Articles

* Stage en Inde: témoignage de Maryline

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Le prochain  séjour en Inde sera un stage de bien être d’environ 10 jours qui se déroulera à Pondichéry au mois d’Août 2016: Si vous êtes intéressé(e), envoyez un message avec vos coordonnées:

Je souhaite avoir des informations sur le prochain stage de Yoga en Inde avec Yogesh.

 

Bonjour mes amis, François à nouveau, expert de yoga, méditation et autres techniques de bien être. J’ai beaucoup de monde ce soir à cette soirée resto, j’en profite un peu parce que j’ai toutes sortes de personnes intéressantes ici et en particulier ici il y a Maryline

Maryline : Bonsoir tout le monde !

François : Maryline a fait plusieurs années de cours de hatha yoga en ma compagnie à Lyon dans notre centre de la part dieu et ce qu’il y a de particulier surtout c’est qu’elle a participé à un stage de yoga en Inde avec moi à Pondichéry il y a 4 ou 5 ans. Alors, je voulais que tu partages un peu ton expérience Maryline, et que tu expliques aux gens qui t’écoutent ici, ce qui t’avait amenée à décider à participer à cette aventure et à faire ces 10 jours de Yoga en Inde à Pondichéry avec nous. Qu’est ce qui t’as amenée à prendre cette décision de partir ?

Maryline : Alors moi je suis partie à Pondichéry avec François, c’était mon premier grand voyage pour aller en Inde. Donc j’ai profité de connaître François avec le yoga pour partir parce que je ne me sentais pas de partir seule, j’ai toujours voulu faire un voyage dans un pays tel que l’Inde chargé d’histoire et de spiritualité, mais seule, je n’ai jamais franchi le pas. Donc pour moi c’était une opportunité grandiose. Je n’ai absolument pas regretté, je pense qu’à repartir, donc dès que je peux je repartirai en Inde, c’est sûr. Ça m’a apporté beaucoup de choses, j’ai rencontré des gens formidables. J’ai rencontré, beaucoup de joie, et y compris chez les personnes modestes beaucoup d’espoir, et c’est vrai que je garde ça. Il y a tellement de choses à dire, c’est pas facile… Mais c’est un voyage formidable, je suis revenue avec… Je relativise pas mal de choses dans ma vie, du coup j’ai un regard différent, j’apprends d’ailleurs à être plus proche des gens, à prendre plus le temps d’être avec les gens, parce qu’on va tellement vite dans la vie de tous les jours que quelques fois on s’éloigne des gens, on ne les voit plus… Et ça, pour moi, ça a vraiment changé du tout au tout, et j’essaie vraiment d’être présente et quand je peux d’être avec les gens à 100%, peut être pas autant que l’on pourrait l’être… Mais j’ai un regard différent sur la société d’aujourd’hui, une philosophie de vie très différente même si la routine du quotidien reste la même, comme tout le monde, mais moi je vois les choses différemment, c’est clair… Là on est dans le concret on est pas dans des petites constructions personnelles illusoires du genre  « oui moi je pratique la méditation transcendantale, la méditation sur les chakras, sur la kundalini shakti ‘; ici on est loin de tout ce qui parfois ressemble à des petits délires d’enfants gâtés qui ont tout et se plaignent toujours… Pendant ce stage de Yoga en Inde, nous avons suivi François notre professeur de Yoga et de relaxation, il nous a emmené au contact de la population, y compris les gens les plus défavorisés et là je peux vous dire que l’on est face à la vie, on comprend beaucoup de choses, beaucoup plus qu’à travers des petits délires mystiques qui me permettent de penser que parce que je fais deux ou trois mouvements, je suis devenu une yogini ou un yogi… cela c’est le yoga bourgeois comme dit François…

François : Vous voyez, moi ce que je ressens, je trouve que c’est très très fort tout ce que tu peux dire, on sent que t’as beaucoup à dire, ça déborderait même un peu.Tout ça pour dire que cette expérience, eh bien elle doit se vivre. On ne peut pas vraiment expliquer de manière exhaustive tout ce qu’on a pu retirer d’un tel voyage. C’est vraiment une expérience qu’il faut faire, tout simplement, c’est très difficile d’en parler. C’est un peu ça non ?

