Articles

Yoga part dieu: « Les 3 attitudes d’esprit et l’apprentissage »

Pré-inscriptions immédiates  et sur demande aux conférences de présentation du cycle de formation ici (quel que soit votre lieu de résidence): « 2 mois pour 1 vie nouvelle »

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant à la  Chaîne YouTube.

LIBEREZ-VOUS du STRESS avec
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
Accès IMMEDIAT et GRATUIT ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Les 3 attitudes d’esprit et l’apprentissage

Bonjour chers amis, François, expert de méditation et de yoga à Lyon..

Une petite histoire…

Je voulais partager avec vous une petite histoire que j’ai lue sur une page d’un ami, sur sa page Facebook, un ami qui vend des produits d’information, soit sous forme de PDF, soit sous forme d’audio, de vidéo, c’est quelqu’un qui est dans la formation, pas dans le yoga, pas à Lyon mais à Paris; bref, c’est quelqu’un avec qui j’ai une relation étroite et donc on est en communication.

Sur sa page Facebook, il nous partageait aujourd’hui un copier-coller de quelqu’un qui lui demandait de rembourser un produit, la personne, en l’occurrence, n’était pas contente du produit et voulait absolument se faire rembourser et elle l’a attaqué de manière frontale en lui disant « écoutez si vous ne me remboursez pas, je vous assigne en justice », sans chercher à établir quelque dialogue que ce soit au préalable… sympathique non?

Si ça se trouve, en établissant un dialogue, ça pourrait bien se passer. Cette agressivité révèle un peu des peurs, la peur qu’on ne sera pas capable d’avoir un dialogue avec l’autre. C’est un certain manque de confiance en soi qui s’exprime comme ça. Comme je le répète très souvent le yoga c’est rétablir l’unité avec son être profond, et sur un un élémentaire, c’est déjà avancer sur toutes ces choses là, la peur, la confiance en soi etc…

Bref, a un moment donné, par rapport à cette histoire, mon ami va rembourser cette personne, comme ça, ça ne fera pas d’histoires inutilement. Par ailleurs en commentaires sur Facebook une personne disait « si tu le rembourses, où est la leçon, l’apprentissage ? ». Je me suis dit que j’allais faire une vidéo dessus parce qu’en plus ça fait le lien avec les deux dernières vidéos sur l’écoute et sur l’apprentissage, ça permet d’aller un peu plus loin dans cette réflexion, sur ces sujets.

La bonne attitude d’esprit

Où est la leçon, l’apprentissage si tu le rembourses ? C’était Céline qui répondait ça, moi de mon côté j’ai répondu simplement : Céline, dans la vie il y a 3 catégories de personnes par rapport à l’apprentissage, 3 attitudes d’esprit : la personne qui est dans cette attitude d’esprit, c’est-à-dire qui est comme un réceptacle, et qui est prêt à recevoir ce qui est versé dans ce réceptacle, prêt à recevoir les expériences que la vie lui donne, de les laisser reposer, murir, pour que ça puisse se développer, se transformer en expérience personnelle… ce sont les personnes en paix avec elles mêmes, ou qui ont acquis, d’une manière ou d’une autre, une certaine maturité, ou encore des pratiquants de yoga avancés.
Une telle attitude permet d’évoluer jour après jour, mois après mois, année après année, ce qui fait que dans le temps et au fur et à mesure que le temps s’écoule et qu’on avance dans notre vie, finalement on devient un meilleur soi même… Car au fond, n’a-t-on  pas  toujours à apprendre de partout de la part des uns des autres, vraiment de partout, on a tellement de choses à apprendre.

Donc ça c’est la bonne attitude d’esprit, dans ces conditions, eh bien on peut imaginer qu’il y a une leçon qui va être donnée mais qui sera retenue et qu’ après une période d’apprentissage, ça va se transformer véritablement en expérience et avec ma foi, de nouveaux savoir faire, de nouveaux savoir être, des choses plus adaptées pour qu’on soit plus heureux soi même, et puis qu’on ait des relations plus harmonieuses avec son environnement et qu’on puisse amener une part de contribution, peut être plus importante au monde. C’est dans ces conditions qu’on va pouvoir avancer… Si vous suivez la voie du yoga, il est important de développer une telle attitude, bref, d’ouvrir son esprit…

La passoire

Mais, nous sommes aussi beaucoup à ne pas être dans ce cas de figure.
Il y a un 2e cas de figure, ici, vous voyez, c’est une passoire. Là c’est tourné dans le bon sens, et là, vous pouvez verser tout ce que vous voulez, eh bien ça passera toujours à travers… Vous pouvez recevoir un nectar de grâce avec les enseignements les plus précieux, donnés par le plus habile et le plus qualifié des maîtres de yoga que cela ne changera rien… C’est le problème précisément quand on n’écoute pas, c’est-à-dire qu’on a l’impression d’être là et puis de se nourrir de la situation, de ce qui nous est dit, de ce qu’on est censés apprendre, on a l’impression d’observer, de regarder, de vivre une expérience, mais en réalité, notre mental étant tellement fragmenté (*)  on n’est pas vraiment là et quelques minutes après parfois, on ne sait plus ce qu’il s’est passé, on passe à autre chose, on ne prend pas le temps de se poser, de murir tout ça.

Bref, ça ne reste pas. Dans ces conditions, l’apprentissage n’est pas possible, si on a une telle attitude, le chemin qui mène au yoga n’est même pas emprunté.

Il faut vraiment développer sa concentration (dharana) et son discernement (viveka) et être guidé pour ça, bien sûr. Parfois, c’est pas facile à faire tout seul, donc si c’est nécessaire c’est bien d’être guidé. Mais en tout cas, cette attitude ne nous permet pas de construire une expérience puisqu’on ne retient rien pour permettre à cette expérience de se construire.

L’hermétisme

La dernière attitude, c’est celle-ci, où là, le réceptacle est bon si vous voulez, mais il est complètement retourné à l’envers, vous pouvez verser tout ce que vous voulez, ça passera toujours à côté, quel que soit le volume d’information que vous verserez avec un tel réceptacle, comme il n’est pas tourné du bon côté, tout passera à côté et il n’y a absolument rien qui pourra se développer comme expérience parce qu’il n’y aura aucune matière pour que cette expérience se développe. On est dans une situation comme ceci où on est fermé d’esprit. Là aussi, face à une telle attitude, vous pourriez vous appeler Jésus, Bouddha, Milarepa ou Shankaracharya, vous pouvez avoir des Siddhis ( accomplissement issus de la pratique du yoga) incroyables que vous resterez complètement démunis pour obtenir le moindre résultat face à une telle attitude.

La fin de l’intelligence

Souvent on pense tout savoir, tout connaître, on est enfermé dans nos croyances et à ce sujet, Krishnamurti, ce grand philosophe indien,  qui est source d’inspiration pour des millions de personnes  passionnées par la philosophie du yoga, la philosophie hindoue disait que quand on est comme ça, c’est la fin de l’intelligence, si on pense ne plus rien avoir à apprendre, effectivement on s’arrête là, on sait tout. C’est le gros problème quand on n’écoute pas.

Avancer, ajuster, affiner, progresser

Parce que quand on écoute, c’est aussi comme ça qu’on a la possibilité de reconsidérer des choses, de peut être procéder à certains ajustements pour être un peu plus aligné avec soi même, être un peu plus juste, développer un peu plus de sagesse. Voilà, on procède par petits ajustements petit à petit, ça devient de plus en plus juste ce que l’on fait, ce que l’on pense, la manière dont on agit… si l’on chemine correctement vers le yoga nous avons plutôt une telle attitude.

Besoin les uns des autres

On a besoin les uns des autres pour ça, on a besoin de s’écouter, on n’est pas obligés d’être d’accord avec tout, mais bien souvent si on écoute, ça va nous aider à nous améliorer encore et encore.
C’est pour ça, au passage, que je tiens à tous vous remercier, qui que vous soyez, parce que parfois, avec certains d’entre vous, eh bien je m’arrête un peu, je réfléchis à ce que vous dites, à vos réflexions, en particulier lorsque ce sont des réflexions qui sont de nature à me remettre en cause, où vous n’êtes pas à 100% d’accord avec moi, parfois c’est vraiment intéressant et ça me permet de progresser.

Parfois, c’est vrai que j’ai développé un niveau d’expérience sur le yoga, sur certaines choses et cela me permet bien sûr d’avoir des convictions qui sont solides et puis ma foi, j’ai des ancrages suffisants pour savoir que la direction que je prends est la bonne. Mais par contre, sur certaines choses, ça me fait vraiment progresser.

Merci pour votre échange. Et c’est avec bonheur que je vous donne ce que je peux partager avec vous, comme je le fais ici.  

