet exercice, mettez-vous dans un coin où vous êtes à l’aise et pas dérangé, asseyez-vous tranquillement, peut-être le dos un peu contre le mur. Si vous pouvez vous allonger c’est parfait. S’il y a la moindre alerte, vous voyez je suis prudent, si vous sentez ne serait-ce qu’un peu que la tête peut tourner, ou un micro vertige, arrêtez tout de suite. Si vous avez des questions à ce sujet, vous pouvez me les poser en commentaires! J’espère que ça vous a plu, à très bientôt pour une prochaine vidéo de yoga et de méditation.

A très bientôt mes amis, au revoir !

* « OM »: Le son primordial par François enseignant de Yoga à Lyon

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bonjour mes amis, François, expert de méditation et de yoga à Lyon.

Ecoutez je suis à Lyon et je termine tout juste un cours de yoga, les derniers élèves sont partis, je ne voulais pas terminer la journée sans vous faire une petite vidéo.
Vous entendez peut être derrière moi un son particulier que vous reconnaissez peut être, c’est le son om.

Je voulais vous parler un peu de ça, de ce qu’est le son om. Ce que c’est déjà symboliquement, on dit que le om c’est cette syllabe sacrée qu’on entend souvent au début des mantras, comme par exemple om namah shivaya ou om mani padme hung pour la tradition Tibétaine.
Dans chaque mantra, ça commence par om, et le om en lui-même, on dit qu’il contient tous les matras.  Om, symboliquement, c’est la vibration originelle, on dit la vibration universelle, qui est à la source de toute création, quelle qu’elle soit.
C’est-à-dire qu’on dit que l’univers provient de Om et puis repose également en Om, et si l’univers devait se dissoudre, il se dissoudrait en Om, et en tout état de cause, le Om c’est quelque chose qui est inaffectable, qui ne peut pas être détruit, c’est quelque chose de permanent, autrement dit la conscience cosmique qui ne peut pas être affectée quoi qu’il se passe, même si l’univers explosait, Om serait toujours là.

Et ça symbolise la conscience cosmique, c’est pour ça qu’on répète ce son, qu’on récite ce son, c’est pour favoriser l’union de notre âme individuelle avec l’âme universelle et pour revenir à notre essence, parce que nous même on provient de Om. Autrement dit favoriser l’union, le yoga.

Donc, si on pouvait se trouver dans un endroit parfaitement silencieux où on a l’impression de ne pas entendre le moindre son et si on avait les sens suffisamment développés pour entendre les sons de l’univers, eh bien c’est ce son là que l’on entendrait, le son Om.

Autrement dit, quand vous en avez besoin et si vous n’avez pas de professeur de yoga pour vous enseigner, que vous n’avez pas reçu de cours, vous pouvez très bien réciter le Om pour vous apaiser. Vous allez voir, le fait de le répéter plusieurs fois comme ça, tranquillement, à voix basse, ça vous donnera un sentiment de plénitude et, effectivement, de revenir vers votre essence ou en tout cas être beaucoup plus proche de votre essence… Ceci est une pratique simple mais la profondeur est dans cette simplicité et vous êtes ici dans toue la profondeur du yoga.

C’est un son merveilleux, il est à l’origine de toute création, ce qui veut dire qu’en même temps, c’est un son qui fait qu’on peut rentrer en union avec l’univers tout entier, mais on va déjà commencer par nos semblables, la nature, notre environnement.
C’est le son de l’union, le son sacré entre tous, en tout cas dans la tradition du yoga.

J’espère que ces explications complémentaires étaient suffisantes pour vous. Si vous avez des questions laissez un commentaire, je suis là pour vous répondre.

Si vous avez aimé, cliquez sur J’aime et abonnez-vous si ce n’est pas encore fait.

 

 

Affirmation de soi et bienveillance

Pour retrouver l’ensemble des vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant !

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Si vous recherchez un cours de yoga à lyon, vous tombez bien!… rejoignez-nous et commencez par une séance d’essai de yoga!

Bonjour mes amis, ici François, expert de méditation et de yoga à Lyon.