Maryline : Oui, je pense qu’il faut vraiment y aller. Parce qu’en parler, bon, on peut s’imaginer plein de choses. Mais quand on est sur place, c’est autre chose. Il faut y aller, découvrir, et on ressent tellement de choses que… C’est en y allant qu’on voit tout ça, tout ce que ça peut apporter… Et le gros plus c’est que tu sois là avec nous car tu connais très bien la culture Indienne, à tes côtés nous en profitons beaucoup plus et nous constatons également que tu es reconnu comme un Mâitre authentique du Yoga dans la berceau même du Yoga: l’Inde!

François : Alors bon, finalement quand tu dis ça, qu’est ce que tu dirais à quelqu’un qui hésiterait un peu…

Maryline : Je dirais que… s’il a vraiment au fond de lui envie d’y aller, qu’il a des doutes, des craintes, parce que c’est loin, un pays étranger, avec peut être des gens qu’il ne connaît pas, je pense que c’est une très bonne expérience et je conseille d’y aller. Il n’y a pas à hésiter, s’il peut le faire, je pense qu’il faut vraiment le faire. C’est quelque chose de formidable, on n’en ressort pas comme avant. Il y a l’avant et l’après.

François : Alors bien entendu, je suis là, je vous accompagne, pour le prochain séjour en août 2016, je serai aussi là à Pondichéry. J’ai fait 10 séjours en Inde et j’ai passé plus d’un an de ma vie en Inde, donc je suis effectivement très bien imprégné de l’ambiance, de la culture. Les gens se sentent en sécurité, donc vous avez vraiment aucun obstacle de ce côté-là, vous pouvez y aller tranquillement. Les séjours se passent soit à Varanasi, principale ville Sainte Hindoue, soit à Pondichéry… En tout cas je suis vraiment ravi que t’aies pu partager ton expérience. Au nom de tout le monde je te remercie.

Maryline : Merci à toi François.

François : Parce que ça a peut être aussi suscité un déclic chez quelqu’un.

Maryline : J’espère, c’est vrai, en plus on est en groupe, y a pas de craintes, on est sécurisés, François est là, on n’est pas lâchés dans la nature dans ce grand pays qu’est l’Inde où nous n’avons pas toujours nos repères… Tout est uni pour faire un bon voyage. C’est important, parce que parfois on ne peut pas franchir le pas seul. Il faut aussi saisir l’opportunité, si on peut, il faut le faire. Je me répète mais…allez-y !

François : Merci beaucoup Maryline, merci, vraiment. Si vous avez aimé cette vidéo, vous pouvez cliquer sur J’aime et vous abonner si ce n’est pas encore fait. Laissez un commentaire, posez des questions, parce que je comprends tout à fait que par rapport à un tel sujet, organiser un tel séjour en ma compagnie ou pas, vous pouviez avoir des questions ou des doutes donc n’hésitez pas, laissez vos questions en commentaire j’y répondrai volontiers. Ce voyage va se préparer longtemps à l’avance, parce que le mois d’août c’est un peu particulier quand on veut aller à Pondichéry, il faut s’y prendre à l’avance, il y a de gros mouvements de population dans ce coin surtout autour du 15 août, il faut vraiment le préparer à l’avance, ce sera important que les gens qui veulent aller là-bas me le disent longtemps à l’avance. Commencez à y penser si ça germe en vous. Voilà, écoutez, à bientôt pour une nouvelle vidéo, merci encore de votre présence à mes côtés, au revoir !

Maryline : Au revoir.

* Tout est silence, tout est Paix.