En tout cas, retenez que des 3 attitudes d’esprit face à l’apprentissage, il n’y en a qu’une où il est possible de pouvoir avancer dans sa vie, c’est celle-ci.

Je vous dis à bientôt pour une prochaine vidéo.
SI vous avez aimé celle-ci, cliquez sur J’aime. SI vous n’êtes pas abonné à la chaîne, faites le maintenant !

A bientôt mes amis, au revoir !

 

(*) yoga = état de cessation des activités fragmentées du mental ou « yoga chitta vritti nirodha »

Yoga à Lyon: « doutes et certitudes »

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant à la  Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Doutes et certitudes

Bonjour mes amis, ici François, expert de méditation et de yoga à Lyon

Je voulais partager avec vous une réflexion sur ce qui touche aux doutes et aux certitudes auxquelles on se trouve tous touchés mais d’une manière un peu différente suivant qui l’on est..; Comme je l’explique souvent à mes élèves de yoga à Lyon, c’est bien beau de venir faire son cours de yoga mais cela ne suffit pas si vraiment on veut apprendre sur soi-même, nous avons beaucoup de choses qu’il convient d’observer pour comprendre comment nous fonctionnons… c’est aussi le propos de la méditation au passage…

Les différentes situations

Effectivement, il y a différentes situations et je voulais vous aider à vous situer par rapport à ça pour que vous sachiez où vous êtes vous, dans quelle situation vous êtes, et si finalement vous êtes dans le bon cadre par rapport aux doutes ou aux certitudes. Effectivement, il y a différentes proportions entre doutes et certitudes, alors j’ai symbolisé ça avec plusieurs carrés.

Premier carré

  • Un premier carré, qui serait la 1ère catégorie, ce carré je l’ai rempli de couleur sombre qui symbolise le fait qu’on est dans une situation ici où on est empli de doutes. Symboliquement, c’est 100%, mais peu importe que ce soit 90 ou 100%, on est empli de doutes et ça nous empêche de faire quoi que ce soit. Bien souvent, quand on est dans cette situation là, on n’est pas bien dans sa peau voir on est en totale déprime, on n’a confiance en rien, ni en soi même et quand on n’a pas confiance en soi même on n’a pas confiance en les autres, on n’a pas confiance en notre environnement, pas confiance en notre société, pas confiance en quoi que ce soit. Evidemment, ça, c’est pas une situation rêvée. Mais elle existe. Si vous n’êtes pas dans ce carré là, c’est déjà un moindre mal.

Deuxième carré

  • Après, il y a possibilité de se trouver dans ce carré, ce 2e carré, cette 2e catégorie, où là, vous avez 3/4 de doutes et 1/4 de certitude, c’est-à-dire que les doutes l’emportent globalement sur vos certitudes et ça, ça vous empêche vraiment d’avancer. Des doutes, on en a tous, mais là c’est dans une grande proportion, 2/3 1/3, 3/4 1/4, en tout cas, les doutes sont prépondérants. Et ça, même si de temps en temps il y a un coup de mieux, ça reste minoritaire, on n’avance pas. Est-ce que vous êtes vous dans cette situation ? Là il est urgent de vous occuper de vous et peut être de commencer par venir participer à nos cours de yoga dans la quartier de la Part Dieu et si vous n’habitez pas à Lyon essayez de trouver un professeur de yoga près de chez vous… Mais bon, si vous n’êtes pas dans le cas de figure décrit ci-dessus, vous vous trouvez peut être dans cette situation, ce 3e cas de figure, ici.

Troisième carré

  • 3e carré, où ici, c’est du 50/50, c’est-à-dire un jour je suis dans un état de doute, un autre je suis dans un état de certitude. Un jour je suis en capacité de mobiliser mon énergie pour avancer dans ma vie et concrétiser ce que je veux concrétiser, mes objectifs, aspirations, etc. Et un autre jour, je suis plombé, et même si je le voulais, je me trouve dans l’incapacité d’avancer et de faire quoi que ce soit. Donc c’est un peu cette situation où je fais un pas en avant et le lendemain je fais un pas en arrière. Quand je fais le bilan je suis toujours au même endroit, ça n’avance pas. C’est imagé, mais c’est comme ça que ça se passe concrètement. Quand on est comme ça, on fait aussi le bilan entre là où on en est aujourd’hui, là où on en était y a un an, ça n’a pas vraiment bougé. C’est pas le carré idéal. Si vous êtes dans ce carré, prenez en conscience avant qu’on avance un peu plus loin dans la réflexion, parce qu’on a encore 2 carrés à voir.

Quatrième carré

  • Il y a certes, aussi, ce carré là, vous le connaissez peut être aussi ou vous l’avez vu même si ça ne vous concerne pas, vous avez sans doute vu autour de vous des gens où ce carré reste tout blanc. Il n’y a aucun doute, toujours sûr de soi. Quand on est toujours sûr de soi, il y a un écueil, on n’a pas forcément les pieds sur terre parce que ma foi nous sommes des êtres humains, nous sommes remplis de sentiments, d’émotions de toute nature et ça, eh bien c’est normal, si on est constitué de manière équilibrée on doit vivre des émotions et sentiments de toute nature et ça nous sert pour évoluer. Si on n’a rien de tout ça, c’est soit qu’on se coupe de ses émotions, on se raconte une histoire en se disant que tout va bien. Et en réalité, quand on fait le bilan entre aujourd’hui et il y a un an, finalement on se raconte peut être beaucoup de choses, on s’illusionne et finalement rien n’a vraiment avancé. Ou alors, si on se rend compte, on peut vraiment tomber très rapidement dans des désillusions, si on ne s’en rend pas compte et qu’on est tout le temps comme ça, ça peut être pathologique et on ne voit pas la personne avancer dans sa vie. Pourquoi ? Parce que, on pourrait se dire que quand on est rempli de certitudes tout va bien, on fonce et tout marche. Mais, je ne pense pas que ce soit comme ça. Parce qu’une vie humaine, par définition c’est un champ d’expérimentations. Une vie humaine se caractérise par la prédominance des émotions perturbatrices suivantes, que sont le désir et l’attachement. Quand on est soumis au désir et à l’attachement, on a des variations d’humeur, on a parfois des jours sans. Ça peut arriver de temps en temps et ça arrive dans une constitution humaine normale, sinon il y a quelque chose qui ne va pas, c’est obligatoirement comme ça. Et c’est là aussi pour nous permettre de développer notre expérience, parce que parfois c’est grâce aux doutes, aux remises en cause, grâce au fait qu’on va peut être subir des critiques voire des trahisons, j’en parle récemment dans une autre vidéo sur « se libérer du jugement d’autrui pour réussir sa vie », alors c’est un peu en lien, des fois on est soumis aux critiques, soumis à des jugements pas très positifs, soumis à des trahisons, à des comportements qui nous atteignent. On est attaché au fait de se sentir aimé et quand on ne se sent pas aimé ça nous atteint. Et parfois, on a besoin de ça pour dépasser les choses, aller plus loin et aller chercher au fond de soi même, c’est-à-dire ne plus compter sur l’extérieur mais sur notre développement intérieur, notre force intérieure pour avancer. Parfois c’est grâce à ça, je dirais même que c’est tout le temps grâce à ça qu’on va se transcender, c’est à partir des expériences malheureuses, sur cette base qu’on va pouvoir faire fleurir nos qualités, qu’on va se dépasser, aller au-delà, et qu’à partir de là on va décider de devenir un meilleur soi même. Donc on a besoin d’avoir des doutes. Si on n’a pas de doutes, qu’on est empli de certitudes, c’est Krishnamurti, un grand philosophe indien qui disait ça, c’est la fin de l’intelligence, on n’a plus rien à apprendre, tout simplement. Ça n’existe pas, à moins d’avoir atteint l’état de Bouddha. Alors, s’il y en a parmi vous qui m’écoutez qui ont déjà atteint l’état de réalisation spirituelle totale comme Jésus ou Bouddha, faites moi un petit commentaire et dites moi. Mais si ce n’est pas le cas, ça vous concerne.

La situation la meilleure

  • Alors, quel est le bon carré, on va le matérialiser mais vous l’avez déjà deviné je pense… C’est un carré où on aurait, ma foi, un peu de doutes, mais pas trop. C’est-à-dire 1/4, 1/3, ou alors 40%. Mais il y a quand même prépondérance de certitudes.
  • C’est-à-dire que vous êtes déjà construit, vous avez une force, un pouvoir, une capacité à vous reconnecter à vos certitudes. Ça vous l’avez. Quand on est dans ce carré, c’est cette situation. De temps en temps, on a des challenges à relever, on va aller chercher au fond de nous même, on gagne en puissance, en pouvoir d’influer sur notre propre vie. On a ce pouvoir. Le bon carré, pour finir, c’est donc celui-ci…. C’est ce que je voulais vous expliquer aujourd’hui en complément des cours ou des enseignements de méditation et de yoga que vous suivez avec moi à Lyon ou à distance et j’espère que cela vous a aidé ou pour le moins intéressé!