Alors là maintenant, je m’apprête à partir à la salle de yoga pour donner deux cours de hatha yoga.
Mais ce matin, j’ai rencontré mon prestataire internet, celui qui a créé le site yoga-lyon.fr, celui qui l’a mis en forme, etc. Il souhaitait me rencontrer ce matin pour faire une vidéo, une espèce de témoignage pour son entreprise, ses services et on a bouclé ça en 5 minutes. Il m’a dit « j’ai jamais vu ça, quand je vais dire ça à mon associé il va halluciner, j’ai jamais vu un témoignage vidéo qui allait aussi vite et sur lequel il n’y a rien à refaire du tout ». Du coup ça m’a rassuré, je me suis dit « tiens, je peux continuer à faire des vidéos », que c’est pas si mal que ça… Vous savez le yoga c’est bien mais souvent nous n’avons pas confiance en nus-même alors gardez toujours à l’esprit qu’entre l’image que vous avez de vous-même et celle que les gens ont de vous il y a parfois un gouffre… Parfois nous portons un regard trop critique vis à vis de nous même.

Bref, c’était juste un clin d’œil.

Plus sérieusement, pour vous apporter quelque chose aujourd’hui, une réflexion supplémentaire, je voudrais prendre un événement que j’ai vécu il y a 2h, je suis passé à une boulangerie, je devais acheter quelque chose, et je donne un billet de 20€, et vous savez, maintenant dans les boulangeries, parfois pour des raisons de sécurité, vous engagez un billet dans une machine qui vous rend automatiquement la monnaie. En l’occurrence c’est ce qu’il s’est passé, j’ai eu pas mal de petites pièces, 0,01, 0,02, 0,05€, etc. Et j’ai aussi eu un billet de 10 et un billet de 5€, je me suis dit qu’ils étaient bien équipés, etc.
Par contre, il se trouve que j’ai reçu un billet de 5€ qui était à moitié déchiqueté, mais vraiment pas qu’un petit peu. Naturellement, je me suis adressé au vendeur, je lui ai montré le billet et lui ai demandé un autre.

Il me dit « je ne peux pas », j’étais un peu désarçonné, il me dit qu’il ne peut pas et que je dois mettre un bout de scotch. Du coup, je lui dit « le billet restera pas en très bon état, j’suis pas sûr que le prochain l’accepte, trouvez moi une solution, soyez gentil ».
Il ne voulait pas, donc je lui ai demandé d’appeler un responsable pour qu’on puisse solutionner ça. « Il n’y a pas de responsable » qu’il me dit, je lui répète d’en appeler un. Il me dit que de toutes façons c’est pas possible, etc.

Sur ce je passe à la vitesse supérieure 🙂 et je continue: « Ecoutez, à priori c’est pas à moi de vous dire ce que vous avez à faire mais là comme vous ne trouvez pas de solution, il va y avoir 2 possibilités, soit vous faites preuve d’initiative, vous trouvez une solution et tout va bien parce que  je veux bien être encore un peu patient, mais sinon, honnêtement je vais perdre patience et croyez-moi je vais faire un peu de raffut, je vais me fâcher et ça va mal se passer ».

Du coup, il a appelé sa patronne, et je ne sais pas ce qu’elle lui a répondu, mais dans les quelques secondes qui ont suivi, j’ai eu un billet de 5€ correct cette fois-ci… ou quand le yoga aide à l’affirmation de soi!

Tout ça pour vous dire quoi ? Bah que parfois, contrairement à ce qu’on croit, il faut savoir aussi montrer les dents pour pouvoir obtenir ce qu’on doit obtenir de manière tout à fait légitime parfois. Il ne s’agit pas d’être quelqu’un d’embêtant, d’exigeant, d’être quelqu’un qui demande des choses qui ne soient pas forcément légitimes, qui soient exagérées. Quand on vous rend un billet de 5€ déchiqueté, la moindre des responsabilités du commerçant, c’est effectivement d’accéder à votre demande si vous lui dites que ça ne convient pas. C’est quand même normal que le commerçant fasse l’effort de trouver la solution, de vous donner un billet correct. Là, certes c’était un employé, peut être qu’il était aussi robotisé comme la machine qui rendait les billets.