 

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Pour participer à une prochaine conférence de présentation du cycle de formation, quel que soit votre lieu de résidence (web conférence)  c’est ici: « 2 mois pour 1 vie nouvelle »

Bonjour les amis, François, expert de yoga, méditation et autres techniques de bien être. Alors, il y a encore 2 minutes, j’étais là, en train de me dire « tiens il faudrait que je fasse une vidéo de yoga sur quelque chose d’intéressant » et ça m’est venu comme ça, spontanément. D’ailleurs ce que je vous dirai dans cette vidéo sera aussi très spontané. Mais vous savez, l’autre fois, je vous ai parlé du silence et le titre de la vidéo c’était « A quoi sert le silence? ». Si vous ne l’avez pas vue, vous pouvez y retourner d’ailleurs. Et aujourd’hui, je voudrais prendre le contre-pied de cette question que j’ai posé à ce moment là, où je soulignais à quel point le silence est important. Je voulais vous parler aujourd’hui du bruit. Parce que parfois, quand on pratique entre guillemets le yoga, la méditation, eh bien, précisément les débutants mais aussi parfois les gens qui pratiquent depuis un moment ont beaucoup de mal à pratiquer avec un environnement bruyant. Vous savez, quand on est en ville et qu’on fait les cours de yoga, parfois on entend la circulation passer, parce qu’on est en ville, et certaines personnes se trouvent dérangées. Pourtant on peut se trouvé aidé et guidé par une musique de méditation bouddhiste où il y a parfois beaucoup de bruit, des tambours, des cloches, des instruments à vent…J’ai fait aussi un stage à Pondichéry en Inde où on faisait des cours de yoga très agréables sur une terrasse mais bien sûr en Inde l’environnement est toujours plus ou moins bruyant, il y a des klaxons, etc. Eux, ça ne les dérange pas, parce qu’ils intègrent ces bruits dans leur intériorisation, c’est comme ça que je suggère de faire la plupart du temps. Et d’autres personnes n’arrivent pas à se libérer de ce problème qu’elles créent elles-mêmes. C’est-à- dire que le bruit les empêchent vraiment de se concentrer. Alors, il y a quelque chose qui m’a interpellé à un moment, que j’ai beaucoup aimé, c’est une citation de Mozart lui-même, ce grand musicien, qui disait « la mélodie c’est le silence qu’il y a entre les notes ». Donc, quand vous êtes dans un environnement bruyant, certes vous pouvez faire focus sur le bruit, mais aussi sur les espaces qui existent entre les différentes sources de bruit. Et prendre surtout conscience que tout ça émane de l’esprit lui-même, tout ce qui est manifestations auditives, ça émane de l’esprit lui-même, je parle de l’esprit divin. Dans la philosophie du yoga nous expliquons que tout ce qui se manifeste sur le plan de l’univers, que ce soit sur n’importe quel plan, que ce soit sur le plan auditif, visuel, en tant que sons, que formes, eh bien ça trouve sa source dans le silence lui-même, l’esprit divin ; ce que l’on appelle dans le yoga le home, qui est à la source de toute création. Donc on peut intégrer ça complètement dans le silence intérieur. Il faut aussi distinguer le silence extérieur du silence intérieur. Parfois on n’est pas en paix avec soi-même et la moindre chose va nous déranger, alors que si l’on est en relaxation, tranquille, on peut s’installer dans la détente alors que la vie peut s’écouler à droite et à gauche, il peut avoir des sons et bruits, ça ne dérange absolument pas.En tout cas pour beaucoup d’entre vous qui êtes habitués à suivre les cours de hatha yoga avec moi et mes profs, vous savez très bien qu’il y a une différence très importante dans la façon de vivre avec tout ce qui se passe autour de vous, en particulier les bruits, selon si vous êtes débutants, si vous commencez les cours ou quelques mois après où là c’est complètement différent et ça vous pouvez l’intégrer. Alors, je vais peut être m’adresser à ceux qui ne font pas encore de hatha yoga, venez faire l’expérience pour découvrir à quel point vos perceptions peuvent se modifier simplement en faisant une première séance. Alors, peut être pas complètement mais de manière vraiment notable, et à quel point ça peut vous faire du bien, vous mettre en paix et accéder à plus de silence intérieur pour que vous puissiez vraiment trouver la paix, qui est, de toutes façons en vous. Vous avez peut pensé apprendre la méditation transcendantale par exemple, et bien transcendez le bruit, reconnaissez que tout naît du silence… J’espère que cette vidéo vous a plu, elle était peut être un peu longue ; si vous avez aimé,cliquez sur J’aime, comme d’habitude. (Je laisse passer le train). Comme d’habitude, si vous ne l’avez pas encore fait, vous cliquez ici sur le petit bouton S’abonner, et je vous demande comme d’habitude aussi de partager sur vos réseaux sociaux si vous pensez que cette vidéo peut intéresser certains de vos amis.