Le respect des animaux par Francois Yogesh yoga lyon.

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Le respect des animaux

Mes chers amis, bonjour !

François, expert de yoga, de méditation et autres techniques de bien-être. Alors, aujourd’hui, je vais vous parler d’un sujet dont j’ai décidé de parler, simplement, parce qu’il y a pas longtemps du tout, je me suis retrouvé en conversation avec une amie qui est très attachée au respect de la condition animale, ce qui est mon cas aussi, bien sûr. Et on s’est dit que ce serait intéressant de réserver une place, dans les vidéos, de faire une vidéo sur ce sujet. On a même parlé ensemble de l’amour envers les animaux, et je pense qu’avant d’en arriver là, déjà, de manière extrêmement basique, il faudrait commencer par développer, déjà, du respect envers les animaux.

Notre éducation, nos habitudes

Je ne vais pas me faire que des amis. Évidemment, pourquoi ? Parce que quand on parle du respect des animaux, on va déjà parler du fait que l’on consomme de la viande animale. Et ça, ce n’est pas respecter les animaux. Bien sûr, lorsqu’il s’agit de se justifier, ça fait débat. Déjà, première raison, parce que ça dérange nos habitudes, et puis, bon, c’est dans notre nature aussi, on a bien envie d’évoluer spirituellement, personnellement. Mais surtout, on est bien moins enclins à changer nos habitudes, surtout quand ce sont des habitudes auxquelles on est profondément attachés.

Bien sûr, il n’est pas question non plus de se blâmer, parce que, ma foi, c’est comme ça, c’est devenu habituel. On a subi une éducation qui fait qu’on a pris des habitudes, on n’y pense pas, c’est devenu automatique, c’est devenu normal.

L’ honnêteté intellectuelle

Mais bon. D’un autre côté, si on refuse tout en bloc et qu’on fait un barrage systématique pour dire « Bah non, ça ne tient pas debout ! L’homme est fait pour manger de la viande ! Par nature, c’est un carnassier ! » ou alors, j’entendais quelqu’un, récemment, qui me disait, d’ailleurs, j’en sais rien du tout si ce qu’il me disait était vrai ou pas, il me disait « Oui, mais dans les enseignements des templiers, on dit que l’animal est fait pour être consommé ». Je trouvais ça complètement absurde, mais enfin bon. Bref.

Tout ça pour dire qu’on va bien chercher les choses qui nous arrangent là où elles se trouvent. Et puis, qu’avec ça, on se donne bonne conscience. Et puis, ma foi, comme ça, surtout, on n’a pas besoin de changer nos habitudes, on n’a pas besoin d’aller à contre-courant, on n’a pas besoin de faire tous ces efforts qui sont nécessaires pour le changement.

Sommes-nous vraiment cohérents?

Si nous prétendons être un méditant, un spécialiste du yoga, un yogi, quelqu’un d’emprunt de bienveillance etc…. tous ces beaux concepts dont nous aimons nous draper, alors la première chose est de ces demander si nous sommes cohérents? Ou bien simplement est-ce que nous ne sommes pas en train de nous raconter une histoire pour donner une image de nous même à défaut d’être vraiment un yogi, un vrai méditant, quelqu’un de bienveillant…

Les compromis sont-ils bons?

Ça me fait penser aussi, je pense à plein de choses en même temps au fur et à mesure que je parle, mais ça me fait penser aussi récemment que quelqu’un me disait « Oui, François, tout ce que tu fais, ces enseignements, les vidéos, c’est super ! Mais parfois, tu es peut-être un peu trop engagé, et peut-être qu’il faudrait plus que tu donnes ce que les gens attendent. ». Parce que c’est vrai que souvent, quand on va sur une chaîne de yoga, qu’est-ce qu’on voit ? Bah souvent, ce sont des postures de yoga, des postures, des postures ou bien du pranayama… Moi, je suis très attaché à développer des éléments de philosophie, de compréhension de la vie, de respect de la vie, de développer tous ces aspects. Et ça, de prime abord, ce n’est pas forcément ce qu’on recherche. Mais moi, ma mission, ce n’est pas de faire du marketing, c’est de partager mon expérience du yoga et de la méditation, et d’amener les gens vers plus de bonheur, d’amener tout le monde vers plus d’unité, de fraternité et de bien-être ensemble, de rétablir un équilibre, une harmonie, une paix entre tous les êtres sensibles. Donc, ça, c’est ma priorité. Ma priorité n’est pas matérielle ou financière, évidemment.

A quoi mesure-t-on la valeur d’un être humain?

Donc, alors, si on revient sur le respect de la condition animale, j’ai vu récemment, je crois que c’était sur un site internet qui milite aussi pour la condition animale, c’était probablement l’association « L214″ qui disait ainsi que « Le véritable test de l’humanité, c’est comment l’homme établit les relations avec ceux qui sont à sa merci, c’est-à-dire, les animaux ». Je trouvais ça super bien pour définir ça.

La philosophie du Yoga

Et ça nous ramène, au niveau de la philosophie du yoga, sur les 8 étapes du yoga. Vous savez, traditionnellement, on dit qu’il y a 8 étapes dans le Raja Yoga, le yoga traditionnel. Et ces 8 étapes doivent être suivies les unes après les autres. C’est comme une progression, comme des marches, qu’il faut monter les unes après les autres. En tous cas, beaucoup de personnes l’interprètent comme ça. Moi, je l’interprète un peu différemment, mais beaucoup de personnes l’interprètent comme ça.

La non violence

Dans la toute première étape de l’Ashtanga Yoga ou Raja Yoga il y a un premier principe, donc, le premier principe de la première étape, c’est la non-violence, autrement dit  » Ahimsa ». La non-violence, c’est quoi ? C’est ne pas faire souffrir, ne pas blesser, toute créature vivante. Que ce soit dans ses actes du corps, de la parole ou de l’esprit.

Tuer des animaux pour sa consommation personnelle, ça, de manière complètement évidente, ce serait être de mauvaise foi que de dire qu’il ne s’agit pas d’un acte violent. C’est un acte violent. C’est pour ça que dans la voie du yoga, sur la base de ce premier principe, bien entendu, la question ne se pose pas, on doit avoir une alimentation végétarienne. On ne doit pas tuer les animaux, quoi qu’il en soit. Que ce soit pour sa consommation alimentaire ou que ce soit pour n’importe quelle autre raison.

Les souffrances insoutenables imposées aux animaux

Et puis, il faut savoir aussi que les animaux, ils ont un instinct très fort. Et ça, tout le monde le sait. Je ne pense pas trahir un secret pour qui que ce soit, non? Ils ont un instinct qui leur fait vraiment sentir lorsqu’ils sont en danger, lorsqu’ils sont sur le point d’être abattus, sur le point d’être tués. Ils en éprouvent une véritable terreur, et ils sécrètent des hormones de peur, de terreur, qui, lorsqu’on va consommer cette viande animale, on va consommer aussi, toutes ces hormones de peur, de terreur…

Les conséquences karmiques

C’est en grande partie, aussi, ce qui est, par le pouvoir naturel du karma, à la source du développement à court-terme, à moyen-terme, ou même à plus long terme de tout ce qui est psychoses, névroses et de fil en aiguille, conflits, déséquilibres, guerres, acte de terrorisme etc… Tous ces troubles psychiques que l’on peut avoir à un moment de sa vie, ça peut trouver son origine dans cet excès de consommation animale.

Quelques constats évidents

Le corps: un cimetière?

Et puis, bon. Prenons conscience que quand on mange un animal. Est-ce qu’il est faux de dire que l’on ingère un cadavre ? Est-ce que c’est faux ? Bien sûr que non, ON ingère un cadavre. Et quand on ingère un cadavre, ce cadavre, il se retrouve dans notre estomac. Et cette viande, elle se putréfie dans notre estomac, donc, on a un cadavre en putréfaction dans notre estomac. Autrement dit, c’est comme si on considère notre corps physique comme un cimetière, quelque part. Est-ce que c’est ne serait-ce que par rapport à notre corps physique, à notre condition propre, est-ce que c’est nous respecter, de transformer ce corps physique en cimetière ?

Et si on inversait les rôles?