Alors bon, une fois j’ai entendu dire que dans une situation équivalente, parfois, dans notre communication, si on adopte de la bienveillance, on peut trouver des solutions, etc. Oui, des fois c’est vrai, d’autres fois non, on se heurte à des murs. Et parfois il faut savoir montrer un peu les dents, savoir s’imposer, faire preuve d’ascendant et affirmer sa personnalité.

Parce qu’au fond, parfois, quand on dit « il faut être bienveillant, c’est pas très yoga d’être comme ça, de mettre l’agressivité… » . D’ailleurs, mettre de l’agressivité et de l’énergie ce sont deux choses différentes, et parfois, quand faut mettre de l’ascendant, ça peut sembler être de l’agressivité et en réalité ce n’est que prendre un peu d’ascendant pour montrer que, de manière tout à fait légitime, on a le droit d’être respecté, on a droit de le faire savoir, c’est tout.

Beaucoup de personnes n’osent pas se comporter comme ça, plutôt que de dire « moi j’oserais jamais faire ce que tu fais » vont dire « non mais ça c’est pas bienveillant, c’est pas yoga », alors qu’en fait c’est simplement que les personnes n’osent pas et ont peur de s’imposer, c’est tout.

Et est-ce que c’est bienveillant que de laisser quelqu’un s’enfermer dans une erreur de comportement qui n’est pas respectable vis-à-vis de ses semblables ? Est-ce que ça c’est faire preuve de bienveillance ? De laisser les gens dans une erreur comportementale ? Ou au contraire, est-ce qu’il y a une bienveillance à éduquer les personnes, disons le, qui ont besoin d’être éduquées… Lorsque l’on est un authentique professeur de yoga, et non un professeur de fitness déguisé en professeur de yoga, nous devons assumer notre responsabilité. De la même façon qu’un parent bienveillant, lui, ne va pas toujours avoir un comportement doux et très soft avec ses enfants, et de temps en temps il aura de l’autorité, par bienveillance envers son enfant, pour l’éduquer et lui permettre d’apprendre la vie, comment se comporter, surtout quand on vit en société.

Récemment aussi, j’ai entendu quelqu’un qui me disais « parfois tu es très exigeant avec tes élèves pendant tes cours de yoga à Lyon, parfois des gens ont besoin de beaucoup plus de temps pour faire les choses, ils sont lents, etc. » Alors après, là aussi, il y a peut être une question de peur d’aller sur un terrain qui serait peut être un peu glissant parce qu’on n’est pas sûr de maitriser, on a peur de s’engager franchement pour maitriser tout ce qu’il y aurait à donner. Après les gens sont toujours libres de suivre ou non ce qu’on leur demande de faire. Moi j’ai toujours laissé une liberté à mes élèves, d’aller à un stage de yoga ou de ne pas y aller. Avant le stage je pose les prérequis, les conditions, je dis quelles sont les règles du stage, c’est dit de manière extrêmement précise. Si on va en Inde, parfois il faudra se lever très tôt, je le dis ; je dis qu’il faudra être à l’heure, et si on n’est pas à l’heure on ne pourra pas suivre l’enseignement.
Ça ne respectera ni le groupe, ni la personne elle-même, ni l’enseignant.

Je fixe un tas de règles comme ça, c’est accepté ou non, et si on n’est pas près à les accepter, je refuse l’inscription, tout simplement. Mais c’est dit. Quand je suis exigeant, j’ai toujours cadré avant, donc une fois qu’on a accepté, on est responsable, tout simplement.

Bon, bref, il y aurait beaucoup de choses à dire sur tout ça, on pourrait approfondir cette réflexion et y passer beaucoup de temps.

Les stages, les ateliers que je fais, les formations, c’est des moments privilégiés pour ça, où parfois, sur un sujet, on va vraiment approfondir, échanger, partager, écouter et répondre aux questions, rentrer dans les nuances.