Je vous retrouve bientôt pour une prochaine vidéo et si vous êtes intéressés pour recevoir une méditation guidée sur les chakras ou une meditation zen à pratiquer au quotidien remplissez vos coordonnées dans le formulaire ici: http://yoga-meditation.tv/groupe-meditation-lyon-formation-en-ligne/

 

* L’immortalité – méditation sur la mort

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Pour participer à une prochaine conférence de présentation du cycle de formation, quel que soit votre lieu de résidence (web conférence)  c’est ici: « 2 mois pour 1 vie nouvelle »

Et pour retrouver l’intégralité des vidéos abonnez-vous dès maintenant et ici à la  Chaîne YouTube.

Bonjour mes amis, François, expert de yoga, de méditation et autres techniques de bien-être. Aujourd’hui je continue dans cette série de vidéos et j’ai choisi aujourd’hui de prendre avec moi un email que j’ai reçu de la part d’une élève, que je ne vais pas nommer pour des raisons de confidentialité, mais qui m’écrit la chose suivante : « Jusqu’à maintenant, je me sentais en équilibre, en sérénité, avec grâce à la pratique ele méditation,  une sensation de plénitude en moi. Mais depuis quelques temps, je me pose des questions sur la mort. Car mon père est à 15 000Km, il est très vieux, il va avoir 97 ans. Je l’aime tant, il a toute sa tête, il est drôle, sympa, philosophe, etc. Et puis, pour moi-même, eh bien j’ai envie de vivre encore un peu plus et bien dans mon corps et mon esprit. Car, en résumé, je gère quelques problèmes de santé. Je n’ai pas peur, je fais de mon mieux, je suis positive mais ces temps-ci, ça me tracasse un peu. »

Alors on part d’une situation où cette amie en question vit dans la plénitude et tout à coup, quelque chose se passe. Elle se pose une question vraiment existentielle, puisqu’elle se pose des questions sur la mort. On se rend compte ici, ce que ça m’évoque ici, c’est qu’à la lumière de cette plénitude, de cette sérénité qui s’est installée, à un moment donné, émergent des questions fondamentales qui viennent perturber ce sentiment de plénitude; en réalité ce questionnement révèle une clarté qui s’est installée dans l’esprit… Ce qui se passe ici, le fait de se questionner ainsi est donc tout à fait normal. Quand le calme est là, la clarté se fait, des choses viennent, émergent et peuvent sembler nous déstabiliser un peu.

Parfois on se dit « je suis en train de régresser » et au contraire, vous êtes en train de progresser parce qu’il y a plus de clarté et on réfléchit aux choses vraiment importantes. En l’occurrence, la mort, dans la philosophie bouddhiste, on dit que si l’on passe une journée d’une existence humaine sans réfléchir profondément et avoir une réflexion analytique sur la mort, c’est une journée de gaspillée: nous devons méditer au quotidien sur la mort…. On est bien loin d’une simple pratique de relaxation ou de méditation guidée… Donc on considère vraiment que la réflexion sur la mort est une réflexion absolument fondamentale. Très importante. Mais aussi une réflexion sur laquelle on doit fonder toute pratique spirituelle. Sinon ça n’a que peu de résultats d’entamer une pratique spirituelle si on ne réfléchit pas à ce genre de choses. C’est très important. Encore une fois, c’est assez bon signe que cette amie se pose ces questions.