D’ailleurs, pour frapper l’imagination, j’avais vu quelque chose d’intéressant aussi au niveau communication, déjà, on sait qu’ils militent pour la condition animale. Ils avaient fait une manifestation publique, dehors, comme ça, et ils avaient construit des barquettes de viande, des barquettes géantes de viande, comme on pourrait en trouver dans l’étalage d’un supermarché, par exemple. Dedans, ils avaient mis un homme nu, recroquevillé, avec de la peinture rouge pour faire comme le sang, ils avaient mis du cellophane au-dessus, et puis, avec une étiquette « 100% bio, viande humaine, etc. ». Et quand on voit ça, moi, quand j’ai vu ça la première fois, ça frappe l’imagination. C’est fait pour, d’ailleurs.

Mais c’est vrai que là, c’est moins marrant. Et là, ça peut nous permettre de réaliser que oui, il y a quelque chose qui ne va pas quand on mange des animaux. Hein, se dire « Pourquoi là ça me choque et pourquoi, par ailleurs,  mes habitudes font que ne je suis pas choqué quand c’est de la viande animale ? Est-ce que c’est logique, oui ou non ? ».

De la même façon, j’avais vu aussi une illustration. Ça, c’était sur les réseaux sociaux. J’avais vu un homme avec des lances qui étaient plantées dans son dos, comme si, dans une corrida, cette fois-ci, la victime, ce n’était plus un taureau, mais un homme. C’est très choquant, aussi.

Par contre, pour certains d’entre nous, pour certains êtres humains, il n’est pas choquant de voir un animal ainsi abattu, petit à petit, avec toutes les souffrances que ça suppose. Par contre, cette même personne que ça ne choque pas, s’il voyait un homme dans la même situation, alors là, ça le choquerait. Pourquoi ? Ce n’est pas forcément logique tout cela…  Il y a tout ce qu’il se passe dans les abattoirs où les animaux sont maltraités mais d’une manière inimaginable, c’est-à-dire que les personne qui ont visité des abattoirs, très souvent, se sont arrêtées net de manger de la viande, tellement c’était insoutenable de voir comment les animaux étaient maltraités avant d’être abattus pour notre consommation personnelle. Est-ce qu’il ne serait pas de notre devoir d’arrêter cela ?… 

Remettre en cause le concept de l’intelligence

Il n’y a pas si longtemps que ça, le parlement a adopté une loi pour dire, pour reconnaître, que les animaux n’étaient pas des meubles, mais qu’ils étaient aussi doués de sensibilité, donc, qu’ils pouvaient aussi éprouver de la souffrance. C’est fou ! Parce qu’il a fallu attendre je ne sais combien de temps, donc jusqu’à il n’y a pas longtemps encore, pour pouvoir affirmer cela. C’est-à-dire que jusqu’alors, ce n’était pas évident d’admettre ça ! On disait « Bah non, un animal, c’est un animal, quoi ! Ça n’éprouve pas de souffrance, ce n’est pas pareil ! ». Ça montre à quel point, au niveau de nos politiques, excusez-moi, je ne fais pas de politique, mais ça montre à quel point l’intelligence ne se situe pas là où on le croit.

Souvent, on associe l’intelligence au plan intellectuel. On sait très bien que les politiques, intellectuellement, ils sont éminemment brillants, ils ont des capacités bien supérieures à la majorité d’entre nous, sur le plan intellectuel. Mais pour autant, ils peuvent se retrouver dans une parfaite ignorance. Donc, là, c’est le signe-même, il leur a fallu je ne sais combien de temps pour comprendre des choses qui sont élémentaires, qu’un animal, c’est un être sensible, qu’il peut éprouver de la souffrance, comme n’importe qui. Donc, on peut avoir un intellect supérieurement développé et se trouver dans la plus profonde ignorance.

Le spécisme

D’un autre côté, aussi, nous sommes beaucoup à avoir des petits animaux domestiques. Soit un chat, soit un chien, et parfois, on aime beaucoup ces petits compagnons, et, pour autant, à côté, on continue à manger de la viande. Pourquoi on aime tant certains animaux, et d’autres, on ne les respecte absolument pas ?

Là aussi, pour frapper l’imagination, on pourrait se dire « Est-ce que j’imaginerais un instant tuer ce petit compagnon de vie, que j’ai là, ce petit chat, ce petit chien, est-ce que j’imaginerais un instant le tuer pour pouvoir le manger ensuite ? ». Bien souvent, non. Alors, pourquoi ? On fait une espèce de spécisme entre tel type d’animal et tel autre type d’animal. Et là aussi, je voyais une illustration, toujours sur les réseaux sociaux, où on voyait un petit chien et un petit chat qui relevaient la tête et qui s’adressaient à, bah il y avait un cochon, il y un mouton, et puis il y avait un bœuf, et qui disaient « Nous, maintenant, ça y est, on a été reconnus comme étant des êtres sensibles et on doit être respectés ». Alors, il y avait le mouton, le bœuf et le cochon qui se tournaient vers ce petit chien et ce petit chat, et qui disaient « Vraiment, vous avez bien de la chance ! ». Moi, j’ai trouvé que cette illustration était très très bien pour exprimer ce qu’il y a à exprimer.

Alors, pour finir, je voudrais dire que moi-même, j’ai un chat chez moi, que j’aime beaucoup, pourquoi ? Parce que je trouve que les animaux sont très très émouvants. Mais même si vous allez voir attentivement, parce que si on n’est pas attentif, c’est autre chose. Mais si vous allez voir attentivement une vache dans un pré. Un cheval, alors, ça, beaucoup ont pu remarquer à quel point un cheval, ça peut être sensible, ça peut dégager beaucoup de sensibilité. Mais même un cochon ou un mouton ou une brebis, on peut, avec beaucoup d’attention, voir aussi toute cette sensibilité qui émane de cet animal.

La pureté des animaux

Les animaux, ils sont remarquables en ce sens qu’ils sont authentiques. Ils sont spontanés. Ils ne jouent pas de rôle. En ce sens, ils sont vraiment supérieurs à nous, êtres humains, qui sommes toujours là en train de vouloir paraître aux yeux des autres, se donner une image de soi-même. Et, en réalité, on n’est jamais vraiment authentique. On n’est jamais vraiment nous-mêmes. Les animaux, ils ne sont pas comme ça. C’est vraiment un exemple pour nous. On a besoin de s’en inspirer, on a besoin de les respecter. Ils nous apportent beaucoup, mais on les respecte vraiment très peu, au regard de ce qu’ils nous apportent.

Le respect des animaux, c’est aussi tout simplement comprendre que ça fait partie de la vie, ça fait partie de notre environnement, c’est ce qui nous a été donné et ça fait partie du respect de la vie. Et c’est une condition minimale pour accéder à une compréhension de la vie, et pour comprendre la vie, de respecter la vie, d’une manière générale. Sinon, on va rester dans un stade d’ignorance. On va se raconter des histoires intellectuellement, la connaissance ne se trouve pas là du tout. Voilà.

En tous cas, cette vidéo était un petit peu longue, j’espère qu’elle vous aura amené à réfléchir un petit peu, à vouloir développer un petit peu plus cette réflexion, et peut-être de faire un certain chemin, pourquoi pas, ensemble.

Si vous avez aimé cette vidéo, surtout, cliquez sur « J’aime », abonnez-vous à la chaîne si ce n’est pas encore fait, faites des petits commentaires, parce que bon, bah là, il y a matière à débat. Alors, je vous fais confiance, faites des petits commentaires aussi.

Je vous dis à bientôt, les amis, et je vous dis merci pour votre écoute et votre amitié. Au revoir !

Différence entre les exercices physiques ordinaires et ceux du Yoga.

Pour retrouver l’ensemble des vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant !

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Postures et exercices physiques

Lyonnais(e)?… vous tombez bien!… rejoignez-nous et commencez par une séance d’essai gratuite de yoga à Lyon!

Bonjour mes chers amis, François expert de méditation et de yoga à lyon. Je vous ai parlé récemment de ce qu’est le yoga afin d’éviter toutes les confusions et représentations que l’on s’en fait et en avoir une définition authentique en réalité, c’est ça que je veux vous donner ici, des choses authentiques. Alors, en particulier ce qu’on connait du yoga nous, ce sont les exercices physiques, ce qu’on appelle les postures de yoga, les techniques de relaxation…Moi j’aime bien appeler ça une posture pour le yoga.

La différence entre les postures de yoga et les exercices physiques

Quelle est la différence entre les exercices physiques que l’on pratique sur le chemin qui nous mène au yoga, c’est-à-dire les postures, les asanas,  et les exercices physiques ordinaires. On peut voir ça sur plusieurs plans, déjà sur le but qui est poursuivi par les activités physiques ordinaires où l’on recherche souvent une performance physique ou alors on a peut être simplement un but esthétique, ou encore on souhaite entretenir sa forme physique. Mais quoi qu’il en soit on poursuit un but qui est physique.