Mais bon, parfois on se méprend, on juge un peu vite et c’est pour cacher plus des peurs, des problématiques personnelles qui sont les nôtres et on n’ose pas faire les choses, on se cache derrière une image « je suis un militant, je suis doux, je pratique la bienveillance, je fais la méditation »… Tout cela c’est un grosse farce, et en réalité on ne sait tout simplement pas s’affirmer.

Moi, je demande toujours aux gens, en priorité « est-ce que tu sais t’affirmer, est-ce que tu sais réussir sur les différents plans de ta vie, que ce soit sur les plans affectif, professionnel, social, est-ce que pour tout ça t’es à l’aise ? Est-ce que t’as fait tes preuves ? »
Et si on n’as pas encore fait ses preuves sur le plan mondain, et bien je pense que c’est un passage obligé, déjà d’avoir fait ses preuves sur le plan mondain, même si c’est mondain, et ensuite si l’on entame un chemin spirituel, il y a beaucoup plus de chances que la motivation soit beaucoup plus limpide.
Parce que parfois on se réfugie derrière une image prétendument spirituelle pour dire « non, mais ça c’est le plan mondain, moi je suis spirituel, c’est pour ça que je ne fais pas ceci ou cela ». En réalité, on se réfugie derrière cette étiquette pour se construire une image, à défaut d’avoir pu réussir sur le plan ordinaire… A la racine de tout cela il y a la peur, le manque de confiance en soi, le manque de confiance en la vie… Et le yoga c’est d’abord comprendre la vie, accepter la vie et tout ce qu’elle comprend… A partir de là, faisant partie des multiples manifestations de la vie, on peut mieux se comprendre et on ne se pose plus les mêmes problèmes.

Se montrer qu’on est capable de faire des choses sur tous les plans, c’est important, et pour moi c’est un pré-requis avant tout autre chose. Tout cela c’’est le champ du développement personnel, c’est pour ça que je suis pour le développement personnel, et que moi-même j’ai fait des formations sur des techniques de thérapies brèves, comme la PNL, l’hypnose etc… tout cela  pour aussi vous aider de manière vraiment globale, et vous éviter de faire fausse route, tout simplement.

A bientôt mes amis, au revoir !

Vie de couple et spiritualité – Yoga Lyon

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Lyonnais(e)?… vous tombez bien!… rejoignez-nous et commencez par une séance d’essai gratuite de yoga à Lyon

Bonsoir mes amis, ce soir je vous donne rendez-vous à nouveau pour répondre à un email que j’ai reçu d’un ami qui pratique aussi le yoga non pas à lyon mais à l’étranger; voyant mes vidéos et les appréciant, il décide de participer et de se livrer dans son intimité (vous allez voir que c’est une question tout à fait personnelle).

Il me pose une question sur le célibat, c’est-à-dire: « est-ce que c’est mieux de vivre sa vie avec quelqu’un ou plus intéressant de vivre seul pour grandir spirituellement. Est-ce qu’on rate quelque chose si on vit seul ? Comment combler les manques d’affection le cas échéant ? »  –  Il m’explique ensuite qu’il s’est séparé avec sa copine sans vraiment se séparer, ils ne vivent plus ensemble parce que la manière de vivre au quotidien c’était pas forcément très facile mais que là le fait de se retrouver c’était génial et qu’à chaque fois qu’ils se voient c’est très fort, quand ils se quittent le fait qu’ils soient très attachés l’un à l’autre, ils se prennent dans les bras, se mettent à pleurer et se disent qu’ils sont en manque l’un de l’autre de temps en temps. De manière manifeste, ils s’aiment encore beaucoup. Par ailleurs il avoue qu’il aime bien aussi avoir ses petits moments de solitude (et c’est effectivement quelque chose de très important si l’on souhaite cheminer vers le yoga de pratiquer le silence et la solitude).