Elle se pose des questions sur la mort, par rapport à son père qui est très loin, auquel, semble-t- il, elle est très attachée. Et c’est normal, puisqu’en tant qu’être humain, c’est ça qu’on a dépassé aussi, l’attachement que l’on a envers les personnes, les gens qui nous sont proches, la famille, nos possessions, etc. Au passage, j’aimerais dire que cette personne est originaire d’Amérique Latine. Dans d’autres traditions on accorde beaucoup d’importance à la famille, et les parents, les grands-parents sont importants et sont tout le temps importants. Ici, trop souvent, des personnes âgées finissent seules, les enfants ou les petits-enfants ne se préoccupent gère de ce qu’ils sont en train de devenir. Et on place parfois les gens…je ne sais pas si je peux dire ça mais…parfois on passe les vieilles personnes dans des mouroirs. Bon, je pense que c’est important de prendre exemple sur des cultures qui prennent soin de leurs ancêtres jusqu’au bout quoi qu’il en soit, et qui ne les laissent jamais tomber. Parce qu’il ne faut pas oublier ce que nos parents nous ont apporté, tous les efforts, les investissements, le cœur qu’ils ont mis pour nous nourrir, nous vêtir, nous apprendre, faire de leur mieux même si on est tous imparfaits. Ils ont bien souvent donné le meilleur d’eux-même et beaucoup de leur énergie pour faire en sorte qu’on puisse devenir adultes et être ce que l’on est aujourd’hui. Sans eux, la vie serait sans doute différentes et on n’aurait pas autant de possibilités que si on avait pas d’autres êtres humains, en l’occurrence nos parents, qui ont vraiment pris soin de nous. Ensuite, cet amie, qui m’écrit cet email, me dit « j’ai envie de vivre un peu plus et bien dans mon corps, pour résumer j’ai des problèmes de santé, j’ai pas peur, je suis positive mais je me pose des questions ».

Alors c’est vrai que quand on a des problèmes de santé, on est en délicatesse, et on peut aussi réaliser que, finalement, le corps physique n’est pas permanent. A un moment ou un autre, quoi qu’il en soit, on va devoir finir par quitter ce corps. Là, ça nous ramène à la saisie que l’on a de ce corps physique, auquel on s’identifie tellement. Quand on parle de la réflexion sur la mort, on dit que de toutes façons, quand on réfléchit sur la mort, pardon, on réfléchit sur le fait que de toutes façons elle est certaine, personne n’y a jamais échappé. Le moment de la mort, on ne le connait pas non plus, du tout. Ce peut être dans quelque secondes, jours, semaines, mois, années. Ça peut se produire très rapidement, de manière brusque, sans qu’on s’y attende. Et les circonstances de la mort, puisque je parle de ça, on ne les connait pas non plus. On peut mourir de manière douce et tranquille mais aussi de manière brutale ou différemment, tous les scénarios sont possibles. Effectivement, la mort étant certaine, c’est peut-être intéressant de s’y préparer au travers de toutes ces réflexions. Pourquoi donc ne pas faire du sujet de la mort une technique à part entière de méditation sur la pleine conscience?…  Bref, ça pourrait être très long si je commençais à partir là-dessus.

Je développe un enseignement assez long d’ailleurs dans ma formation « 2 mois pour une vie nouvelle ». Ce que je vous ai conseillé récemment, via la vidéo sur les livres pour approfondir le yoga, et bien j’ai réservé un livre, que je vous ai conseillé sur le plan de la philosophie, et en particulier de la mort.Ce livre s’appelle Il n’y a ni mort, ni peur, du grand maître bouddhiste Thich Nhat Hanh. C’est un chef-d’œuvre, on pourrait en faire une bible. Si vous êtes engagé dans un chemin spirituel, vous pouvez en faire une bible, ça va vous servir énormément pour voir les choses autrement et voir qu’au final il n’y a ni mort ni peur, comme le dit le titre de ce livre. C’est extrêmement réconfortant à lire, et on a vraiment ce sentiment intime d’accéder à une compréhension qui est autre sur ce qui est la vie, et comprendre, finalement, que la mort fait partie de la vie, et que ce n’est pas une fin mais une continuité.