Le but poursuivi

Dans les techniques posturales qui sont propres à ce chemin qui nous mène vers le yoga, les asanas,  le corps physique c’est absolument pas un but en soi. Simplement un moyen, considérant que le corps physique est un support de libération, c’est-à-dire un support qui va nous permettre d’aller vers cette réalisation spirituelle, d’aller au-delà de nos peurs, de la souffrance, c’est ce que l’on dit dans la philosophie, aller au-delà de la souffrance, dépasser cette notion. Parce que ça procède d’une émotion qui se fait, on est capable de discerner ce qui est réel de ce qui ne l’est pas et comprendre que finalement nous ne sommes pas ce corps. On considère ce corps physiquement seulement comme un moyen, un véhicule. Vous voyez que le but est totalement différent dans cette perception que l’on a vis-à-vis du corps physique.

L’identification au corps

Au niveau des exercices et de la manière dont ils sont exécutés, quand on fait des exercices physiques, une activité ordinaire, souvent on a le corps qui est en mouvement, parfois de manière assez violente et on ne met pas l’accent sur l’intériorisation, donc on est vraiment dans le mouvement, on dit que c’est un exercice de type rajasique. C’est-à-dire qu’on le met vraiment en mouvement et encore une fois cette identification au corps.

A l’état naturel

Dans la pratique posturale, les exercices physiques propres au yoga, on est plus volontiers dans une situation d’immobilité totale, non seulement totale mais prolongée. En plaçant son esprit dans une sensation d’aisance pour vraiment vivre cette aisance et faire cette expérience que si on souhaite placer son esprit, c’est possible de transformer les choses et de passer d’une situation d’inconfort à une situation d’aisance. Bref, on est dans cette situation d’immobilité avec aisance tout en étant concentré sur certains points particuliers et parfois sur un point précis dans la posture. Donc en absorption méditative, dans cette idée de détachement. On n’attend pas de résultat particulier, on s’installe simplement dans le bien être, dans l’état naturel.

Le plan physiologique

Au niveau cardio-circulatoire

Au niveau physiologique, quand on fait des exercices physiques traditionnels, quand on fait du sport, on sollicite le corps de manière intense et parfois on met vraiment à l’épreuve le cœur, l’appareil circulatoire, toutes nos fonctions, c’est encore une fois parfois assez violent. Quand on fait les pratiques posturales, on pratique, vous le savez, des étirements musculaires doux et prolongés et en étirant les muscles on favorise le retour veineux, ça permet d’éliminer toutes les stases sanguines, c’est très bon. Et aussi, quand on pratique les postures inversées, la posture sur les épaules ou ce qu’on appelait à l’école la chandelle, eh bien le retour veineux au niveau de ces grosses masses musculaires que sont les jambes, les membres inférieurs, le retour veineux est vraiment facilité puisque grâce à la gravité, le sang redescend vers le cœur tout seul, sans le moindre effort. Là encore, vous voyez que le corps, on n’est pas vraiment dans une action intense, violente, c’est très relax en même temps. Ce qui fait qu’au niveau de l’énergie, dans le sport, on en dépense beaucoup. Des fois on a l’impression d’être détendu mais on est juste tellement fatigué qu’on est relâché, en même temps on a qu’une aspiration après le sport c’est de se reposer.

L’énergie

Quand on a pratiqué une séance de hatha yoga avec des postures, au contraire on a dépensé un minimum d’énergie et on a fait en sorte de prendre un maximum d’énergie. En général on s’est beaucoup rechargé en énergie. Déjà en pratiquant de la manière dont en pratique les postures de yoga quand elles sont correctement guidées, ça va lever beaucoup de blocages énergétiques et ça va favoriser la circulation de l’énergie et on va se remplir au contraire en ayant dépensé un minimum d’énergie.

Voilà pour l’essentiel les différences qu’on peut faire entre les exercices physiques ordinaires et les exercices physiques propres au yoga, en particulier la pratique posturale, la pratique des asanas.

*Coaching de vie par François Yogesh cours de Yoga à Lyon 3

Comment se passe un coaching de vie à Lyon avec François?

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bonjour mes amis, François, expert de méditation et de yoga à Lyon.

Aujourd’hui, je voulais aussi vous parler du coaching de vie, ce qu’on appelle aussi le life coaching; c’est assez complémentaire au yoga et je propose cela en complément à mes élèves lyonnais.

Ceci dit, c’est assez inhabituel qu’on en parle dans le cadre du yoga mais en fait je trouve que oui, c’est très complémentaire avec le yoga, si toutefois vous avez entamé une pratique du yoga pour vous sentir mieux dans votre vie, vous sentir non seulement moins stressé mais peut être aussi dénouer certaines choses qui vous embêtent dans votre vie, que ce soit sur le plan mental, émotionnel…

Et si vous pensez que le yoga peut vous aider, certes ça peut vous aider mais parfois aussi, il peut être intéressant de se faire accompagner par un coach pour faire le point sur sa vie, un point à date sur aujourd’hui, dans quelle situation vous êtes, qu’est-ce qui vous convient, ce qui vous convient un peu moins, et si quelque chose ne vous convient pas, de voir pourquoi, d’où est-ce que cette situation provient, pourquoi vous en êtes là aujourd’hui.
Prendre conscience de tout ça, et aussi savoir où est-ce que vous voudriez aller dans l’absolu, quelle est la situation qui serait celle dont vous pourriez rêver.
La situation idéale, qu’est ce que vous aimeriez à la place de ce que vous vivez aujourd’hui et sur quoi vous pouvez vous appuyer pour faire ce chemin de là où vous êtes aujourd’hui, où tout ne vous satisfait pas complètement, vers un état plus souhaité, quelque chose qui se rapprocherait plus d’une vie idéale telle que vous pourriez l’imaginer.

Comment se passe un coaching de vie à Lyon avec François?

Pour ça, donc, quelqu’un qui vous accompagne peut être très utile, bien entendu à condition qu’il soit compétent. Les principes du coaching c’est de vous accompagner, c’est pas de faire ingérence dans votre vie ou de vous juger. Si toutefois vous avez quelqu’un qui est là, qui prétend vous coacher et qui est en train de vous dire ce qu’il faudrait faire ou qui est en train de vous juger, je vous conseille de fuir en courant parce que c’est surtout à ne pas faire.
Quelqu’un qui va vous coacher sera là pour vous accompagner, ça veut bien dire ce que ça veut dire, il ne va rien faire à votre place, il va juste vous questionner, vous amener à vous poser les bonnes questions pour que vous trouviez vous-même les bonnes réponses, et c’est aussi comme ça que vous allez développer beaucoup de confiance en vous parce que vous allez vraiment vous rendre compte que finalement toutes les réponses sont en vous.

Simplement, vous êtes accompagné pour ça.
Toutes les réponses, c’est vous-même qui allez les trouver.

Alors, il se trouve que moi-même j’ai suivi pas mal de formations, dans le domaine des thérapies brèves, dans celui qui aborde toutes les techniques d’accompagnement et de coaching, donc si vous le souhaitez je peux très bien vous accompagner, mais si vous n’êtes pas très proche de Lyon et s’il se trouve que je ne suis pas trop accessible, parce que c’est vrai que des coachings j’en fais pas plus de un ou deux à la fois parce que je suis très occupé par ailleurs, c’est très volontiers que je vous dirigerai vers quelqu’un d’autre de compétent… ce ne sera pas du YogaCoaching 🙂 mais vous pouvez avoir quelqu’un pour le yoga et quelqu’un pour le coaching soit deux personnes différents y compris si vous suivez les cours de yoga avec moi à Lyon, vous pouvez très bien préférer séparer les rôles et avoir un coach de vie toujours à Lyon mais qui soit une autre personne que moi.

Le coaching de vie peut vous permettre de délier pas mal de choses et d’avancer vraiment franchement dans votre vie en finalement quelques mois, sachant que l’accompagnement peut se situer entre 8 et 20 séances suivant ce que vous voulez travailler.

Comment se passe un coaching de vie à Lyon avec François?

En tout cas, si vous voulez faire un première séance, ne serait-ce que pour vous rendre compte, faire un point sur votre situation, voir comment vous pourriez faire évoluer votre situation favorablement, vous sentir mieux dans votre vie, voir comment je pourrais vous accompagner, juste faire un essai, comme ça, vous pouvez me contracter, je vous aiderai volontiers, on se donnera un petit rendez-vous et je vous aiderai là-dessus.

Mais ne sous-estimez pas le fait de prendre un coach, ça peut vraiment vous aider dans votre vie.
Si vous faites ça + le yoga, c’est top !

Si vous avez des questions, posez-les-moi. Je n’ai pas la prétention d’être exhaustif en 5 minutes. N’hésitez pas à laisser un commentaire. J’y répondrai volontiers.

J’espère que vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur J’aime si c’est le cas et abonnez-vous.

A bientôt pour une prochaine vidéo mes amis, au revoir !