C’est intéressant parce que dans cet email, à la fois il me posait une question et en même temps dans la continuité il y a la réponse. C’est-à-dire que voilà, finalement je pense qu’il a trouvé la solution, il vivait avec quelqu’un, ils n’ont pas eu besoin de moi pour décider de se séparer et d’organiser leur vie d’une autre manière tout en restant ensemble et apparemment ça se passe très bien.

Bien sûr, il y a ce problème d’attachement qu’ils ont besoin de gérer lorsqu’ils se séparent parce qu’ils ne se voient pas pendant plusieurs semaines, de temps en temps ils vont chez l’un ou chez l’autre. Et entre temps, c’est pas forcément facile. Cependant, dans un chemin spirituel comme le yoga, le bouddhisme, la méditation, ou l’on est en quête d’approfondir les questions existentielles, c’est intéressant parce que ça permet de travailler sur la saisie des choses, sur l’attachement que l’on a envers les êtres que l’on aime, envers tout autre objet de saisie… ça permet d’approfondir cette réflexion sur les nuances qu’on peut faire entre cette notion d’amour et d’attachement, alors que si on vit tous les jours ensemble on ne se pose pas forcément la question, là c’est très positif, et pour autant, il y a quand même une relation qui est là et subsiste.

Pour cet ami qui me pose la question, je pense qu’il m’a donné la réponse en même temps et que tout va bien, je pense que pour lui, il a trouvé la solution qu’il fallait.

D’une manière générale, pour répondre à tout le monde sur ce sujet, la première chose, quand on parle de grandir spirituellement, quand on parle de chemin spirituel, qu’est ce qu’on entend par chemin spirituel ? Parce que de toutes façons nous sommes tous des esprits donc il n’y a rien à faire si ce n’est que s’établir à l’état naturel non? revenir dans l’union, ou le yoga…

C’est vrai que souvent, on a tendance à s’identifier à son corps physique et à penser qu’on est un corps avec un esprit…bon…on peut se dire « oh non  j’suis pas spirituel ça m’intéresse pas », mais si, on l’est tous, avant d’être un corps avec un esprit, on est avant tout un esprit avec un corps. Le tout n’est pas de savoir si on est l’un ou l’autre, c’est de savoir si on en a conscience ou pas… Sur le chemin qui mène au yoga, nous apprenons à reconnaître toutes ces choses qui, de manière ordinaire, nous échappent…

Et quand on reconnait les choses pour ce qu’elles sont, on voit qu’on est un esprit avec un corps plutôt que l’inverse. C’est la première chose.

Après, quand on est engagé sur une voie spirituelle, on peut se faire une idée aussi sur le niveau d’avancement que l’on a sur ce chemin spirituel; cette idée, le plus souvent,n’est pas conforme à la réalité, on peut compléter se fourvoyer, on peut penser qu’on est très peu avancé sur le chemin spirituel alors qu’au contraire on a déjà réalisé un certain nombre de choses, alors que nous expérimentons l’union, l’harmonie, de manière toute relative… ou au contraire on peut se sentir vraiment « spirituel » (comme si certains d’entre-nous ne l’étaient pas…) et finalement dès que la vie nous met en face des véritables souffrances humaines, on peut se rendre compte qu’on est encore très fragile et que tout ça ne repose pas vraiment sur des bases solides, c’est pour ça qu’on a besoin d’être guidé pour mener son chemin correctement… Dans la voie du yoga, nous avons besoin d’un ami de bien, plus avancé sur le chemin, pour nous éviter de nous égarer.

L’idée qu’on se fait aussi, faut faire très attention à ça, dès fois on peut entreprendre de faire des choses, de prendre des décisions dans sa vie sous le prétexte qu’on serait un être spirituel et puis qu’on a pas besoin de ça ou ça. Parfois ça peut être très prématuré.