Que dire d’autre ? Voilà ce que j’avais à dire, pour répondre à cet email. Je te conseille de lire ce livre, Il n’y a ni mort, ni peur de Thich Nhat Hanh. Et pour les autres que ça intéresse, même conseil ! Et bien j’espère que vous avez aimé cette vidéo, comme toujours, si c’est le cas, je vous demande de cliquer sur J’aime et puis si vous ne vous êtes pas encore abonné, cliquez sur s’abonner, comme ça vous serez au courant des vidéos qui sortent.

Je vais vous demander aussi de partager ces vidéos pour m’aider à faire la promotion de cette chaîne et diffuser ces petits messages jours après jours.

A très bientôt mes amis pour une prochaine vidéo, au revoir !

PS: dans quelques semaines je vous offrirai quelques exercices de méditation audio gratuits comme des méditations guidées en ligne gratuites ou encore la méditation de la flamme violette qui est très sympa et permet d’apaiser les peurs, les craintes.

* Nadi sodhana : La respiration alternée pour tout équilibrer!

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Si vous êtes de Lyon rejoignez-nous et commencez par une séance d’essai gratuite de yoga.

Et pour retrouver l’intégralité des vidéos abonnez-vous dès maintenant et ici à la  Chaîne YouTube.

 

Encore une fois bonjour mes amis, François, votre professeur de Yoga, expert en méditation et autres techniques de bien-être. Aujourd’hui, pour la toute première fois, je vais vous parler d’une technique de respiration pour parlement simplement puisque d’habitude on parle de pranayama en yoga, ce qui signifie littéralement « contrôle de l’énergie vitale »; ce contrôle se fait par la respiration. Pourquoi on dit « contrôle de l’énergie vitale », c’est aussi parce que déjà, au niveau du corps grossier, du corps physique, celui que l’on peut appréhender, toucher comme ceci, on a de grandes fonctions organiques que l’on connait, cardio-pulmonaire, les fonctions hormonales, les fonctions cérébrales, etc. Et toutes ces fonctions travaillent très bien et de manière harmonieuse quand tous les systèmes sont équilibrés… D’ailleurs dans l’approche du yoga nous parlons des trois corps, et entre autres du corps d’énergie. La respiration que l’on va voir aujourd’hui permet d’équilibrer tous les systèmes au niveau physique, c’est-à- dire au niveau physiologique, aux grandes fonctions organiques, mais aussi au niveau de notre corps pranique, notre corps d’énergie. Là aussi, ça va permettre d’équilibrer la circulation des énergies, mais en réalité, tout est lié. Le tout, c’est que lorsque tous les corps fonctionnent en harmonie, le corps physique, le corps pranique, le corps mental on ressent une certaine plénitude, une détente un relaxation profonde, surtout lorsque nous ne sommes pas habitués et que l’on bénéficie des effets des exercices de yoga et de méditation… Pour un pratiquant plus avancé, il ne se rend plus vraiment compte puisqu’il est tout simplement établi dans un nouvel état… un état naturel d’ouverture, de spontanéité, de présence à l’expérience du moment, simplement là… C’est ce qui explique que vous voyez certaines personnes dans ce cas qui dégagent une vraie luminosité que vous e pouvez pas expliquer mais qui illumine l’entourage….Donc la respiration alternée, nadi sodhana,  je vais vous l’enseigner ici, mais sans rétention de souffle et de manière extrêmement simple. Je vais vous demander d’inspirer et d’expirer avec le même débit, avec le même temps d’inspiration, le même temps d’expiration, la même longueur d’inspiration et d’expiration. On va passer d’une narine à l’autre, une fois par la droite, une fois par la gauche. La toute première chose que l’on a à faire, c’est de rentrer, je vous le montre ici, c’est de