Comment se passe un coaching de vie à Lyon avec François?

yoga lyon: les étapes de l’apprentissage

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant à la  Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Bonjour mes amis, François, expert de méditation et de yoga à Lyon.

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de quelque chose qui va pouvoir vous aider, parce que vous savez, dans beaucoup de choses que je vous explique, je vous aide surtout à vous raisonner, parce que parfois, cela suffit et ça nous permet de pas faire fausse route, de ne pas nous décourager, de se dire, quand il se passe telle ou telle chose, c’est normal.

Je voulais parler aujourd’hui de l’apprentissage, parce que parfois, certains d’entre vous venez me voir et me dites « François, j’éprouve telle ou telle difficulté » et vous attendez peut être que le yoga vous apporte une solution miracle que ce soit sur le plan physique ou sur le plan du fonctionnement de votre mental, parce que quand on partage nos séances de haha yoga à lyon, on travaille à la fois sur la dimension physique mais aussi sur la dimension mentale, émotionnelle voire spirituelle, et parfois vous me dites que vous avez des difficultés à vous concentrer, etc.

Parfois ça vous tracasse beaucoup j’ai remarqué, mais en réalité, il n’y a pas matière à se tracasser ! Est-ce qu’un enfant, lorsqu’il rentre à l’école et qu’il ne sait pas lire, pour apprendre à lire, est-ce qu’il se tracasse ? Non ! On l’envoie à l’école parce qu’il ne sait justement pas lire.

En général, la plupart du temps, vous avez remarqué qu’au bout du compte, finalement les enfants apprennent à lire et finissent par savoir lire comme tout le monde, non? Et pourquoi donc le yoga échapperait-il donc à la règle?
Là c’est exactement pareil, ça suit exactement la même règle, c’est-à-dire que dans tout processus d’apprentissage, quelque soit la matière, il y a des étapes qui sont toujours les mêmes au fond.
D’ailleurs on pourrait les schématiser très facilement, c’est pour ça que j’ai prévu un tableau, pour une compréhension vraiment aisée, en 4 étapes.

Il y a une 1ère étape où vous ne connaissez vraiment rien au sujet.
Prenons comme exemple « 2 mois pour une vie nouvelle », vous avez entendu parler de ce cycle de formation pour apprendre à méditer qui consiste à faire de la pratique méditative une habitude; vous avez entendu à quel point il y a de nombreux bienfaits à pratiquer la méditation et vous vous dites que ça va être bien pour vous, vous entendez que ça vous amène à expérimenter un bonheur beaucoup plus stable, moins de stress, etc.
Et quelque part vous êtes convaincu, mais vous ne savez pas ce que vous allez découvrir, vous ne savez rien, vous allez complètement découvrir ce qu’il va se passer, et c’est pour ça que vous avez besoin d’être guidé.

Ce qui veut dire qu’au départ, vous ne savez pas méditer et vous ne savez pas comment ça fonctionne, vous ne savez rien de rien.
C’est comme si on part sur un terrain vierge, on est à zéro, au tout départ et ici à ce stade, on dit que vous êtes au stade où vous êtes inconsciemment incompétent. 

Parce qu’à la limite, jusqu’à un certain temps, vous vous dites que vous n’avez pas besoin de ça, vous vivez votre vie, vous êtes heureux et c’est comme tout le monde, vous avez vos joies, vos peines et c’est normal, rien à y faire.

On ne se rend pas forcément compte au départ qu’on peut changer et acquérir un bonheur beaucoup plus stable et pas passer comme ça d’un état à un autre avec des pics dans un sens et dans l’autre.
On est inconsciemment incompétent quand on commence.

Dès qu’on commence, par exemple la pratique méditative, eh bien on fait des premières expériences, et on se rend compte que c’est pas forcément facile de stabiliser son mental, on est en train d’apprendre, et là on se rend compte qu’on ne peut pas maitriser son mental, ou en tout cas au stade où on en est on ne maîtrise pas son mental.
Là on en est déjà à un 2e stade de l’apprentissage, on a commencé à cheminer, c’est-à-dire que cette fois ci, on est consciemment incompétent.
C’est le 2e stade dans tout processus d’apprentissage, vous pouvez retrouver ça.

Avec un peu d’entrainement, vous commencez à acquérir un peu de maitrise sur certaines choses, vous intégrez certains réglages aussi, certains modes de fonctionnement, réflexes, vous savez comment poser une intention pour arriver plus ou moins aux résultats que vous souhaitez, ça commence à fonctionner. A ce moment là, vous développez une certaine forme de compétence déjà, mais vous avez besoin vraiment d’utiliser tout un tas d’outils pour ça, et de poser des intentions pour fonctionner, ça ne se fait pas tout seul.

Vous arrivez à un stade supérieur, puisque la maitrise commence à être là, c’est le stade où vous êtes consciemment compétent.

Et avec de l’entrainement, vous finissez par vraiment intégrer les choses, comme une seconde nature, il y a des réflexes qui s’installent, c’est-à-dire, vous n’avez même pas besoin d’y penser, ça fonctionne.
Avec de la persévérance, de la régularité, on arrive à ce qu’on appelle des automatismes, tout simplement, ça se fait seul. Quand on suit le cycle « 2 mois pour une vie nouvelle », c’est cette capacité à se recentrer sur l’expérience du moment et de ne pas se laisser embarquer par des pensées qui nous perturbent et qui n’existent pas réellement parce qu’elles sont soit de l’ordre du passé, soit de l’ordre du futur. On a une capacité à revenir automatiquement dans l’instant présent pour vivre pleinement ce qu’on a à vivre sur le moment.

A ce stade, parce que ça se fait de manière automatique, on n’a pas besoin d’y penser, on est devenu ici inconsciemment compétent.

Donc je vous ai expliqué tout ça tout simplement pour que vous vous raisonniez. C’est-à-dire que quand il y a quelque chose qui ne fonctionne pas encore alors que vous venez à peine de vous engager dans ce processus d’apprentissage, c’est normal que ça ne fonctionne pas comme vous le voudriez. Il faut laisser du temps au temps comme on dit pour cheminer et traverser ces différentes étapes qui sont incontournables dans tout processus d’apprentissage, et encore une fois le yoga n’échappe pas à la règle.

Ne vous inquiétez pas, faites votre chemin et vous serez un jour inconsciemment compétent, vous développerez de nouveaux automatismes, de nouveaux savoirs et capacités, seulement avec de la persévérance, de la régularité et un enseignement juste.

J’espère que ça vous a aidé.
Si vous avez aimé, cliquez sur J’aime, abonnez vous également à la chaîne.

A bientôt mes amis, au revoir !

Suite de l’article le 6 Août…

 

* Le Yoga, ce n’est pas pour moi!

Pour retrouver l’ensemble des vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant !

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Lyonnais(e)?… vous tombez bien!… rejoignez-nous et commencez par une séance d’essai gratuite de yoga à Lyon

Bonjour mes chers amis, François expert de yoga, méditation à Lyon.

Je vais vous parler aujourd’hui de quelque chose qui m’étonne toujours, c’est-à-dire…enfin, on perçoit tous les choses de manières différentes, mais moi je suis toujours étonné d’entendre toutes les objections que certains peuvent avoir quant à la pratique du yoga. D’ailleurs on se demande pourquoi ils rentrent en contact avec moi…

C’est quelque part profondément, ou intuitivement, ils savent très bien, ils ont une intelligence au fond d’eux même qui leur dit que ça pourrait le faire le plus grand bien de prendre un temps de relaxation et pratiquer un peu de yoga. Et on se donne toujours un tas de raisons, en réalité ce n’est pas des raisons, on cherche juste à échapper à ses responsabilités, à ce fait de poser une action, de se prendre en charge et d’avancer dans sa vie.

Ce que j’entends, par exemple « le yoga c’est pas pour moi, je suis pas souple du tout ». Je suis complètement stupéfait par ce genre de réflexion. Parce que bon, un enfant, quand il va à l’école, il apprend à lire, avant de savoir lire il ne sait pas lire !

Donc vous allez pratiquer le yoga, si vous n’êtes pas souple vous allez rendre votre corps plus souple. Et est-ce que ça ne sera pas plus agréable de se sentir bien dans son corps, de sentir que l’énergie peut circuler de manière fluide et harmonieuse et avec tout l’impact que ça peut avoir quand on se sent mieux dans son corps, mentalement, moralement mieux, c’est plus agréable, tout va mieux… d’un seul coup on peut se rendre compte de la réduction du stress!

Si on n’est pas souple, on a besoin de pratiquer. Au contraire. Plus que quiconque.