Ensuite, ce que j’ai envie de dire, c’est que nous sommes des êtres humains, on est faits comme ça, c’est une expérience qui nous est donnée de vivre et ce serait ridicule de ne pas la vivre. Et ce n’est pas anodin qu’on soit sous une forme humaine. Et pour la quasi majorité d’entre nous, eh bien parmi les êtres humains, nous savons tous qu’il y a des hommes, des femmes et que ça fait partie de notre condition, bien souvent, d’avoir une vie affective et de vivre avec quelqu’un. Si nous nous sommes incarnés, ce n’est pas par hasard, c’est sous l’influence d’un karma particulier que nous nous manifestons sous une forme respective de ce karma et c’est cette forme qui est le plus adaptée pour nous permettre d’évoluer… si la compréhension est là, il y a beaucoup de questions de  doutes, qui s’évanouissent…

Donc, pourquoi refuser aussi ce qui fait partie de notre condition ? Et c’est toujours pareil, c’est aussi la question de représentation qu’on se fait des choses. Est-ce que c’est pas bien de vivre en couple ? Est-ce qu’il y a un problème avec ça ? Pourquoi y aurait un problème avec ça ? Pourquoi on se pose ce genre de question ? C’est ça qu’il faut aussi comprendre je pense.

Et je dirais, que pour la plupart d’entre nous, c’est bien de vivre l’expérience que l’on a besoin de vivre, on est des êtres humains, vivons une expérience normale d’être humains, et c’est très souvent à travers le couple, la famille, que l’on va pouvoir développer ses qualités de dons, de services, d’amour, et qu’on va dépasser certaines choses et qu’on va de temps en temps aussi faire l’effort de penser aux autres avant de penser à soi et petit à petit de développer un niveau de compréhension par rapport à toutes ces qualités fondamentales… petit à petit s-nous avons sur le chemin qui mène au yoga.

Quand on pose cette question, être en couple ou non quand on est sur un chemin spirituel, la question pourrait se poser quand on atteint un niveau de réalisation spirituelle qui est vraiment important. Et quand on arrive à ce niveau là, on se pose pas la question, la réponse on la trouve toute seule. Pas besoin de se poser la question.

Ne vous inquiétez pas, ne vous posez pas de questions qui encombrent votre esprit, vivez votre vie. Et vivez là le mieux possible. S’il y a une incompatibilité, vous n’aurez pas besoin de François ni de n’importe qui d’autre, et surtout pas d’un professeur de yoga parmi tant d’autres, pour savoir ce que vous aurez à faire…

Une dernière chose, regardez aussi, souvent, il y a des grands maitres spirituels, unanimement reconnus, des êtres de lumière, des yogis, des méditants avancés, des gens, de manière très évidente, qui sont très évolués, et eux, vivent en couple !

Le tout c’est ce qu’on fait avec les choses, il n’y a rien de bon ni de mauvais, quelle est la représentation que l’on a des choses et qu’est ce qu’on fait avec ça ? Pourquoi on est en couple ? Avec qui on est en couple ? Tout ça c’es très personnel, c’est à chacun de voir.

Pour les exemples, il y a un très grand lama tibétain, qui dirige toute une lignée, il fait partie des plus grands lamas tibétains qui existent, c’est l’actuel Galurin Poutche. Eh bien il est marié. Il vient de se marier, il y a deux ans je crois.

Ce n’est donc pas incompatible. Il y a un grand lama Tibétain réincarné duquel j’étais proche il y a longtemps qui est marié. Récemment aussi, j’ai passé 12 jours avec Victor Truviano qui est un être pranique, il vit du prana uniquement, il ne mange pas et ne boit pas depuis une dizaine d’années, c’est exceptionnel, mais il vit en couple aussi.

Ne vous prenez pas la tête avec ça, faites votre vie. Bien sûr, si à un moment il vous apparaît que vous êtes avec une personne qui vous tire vers le bas, et que ça ne vas pas du tout, qu’il n’y pas d’enjeu, pas d’enfant, etc., peut être que vous prendrez une décision qui sera meilleure pour vous et vous serez mieux comme ça. C’est à vous de voir. Faites votre expérience.

Toute expérience est bonne.

Hari om tat sat

* Comment faire face à l’inquiétude?

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bonjour mes amis, François, votre expert de yoga, de méditation et autres techniques de bien-être.