rentrer l’index et le majeur dans la paume de la main droite. D’ailleurs,  c’est pas évident parce que quand je me regarde dans la vidéo j’ai l’impression que c’est la main gauche, mais c’est bien la main droite. Ensuite, vous réunissez le 4, le 5 et le 1, de telle sorte qu’ils forment comme un pic. C’est un geste qui s’appelle un mudra en sanskrit; ici il s’agit de vishnu mudra… Dans la philosophie du Yoga Vishnu est un aspect de Krishna… Le pouce va service à fermer la narine droite quand on voudra respirer par la narine gauche, et les deux autres doigts vont servir à fermer la narine gauche lorsqu’on voudra respirer par la narine droite. Quand on commence, on est assis, en posture de yoga, mais on peut très bien être assis sur un siège, c’est pas un problème. Je ne conseille pas d’être debout, je conseille au moins d’être assis sur une chaise, les pieds bien à plat sur le sol, le dos plutôt droit en étant relax, en particulier au niveau des épaules, la tête bien droite, les yeux qui ne se baladent pas non plus. Et on est complètement dans ce qu’on fait. On commence par fermer la narine droite, la bouche reste bien sûr fermée. On commence tout d’abord par vider les poumons, expirer, faire sortir l’air par la narine gauche. Voilà. Quand l’air est sorti, on enchaîne tout de suite en inspirant, toujours par la narine gauche. Quand c’est fait, qu’on arrive en fin d’inspiration, on ferme la narine gauche et on va expirer par la narine droite. Quand on a fini, à nouveau on inspire par la narine droite.Et à nouveau on change enfin d’inspiration. En fin d’inspiration, je change. Voilà, vous voyez, c’est très simple. L’une des seules choses important à retenir, c’est que l’on change de narine à chaque fin d’inspiration, lorsqu’on a rempli les poumons. Quand ils sont remplis, c’est à ce moment-là qu’on change de narine, qu’on bascule et qu’on va expirer par l’autre narine. Une fois que l’on est sur l’autre narine, ayant expiré, vidé les poumons, on inspire, ensuite en fin d’inspiration, on change à nouveau. On respire de manière alternée. La conséquence, quand on fait ça ne serait-ce que 5 minutes, quand vous allez arrêter, vous aurez l’impression qu’un équilibre, un calme, s’est installé. Peut-être même de la plénitude. Vous allez peut-être même ressentir le besoin de rester dans cet état pendant un petit moment pour vous en nourrir et apprécier ça pleinement. Ça révèle que des choses sont profondément équilibrées. C’est quelque chose de très simples mais dont les effets ne sont pas neutres. Ça peut très grandement bénéficier à votre santé toute entière, non seulement physique, mais aussi énergétique, émotionnelle et mentale. D’ailleurs, cet pranayama est très intéressant à faire avant une petite séance de méditation. Il n’y a pas longtemps, je vous ai appris, au cours d’une vidéo assez récente, comment pratiquer l’attention à sa respiration en comptant ses respirations. Si vous avez un peu de temps, vous pouvez très bien faire cette technique de pranayama qui s’appelle Nadi Sodhana, la respiration alternée, avant votre petite pratique de calme mental, c’est très bien placé. J’ai pas la prétention de tout vous dire dans cette vidéo, mais j’espère que ça vous sera utile. Si vous avez des questions, n’hésitez pas, laissez un commentaire, j’y répondrai soit directement soit avec une autre vidéo si ça nécessite plus de détails. Si cette vidéo vous a plu, je vous invite à cliquer sur J’aime et surtout sur le bouton S’abonner, vous serez informés dès qu’une vidéo sortira. En tout cas, je vous souhaite une très bonne journée mes amis, je vous dis à bientôt, à l’occasion d’une prochaine vidéo, merci encore de m’avoir écouté jusque là. Au revoir !