C’est comme certaines personnes qui me disent « c’est pas mon tempérament de faire ce genre d’activités ». Encore une fois, pourquoi ils viennent, on se demande… Bref. « Il me faut des choses où je peux bouger », c’est pour dire « je suis dans l’action, je vais pas rien faire, de manière inutile ». C’est pas ça du tout. On fait beaucoup de confusions sur beaucoup de choses. En l’occurrence on fait souvent une confusion entre l’action et l’agitation. C’est pas du tout la même chose, ce sont des nuances sur lesquelles je rentre profondément quand je fais des formations en particulier pour le cycle « 2 mois pour une vie nouvelle », cette formation qui vise à apprendre la méditation afin de se sentir plus heureux dans sa vie, qui vise à apprendre à profiter du moment présent.

Si on est incapable de s’installer dans le calme, dans la sérénité, et qu’on est toujours dans cette agitation, au contraire, on a besoin de pratiquer le yoga pour changer les choses.  Quand on est comme ça, il y a des situations où ça nous fait cruellement défaut le fait de ne pas pouvoir avoir cette sérénité, voir les choses calmement, ne pas subir les choses qui nous arrivent comme ça et ne pas avoir d’autre choix que de réagir de manière automatique et parfois incontrôlée et avec les résultats parfois catastrophiques que ça peut générer.

Alors une dernière chose que je voulais aborder, c’est quand les gens me disent « je n’ai pas l’argent, je ne peux pas me permettre ». C’est vrai que si on est dans une situation où on n’a pas de quoi manger ou un toit pour se loger, bon, on a d’autres soucis, c’est clair.
Mais pour la plupart d’entre nous, c’est pas une vraie raison non plus, souvent c’est une question de priorités. Est-ce qu’on perçoit à quel point le yoga va nous apporter des choses positives dans notre vie ou non ?  Si on perçoit pas vraiment, ou on voit ça de loin, on ne mesure pas l’étendue des bénéfices que peut nous apporter le yoga c’est pas forcément prioritaire pour nous et il n’est pas rare que des gens qui me disent ça viennent avec une superbe voiture ou dépenser des centaines d’euros pendant les soldes.
Tout est question de priorité.

Il faut prendre conscience que le yoga nous apporte beaucoup de bienfaits sur le plan de notre santé physique et mentale, notre morale, émotionnelle, etc. Ça nous apporte énormément de choses et ça peut tout changer dans notre vie. Est-ce que pour notre santé globale on ne peut pas, parce que l’abonnement est à peine à 400€ par an, ça va un peu augmenter à la rentrée, mais ramenée à une dépense quotidienne ça fait 1,10€ par jour. Alors si on n’a pas 1,10€ par jour pour sa santé globale en tant qu’humain, je dirais que moi-même j’ai pas envie de m’occuper de quelqu’un qui n’a pas ce minimum de motivation de s’occuper de lui. Parce que je me dévoue entièrement à cette tâche de transmettre le yoga sans compter, j’investis une grosse partie de ma vie pour ça, j’attends d’avoir des personnes en face de moi qui sont un minimum réceptives et qui perçoivent un minimum l’intérêt que ça peut avoir de pratiquer le yoga.  Donc si on n’a pas 1,10€ par jour pour sa santé globale, effectivement on n’a rien à faire ensemble, c’est clair. Soyons sérieux : je ne suis pas souple -> j’ai besoin de pratiquer du yoga.
Je ne suis pas calme, je suis agité, j’ai besoin de contrôler mon mental -> j’ai absolument besoin de pratiquer du yoga.
Sur le plan financier, c’est une question de priorités, regarder où on met son argent, si on ne le met pas là, on le met ailleurs. C’est peut être simplement qu’on n’a pas reconnu les bienfaits du yoga et à ce moment il faut au moins essayer, parce que des fois on dit « oui je sais que ça fait du bien et un jour faudrait que je le fasse ». Mais le savoir, c’est pas ça qui va vous apporter les bénéfices. Par contre, s’engager dans la pratique, là où, ça va vous apporter des bénéfices.  Donc je le sais, très bien, mais est-ce que tu pratiques ? C’est ça la question. Voilà, c’est une petite mise au point sur certaines choses.

 

 

Courte séance de yoga relaxation – 34 minutes – yoga lyon

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant

Abonnement immédiat à Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Lyonnais(e)?… vous tombez bien!… rejoignez-nous et commencez par une séance d’essai gratuite de yoga à Lyon!

Bonsoir mes amis, François, expert de yoga et de méditation et autres techniques de bien-être. Alors, un nouveau rendez-vous ce soir pour vous proposer une séance de yoga. Une mini séance de yoga complète, une petite routine, que vous pouvez vous approprier, ça vous fera le plus grand bien, en toute autonomie, avec des techniques qu’on a déjà vues au cours de certaines vidéos précédentes.

Alors, on fera une petite relaxation initiale, bien sûr, pour permettre de faire de pont entre votre vie habituelle et la séance de yoga proprement dite qui, encore une fois, sera courte. Et puis ensuite, on va tout de suite faire cette posture qu’on a vue récemment, c’est-à- dire la posture du bâton, qui est très bénéfique pour le dos, pour libérer les racines nerveuses, et puis tonifier, finalement, tous les organes, et, de là, toutes les grandes fonctions. Ensuite, on fera une respiration alternée, une petite séquence de méditation, avec le compte jusqu’à 21, et puis, je vous proposerai, pour terminer, une relaxation finale, qu’on va essayer de faire assez courte, pour essayer de faire quelque chose de concentré puis qui soit pas rebutant pour vous, qui prenne pas trop de temps. Ça dure maximum, en tout et pour tout,c’est faire 25-30 minutes. Voilà.

Donc, bien sûr, cette vidéo, vous allez la suivre attentivement, écouter tout ce qui est dit, aussi regarder, visuellement, comment ça se passe. Puis, ensuite, petit à petit, vous allez vous approprier ça, vous pourrez passer la vidéo, mais juste vous servir de l’audio et faire votre séance de yoga. Vous aurez ma voix comme support puisque je vais tout faire vraiment en temps réel. C’est-à- dire que je vais aussi respecter les temps de pause, les temps de relaxation, donc, de toute façon, ce sera vraiment du grand confort pour vous. Voilà. Ecoutez, voilà pour cette introduction, puis je vous retrouve tout de suite sur le tapis pour commencer. À tout de suite !