Cette nouvelle vidéo pour vous parler de quelque chose que j’ai vu simplement affiché sur une pancarte devant une librairie. Il y avait un titre : comment faire face à l’inquiétude ? Ce n’était pas un magazine de yoga bien sûr mais je me suis dit que c’était intéressant. Alors, on pourrait déjà se demander d’où vient l’inquiétude et apprendre à méditer un peu là-dessus ensemble… Eh bien, si l’on regarde, il y a des pensées associées à l’inquiétude, et qui sont elles-mêmes associées à quelque chose que l’on a déjà vécu, qui ne s’est pas vraiment bien passé et du coup on a créé des peurs, des craintes. L’inquiétude, c’est de se dire « à un moment donné ça s’est mal passé, donc ce qui m’attend va mal se passer aussi », ce qui n’est pas forcément vrai. Parfois, on se projette dans le futur avec ça, on se dit « non, ça ne va pas fonctionner ».Et parfois, on nous conditionne tellement pour penser que ça ne va pas fonctionner, on reste là-dessus et finalement ça se valide parce que si l’on ne fait rien et que l’on reste avec ça et si on reste esclave de ces conditionnements, tout va très mal se passer. Bref, si on devient familier avec les techniques de méditation et que notre esprit devient plus naturellement apaisé, nous nous rendrons compte que l’on est dans cette prison et que l’on crée soi-même sa propre prison sans vraiment s’en rendre compte. Et l’inquiétude, on peut simplement, en se raisonnant, déjà, mettre plus d’espace dans cette prison. Acquérir un espace de liberté. Et se rendre compte, que, finalement, les choses peuvent être autrement. Pour commencer, il y a quelque chose de très simple que je vous propose d’expérimenter. C’est simplement de voir comment on peut faire pour être là et bien, simplement. Être libre de ses pensées, qui sont associées soit au passé, soit au futur. Être simplement sans craintes, sans espoirs, tranquille, et serein, dans l’état méditatif,comme ça. Nous le savons bien parmi les outils que nous utilisons dans nos pratique de yoga il y en a un qui est formidable pour ça, c’est la respiration. Parce que la respiration est toujours là et c’est aussi une des raisons pour la Elle s’écoule, en permanence. On peut la prendre comme support de méditation et trouver le calme en s’unissant au souffle. Simplement, mais véritablement en s’unissant au souffle.En faisant un avec le souffle. En devenant indifférencié du souffle, comme ça, vous voyez ? Essayez ça. On dit que le souffle, la respiration,c’est ce qui fait le lien entre le corps physique et l’âme. Effectivement, si vous voulez bien tester ça, faire l’expérience de vous unirà la respiration, vous allez vous rendre compte véritablement. Vous pouvez trouver la tranquillité, et pendant un temps l’inquiétude peut disparaître. Et quand vous vous rendez compte que l’inquiétude peut disparaitre, vous vous dites que finalement, c’est vous qui décidez. Vous pouvez décider que l’inquiétude soit là ou non. Et vous vous tranquillisez. De cette manière, petit à petit, on peut reprendre confiance, se libérer de l’inquiétude, ou en tout cas qu’elle soit beaucoup moins oppressante. Je vous ai donné une petite piste, ici, je vous invite à l’explorer et à voir quelle différence ça peut faire. Et si vous voulez aller plus loin, tous les liens qui sont nécessaires sont en bas de cette vidéo pour approfondir la pratique de la méditation à Lyon ou en ligne pour ceux qui n’habitent pas à côté de notre centre de yoga lyonnais: Vous aurez ainsi la possibilité d’approfondir tout ça. Vous pouvez également venir aux cours de yoga et rien que le fait de faire circuler l’énergie de manière plus libre cela libère en partie des phénomènes d’inquiétude, de stress, de peur, bref de mal-être.Si vous avez aimé la vidéo, je vous invite à cliquer sur J’aime et peut-être de vous abonner à la chaîne, pour être informé de la parution d’une nouvelle vidéo. Merci de m’avoir écouté encore une fois, à bientôt mes amis, pour une prochaine vidéo de yoga ou de méditation.