Allongez-vous tranquillement sur le dos, pour nous mettre en position de relaxation. Voilà. Veillez à écarter les talons d’une bonne largeur d’épaule tout en laissant les pieds tomber vers l’extérieur pour bien lâcher les cuisses. Écartez légèrement les bras du corps, les paumes de mains étant tournées vers le ciel. Puis regardez au niveau des épaules s’il serait nécessaire, par exemple, d’éloigner les épaules des oreilles. En tous cas, relâchez bien les épaules. Laissez un petit espace entre les dents, puis abaissez les paupières. Détendez le visage. Voilà. Et puis à partir de maintenant, laissez de côté toutes les pensées habituelles, toutes les préoccupations habituelles et occupez votre attention dans cette seule perception du va- et-vient naturel de la respiration. Et puis à chaque respiration, permettez au corps de pénétrer un peu plus profondément dans la détente. À chaque expiration, le corps se relâche un peu plus, le mental se relâche un peu plus. Et le corps et le mental sont là, absolument détendus. Bien présents, les deux ensembles. Restez ainsi en silence pendant une petite minute et laissez-vous aller. Détendez-vous. Et puis volontairement, donnez un petit peu de longueur à la respiration. Inspirez. Expirez longuement. Soupirez. Bougez un petit peu à nouveau les doigts des pieds, les doigts des mains. Bougez un petit peu les chevilles et les poignets. Bougez un petit peu le bassin de la droite vers la gauche. Sentez le bas du dos. Bougez un petit peu les épaules. Déplacez lentement la tête vers la gauche, puis vers la droite, ramenez-la vers le centre. Vous pouvez commencer à vous étirer, à votre rythme, jusqu’à vous étirer largement, tout en vous autorisant à bailler. Vous pouvez vous étirer un petit peu sur le profil droit, sur le profil gauche, et appréciez la détente. Le fait de vous sentir déjà un petit peu plus présent avec le corps. Vous pouvez maintenant ramener les bras le long du corps, les paumes de main cette fois-ci tournées vers le sol, les jambes jointes, la tête bien droite, dans l’axe du reste de la colonne vertébrale. Je vais vous demander maintenant de fléchir les deux jambes, les pieds à plat sur le sol, les genoux dirigés vers le haut. Vous pouvez écarter les jambes et les pieds tout en veillant à ce qu’ils restent à peu près au même niveau. Vous pouvez maintenant rentrer très fort les talons dans le sol et monter le bassin tout en rentrant le menton vers la poitrine. Doucement. Montez bien le bassin, contractez les fessiers. Puis, très lentement, levez les deux bras d’environ 5-6 secondes, les bras se trouvant sur le plan vertical. Poursuivez votre chemin pour amener les bras dans le prolongement du corps. Étendez les bras. Étendez les mains sur le sol et puis prenez un petit moment pour prendre conscience de la situation de vos bras par rapport au sol et des parties de vos bras qui sont en contact avec le sol, par la même occasion, des parties qui ne le sont pas. Gardez le bassin bien haut, rentrez légèrement le menton vers la poitrine, comme pour tirer la nuque vers le sol, mais faites-le délicatement. Voilà. Vous êtes maintenant conscients des points de contact, que ce soit au niveau des doigts des mains, des mains, des bras, des épaules, de la nuque. Et à partir de maintenant, conservez ces points de contact du mieux que vous le pouvez. Si vous n’êtes vraiment pas souples des épaules, vous pouvez mettre les bras un petit peu en V, c’est-à- dire de les écarter un petit peu. Étant bien conscient des points de contact au niveau des bras et puis de la nuque, à partir de maintenant, à chaque expiration, vous allez reposer une unique vertèbre au sol. Donc, vous allez prendre 12 à 15 respirations pour reposer l’ensemble de la colonne vertébrale et on commence maintenant. À chaque expiration, une vertèbre, une seule vertèbre. Soyez parfaitement attentifs et sentez le contact, à nouveau, de chaque vertèbre avec le sol alors que vous gardez parfaitement les points de contact au niveau des bras, de la nuque. Bien présent avec le corps. Encore 2-3 respirations pour reposer totalement le dos, en tous cas le bassin. Vous pouvez maintenant étendre la jambe droite, et puis la jambe gauche. Joignez les talons. Ramenez les orteils vers les tibias et tirez dans les doigts des mains, rectifiez les points de contact, autrement dit, grandissez tout le corps sur toute sa longueur. Et tout en grandissant le corps sur toute sa longueur, tirez le bas du dos vers le sol. Tirez le bas du dos vers le sol. Tirez tout le corps vers le sol. Restez ainsi en posture pendant 2 petites minutes en restant bien présent avec le corps et avec toutes les sensations qui s’offrent à vous, que ce soit au niveau du dos, de la colonne vertébrale ou encore des côtes, des épaules, observez. Restez attentif et détendu à la fois. Attentif et détendu. Le corps et l’esprit ensembles. C’est comme si tous les bruits de l’extérieur vous accompagnaient dans cette attention, dans cette présence. Très bien. Et puis, libérez la posture. Puis, doucement, installez-vous en posture de relaxation, les bras légèrement écartés du corps, une largeur d’épaule entre les talons, et relâchez tout. Le mental parfaitement détendu. Le mental et le corps parfaitement détendus et unis à l’énergie, l’énergie qui circule. Très bien. Bougez un petit peu les pieds, les mains, bougez un petit peu les jambes, le bassin, les épaules, étirez-vous. Puis, vous pouvez vous tourner sur un profil pour vous redresser prudemment. Maintenant, installez-vous dans une posture bien stable afin de vous sentir à l’aise. Joignez les pouces et les index et posez tranquillement les mains sur les genoux. Détendez les épaules, redressez la colonne vertébrale. On va se préparer pour 3 petites minutes de respiration alternée nadi sodhana ou si vous êtes habitués vous pouvez pratiquer à la place et de manière autonome le pranayama anuloma viloma. Au niveau de la main droite, vous pouvez rentrer l’index et le majeur, et réunir les trois doigts restants et puis commencer en fermant la narine droite. Et on commence. Expirez narine gauche. Puis toujours narine gauche, inspirez. En fin d’inspiration, changez de narine. Expirez narine droite. Toujours narine droite, inspirez. En fin d’inspiration, changez de narine. Expirez narine gauche. Toujours narine gauche inspirez. En fin d’inspiration, changez de narine. Expirez narine droite. Toujours narine droite, inspirez. Et continuez ainsi. À chaque fin d’inspiration, à chaque fois, changez de narine. Après chaque inspiration, je change de narine. Restez concentré et détendu à la fois. Et puis, terminez par une expiration narine gauche. Puis, tranquillement, posez la main droite sur le genou droit, de la même façon que la main gauche l’est sur le genou gauche. Si nécessaire, redressez-vous un petit peu. Reculez un petit peu le menton comme pour tendre la colonne cervicale et l’aligner avec le reste de la colonne vertébrale. Passez le bout de la langue sur le sommet du palais, juste derrière les incisives, la mâchoire desserrée, le visage détendu, les paupières semi closes. Vous pouvez maintenant placer votre attention sur le souffle et compter les respirations de cette manière : j’inspire, je compte 1, j’expire je compte 1. J’inspire, je compte 2, j’expire, je compte 2. J’inspire, je compte 3, j’expire, je compte 3. Et ainsi de suite. Jusqu’à 21. Restez concentré et détendu à la fois. Puis, revenez doucement. On va se préparer pour quelques minutes de relaxation finale. Très bien. Allongez-vous et détendez-vous. Encore une fois, espacez les talons d’une largeur d’épaules tout en laissant les pieds tomber vers l’extérieur pour bien relâcher les cuisses. Écartez légèrement les bras du corps, les paumes de main tournées vers le haut et relâchez les épaules. Laissez un espace entre les dents, abaissez les paupières, détendez-vous. Déplacez la conscience, maintenant, dans les deux pieds. Sentez les pieds. Vous pouvez maintenant répéter les suggestions suivantes : « Je relâche les pieds, les chevilles, les mollets, les cuisses, les hanches, les fesses. Je relâche les pieds, les chevilles, les mollets, les cuisses, les hanches et les fesses. Les pieds, les chevilles, les mollets, les cuisses, les hanches et les fesses. ». Relâchez. Placez la conscience à la base de la colonne vertébrale. Laissez cette conscience envahir le bas du dos jusqu’à la taille, jusqu’aux côtes. Le bas du dos, la taille, les côtes se relaxent et se relâchent. Le bas du dos, la taille et les côtes sont relâchées. Je relâche le haut du dos, les épaules. Le haut du dos, les épaules sont relâchés. Tout le dos est relâché. Je relâche la nuque, la gorge. La nuque, la gorge sont relâchées. Je relâche la bouche, la mâchoire, les joues. La bouche, la mâchoire et les joues sont relâchées. Je relâche les sourcils, les paupières, les yeux. Les sourcils, les paupières et les yeux sont relâchés. Le front est lisse et détendu. Tout le visage est relâché. Déplacez la conscience dans les doigts des mains et répétez : « Je relâche les doigts des mains, les mains, les bras, les épaules. Je relâche les doigts des mains, les mains, les bras et les épaules. Et les doigts des mains, les mains et les épaules sont relâchés. Le visage est parfaitement relax. Le corps, tout le corps est relâché, comme endormi. Le corps estrelâché et le mental est calme. Bien calme.  Restez ainsi en silence pendant 3 petites minutes, le corps et le mental parfaitement détendus. Ramenez la conscience dans le corps. Prenez conscience de ce corps qui respire, qui respire de lui-même. Spontanément. Vous pouvez sentir le va-et- vient naturel de l’abdomen.Appréciez ce souffle. Prenez maintenant, volontairement, une bonne inspiration, comme pour vous remplir d’énergie, et soupirez. Vous pouvez commencer à bouger un petit peu la tête, les pieds, les mains. Bougez un petit peu le bassin, les épaules. Étirez-vous soigneusement. Vous pouvez vous étirer un petit peu sur le profil droit, le profil gauche et apprécier ce bien-être. Lorsque vous vous sentez prêt, vous pouvez vous mettre tranquillement sur le profil pour vous redresser prudemment, doucement. Et peut-être prendre un petit moment pour vous rasseoir et apprécier, simplement. Tranquille, détendu, mais bien présent. Chers amis, je salue la lumière divine qui est en vous. Namasté. Si vous avez aimé cette vidéo, n’oubliez pas de cliquer sur « J’aime », et puis peut-être, si ce n’est pas encore fait, de vous abonner à la chaîne, pour vous informer des prochaines vidéos qui sortent jour après jour, pour être informé en temps réel. À bientôt, les amis ! Au revoir ! Profitez bien ! Garder bien tout ce bien-être après cette séance aussi longtemps que possible. Restez présent autant que possible. À bientôt !

Motivation et énergie

Pour retrouver les vidéos les plus récentes, abonnez-vous dès maintenant à la  Chaîne YouTube.

Accès IMMEDIAT et GRATUIT à
▼ la méthode de méditation « ICI et MAINTENANT » ▼
======================================
ici: http://yoga-meditation.tv/meditation-bonus
======================================

Si vous recherchez un cours de yoga à lyon, vous tombez bien!… rejoignez-nous et commencez par une séance d’essai gratuite de yoga!